Dimanche, 26 Mai

Dernière mise à jour24/05/2019 04:11:35 PM GMT

Vous êtes ici Articles Stockage réseau, NAS NAS homemade : installation du système d'exploitation & configuration semaine 2

NAS homemade : installation du système d'exploitation & configuration semaine 2

Envoyer Imprimer
{menu Introduction}
Introduction
 
Alors que nous avons passé en revue la semaine dernière les nombreux avantages du NAS assemblé, posé les besoins et fonctionnalités souhaitées, choisi le matériel adapté et monté l’ensemble, il est à présent temps de passer à l’étape configuration de l’espace de stockage et à l’exploitation.
59hardware

Cette semaine, nous allons donc configurer notre système RAID afin de disposer d’un volume de stockage sur lequel on installera un système d’exploitation. On choisira le plus adapté en fonction des besoins parmi les nombreux prétendants disponibles sur le marchés qu’ils soient gratuits ou payants, exclusivement dédiés aux NAS ou généralistes mais aussi qu’ils soient en français ou non.

Nous verrons aussi comment et sur quel support les installer pour enfin terminer par la création de dossier de partage. Dès lors, notre NAS 59Hardware pourra enfin accueillir nos nombreux fichiers.
{mospagebreak}
{menu Présentation}
Présentation

Maintenant que notre NAS est monté et prêt à être mis sous tension, nous pouvons dès à présent passer à la configuration de l’espace de stockage puis à l’installation du système d’exploitation.

cki4n2cx1pwq7uwpg6mh.jpg
Si l’on a opté pour un RAID (semi) matériel, il sera obligatoire de passer par la case BIOS même si cette étape nécessite peu de paramétrages et est largement accessible à tous. Une dernière étape sera nécessaire pour disposer d’un espace de stockage conséquent : la configuration des disques en mode RAID.

Il conviendra aussi de déterminer sur quel support installer le système d’exploitation. Car la aussi de multiples solutions sont envisageables avec pour chacune leurs avantages mais aussi leurs inconvénients.

Faut il utiliser un disque dur exclusif à cet emploi ? Une simple clé USB peut-elle remplir ce rôle efficacement ? Peut-il également être installé directement sur l’espace de stockage ?

Choix du système d'exploitation

Ensuite viendra l’installation du système d’exploitation. Deux grandes catégories se présentent alors : Les systèmes spécifiques aux NAS et les O.S dits « classiques » que l’on retrouve sur les PC traditionnels. Dans chacune de ces catégories certains sont payants et d’autres sont gratuits. Et enfin on distingue les systèmes traduits en français de ceux exclusivement en anglais.

uckswu0l9zfdrdb2w5fs.pngIdéalement ce dernier sera gratuit, disposera d’une interface de gestion efficace et simple d’accès mais surtout en français. Toutefois, le système d’exploitation le plus largement populaire Microsoft Windows est tout aussi indiqué et recommandé car qui n’a pas chez lui une « vieille » licence  de Windows XP laissée à l’abandon et donc inexploitée ?

Nous verrons que cette dernière possibilité sera la plus pertinente lorsqu’il sera question de largement personnaliser notre NAS 59Hardware. Il a surtout l’immense avantage de ne nécessiter aucun temps d’adaptation puisque qui n’a jamais utilisé ce système ne serait ce qu’une fois ?

k7212oq5bflzc64c15np.pngSi l’on souhaite impérativement un système gratuit, exclusif aux NAS et en français, alors un choix s’impose : Freenas. Basé sur une version de linux ultra sécurisée basée sur « BSD » (une seule faille de sécurité minime découverte depuis sa création !), elle bénéficie d’avantages indéniables.

Il peut être installé sur une clé USB, il est ultra léger et exige donc un minimum de ressources matérielles et son installation est très simples également. Les fonctionnalités offertes sont riches et variées mais sont potentiel d’évolution reste limité. Une très bonne alternative se présente à FreeNAS : OpenmediaVault même si ce dernier n’est disponible qu’en anglais.

Support de stockage du système d’exploitation

En fonction du système d’exploitation retenu, le choix du support de stockage sera plus moins large. Par exemple dans le cas de Microsoft Windows, il faudra obligatoirement passer par un disque dur classique. Dans l’idéal, le système d’exploitation doit être physiquement dissocié des données hébergées.
r3akespllarotd7eq3ze.jpg 498h0svy6g3bwkmwnibr.jpg

Il est donc préférable de récupérer un disque dur de petite capacité très lent dont l’impact sur les performances dans ce cadre d’utilisation ne se ressentira que lors du démarrage. Mais si l’on souhaite opter pour cet O.S. sans avoir de disque exclusivement réservé, il reste possible de l’installer sur une partition séparée de la grappe RAID.

En utilisant un système d’exploitation basé sur Unix tel que FreeNAS, toutes les options restent possible car nettement plus permissif. Il est tout à fait envisageable de réaliser une clé usb embarquant le système.

Nous partons du principe que nous utilisons une clé USB d’installation pour nous affranchir d’un lecteur de CD-ROM lent et peu pratique. Nous utilisons également une seconde clé USB qui servira à accueillir le système d’exploitation gérant notre NAS 59Hardware.
{mospagebreak}
{menu Configuration du RAID}
Configuration du RAID

Dans le cadre de l’utilisation d’un RAID logiciel, aucune modification n’est à effectuer dans le BIOS de la machine.
Par contre concernant un RAID matériel, la configuration de l’espace de stockage nécessite deux interventions au niveau du BIOS. Le contrôleur de stockage de la carte mère doit être paramétré en RAID.
 3kdqsbesb1p10fex8veh.jpg  le2swzvx3wra1z7kskax.jpg

Ainsi au démarrage de la machine un nouveau menu apparaîtra permettant le paramétrage. Pour toutes les cartes mères compatibles Intel, il suffira à l’affichage de ce menu d’appuyer simultanément sur « ctrl » et « I ».

On donnera alors un nom à notre espace de stockage, on choisira le mode RAID à utiliser 1 ou 5 puis on sélectionnera les disques à inclure dans la grappe RAID.
 x097v88zah7y5rsqtmck.jpg  tt67333nfgu1aiffrszm.jpg

Une option relativement obscure appelée « Stripe Size » permet de définir la taille des blocs des disques. D’une manière générale, on utilise une petite valeur si la majorité des fichiers stockés seront de petite taille et inversement.

En réalité dans le cadre d’une utilisation personnelle, l’impact sur les performances est imperceptible.  Optez donc pour une taille de 128K, validez et le RAID est ainsi prêt à l’emploi.


{mospagebreak}
{menu Installation de FreeNAS}

Installation de FreeNAS

Création du support d’installation



4vzd85nbhyumaysnehp1.png
L’époque où nous monopolisions une après-midi complète en utilisant un CD-ROM pour installer un système d’exploitation sur une machine fraîchement montée est révolue. Désormais nous utilisons une clé USB bien plus rapide et pratique.

Télécharger FreeNAS en version 8.0.4. Selon l’architecture du processeur, on optera pour la version X64 si nécessaire. Le fichier a une taille d’à peine une centaine de Méga octets.


Afin de pouvoir créer une clé USB d’installation, on utilisera  le logiciel gratuit Linuxlive  USB Creator. Cette puissante application permet à partir d’un fichier ISO de créer une clé USB d’installation.

flecheIndiquez la clé USB à utiliser
flecheIndiquer l’image FreeNAS téléchargée
flecheCocher la case formater
flecheCliquez sur l’éclair pour lancer la création de la clé d’installation

En quelques minutes, on pourra passer à l’installation de FreeNAS sur notre NAS.

wsh9xoj715zctrfmd21t.png

L’installation de Freenas est des plus simpliste bien que les systèmes Linux aient la réputation infondée d’être très difficiles à configurer. Obtenir cet O.S. fonctionnel nécessite très peu  de temps et aucun paramétrage car Freenas est conçu pour être entièrement automatisé sur son processus d’installation.

Afin de procéder à l’installation, on branchera un clavier, une souris ainsi qu’un écran sur notre NAS qu’on pourra déconnecter une fois cette étape accomplie.
 
ogwkydn37mu2tfyb38mn.png
 
98iszmf4jhzp7se59n53.png

Bien que l’interface d’installation de FreeNAS puisse sembler d’une autre époque, elle reste ultra efficace et compatible avec  toutes les machines.

Une unique étape demandera où installer le système. On sélectionnera le périphérique « Da0 » et c’est tout ! Après quelques minutes l’assistant d’installation indiquera que l’opération est réussie et on pourra enfin accéder à notre interface de gestion une fois notre NAS 59Hardware redémarré.

5v5j7gbgxwfce16p3fpf.png

On prendra soin de noter l’adresse IP du NAS indiquée une fois la machine démarrée puis à  partir d’un PC connecté au réseau local, on saisira cette adresse IP dans un navigateur internet.

FreeNAS n’inclut pas d’assistant de configuration au sein de son système d’exploitation. Toutefois les quelques opérations à effectuer sont à la portée des utilisateurs débutants.

Etape 1 : Configurer l’interface en français.
Etape 2 : Changer le mont de passe « Administrateur » (Root).
Etape 3 : Configurer l’espace de stockage
Etape 4 : Créer un partage

Interface de gestion en français

7bmptu9pc95jcpwxj3s9.jpg

Si l’on souhaite bénéficier d’une interface traduite en français, il suffit de se rendre dans le menu « System » puis « Settings » pour modifier la langue. Profitez en pour indiquer le fuseau horaire correct. Et rafraîchissez la page (touche F5 du clavier) et vous obtenez votre FreeNAS en langue de Molière.

Changer le mot de passe Administrateur

k9oe077h4lqtw3vz93et.jpg

L’administrateur dans les systèmes Linux s’appelle « Root ». Dans une installation par défaut, cet utilisateur n’a pas de mot de passe. Il suffit de se rendre dans le menu « Compte administrateur» puis « Modifier le mot de passe ».

Configuration de l’espace de stockage


Dans notre cas pratique, nous utilisons deux disques durs dédiés au stockage et nous utiliserons le mode RAID 1 ou « Mirror».
Dans le menu « Volume », choisissez « Volume Manager » pour donner un nom à votre espace de stockage et sélectionner les disques disponibles.

88dmt4eofuru9l4n03yg.jpg

Choisissez le système de fichier UFS et le type « Mirror ». Validez et en quelques minutes, l’espace de stockage sera disponible. On pourra enfin passer à la création d’un partage.

{mospagebreak}
{menu Installer Microsoft Windows}

Installer Microsoft Windows

Au cas où on préfère utiliser le système d’exploitation de Microsoft, l’installation est connue de tous et ne présente aucune difficulté particulière.

On peut éventuellement installer cet O.S. à partir d’une clé USB également ce qui permet un gain de temps considérable par rapport au CD-ROM classique.

A noter que si Microsoft propose une version Home serveur de son système d’exploitation, un Windows XP, Vista ou 7 conviennent parfaitement.

whrvfkdd5vqrt8tk9yd1.png


On veillera à installer les pilotes requis, les mises à jour système et surtout d’installer le logiciel de supervision RAID. Sur notre plateforme de test utilisant un contrôleur de stockage Intel, l’application se nomme « Technologie de stockage Intel Rapid entreprise ». Elle permet la supervision de l’état de santé du volume RAID.

Si toutefois on ne dispose pas d’un disque dur dédié et que l’on souhaite utiliser l’espace de stockage RAID, on créera alors deux partitions distinctes sur cet espace. Il faudra également impérativement disposer des pilotes d’installation du contrôleur de stockage RAID faute de quoi Windows sera incapable de reconnaitre cet espace.

Ces pilotes sont disponibles sur le site du constructeur de la carte mère et sont généralement nommés « pilotes de stockage d’installation Windows ». On prendra soin de sélectionner ceux correspondant à la version du système d’exploitation employé supportant les instructions 32 ou 64 bits.

vm5oh6nyilugioflsm15.png

La création de ces partitions se fera alors lors de l’installation de Windows. Il suffira d’en créer une première d’une vingtaine de giga octets qui contiendra le système d’exploitation. La seconde occupera le reste de l’espace disponible et contiendra donc nos données.

Les autres étapes concerneront la création d’un utilisateur pour lequel on donnera un nom et un mot de passe et la configuration de l’horloge.
Configuration de l’espace de stockage

Notre premier paramétrage une fois notre NAS 59Hardware assemblé à été de configurer le mode RAID de notre espace de stockage. Afin que celui-ci soit utilisable sous Windows, il convient d’initialiser le volume (reconnu comme un seul et unique disque dur).

iyg1f9ha6hqz7fpkkchu.png
On se rendra dans le panneau de configuration pour choisir « Outils d’administrations » dans lequel on accédera au gestionnaire de disque. Windows vous invitera automatiquement grâce à un assistant d’initialiser le volume RAID.
{mospagebreak}
{menu Création d'un dossier partagé}
Création d'un dossier partagé

Sous FreeNAS


Afin de pouvoir héberger des fichiers sur le NAS depuis le réseau, il convient de réaliser cette dernière étape de création de partage. Ainsi, un ou des dossiers seront disponibles depuis tout équipement connecté au réseau.

0oop2zjkiguki095wedc.jpg
Dans le menu « partage », choisissez « Partages Windows » et « Ajouter ». Donnez un nom à votre partage et sélectionnez le volume de stockage dans l’option « Chemin ».

FreeNAS vous proposera d’activer le service de partage de dossier Windows ce qu’il faudra accepter.
A noter que le partage ainsi crée nécessitera une authentification pour y accéder puisque FreeNAS privilégie grandement la sécurité et la confidentialité. Au cas où l’on souhaite supprimer ce processus d’identification, on sélectionnera l’option « Autoriser l’accès invité » dans le menu « Services » puis « CIFS ».

Dans les options du partage, il faudra également activer l’option « Autoriser l’accès invité ».
L'accès à notre NAS 59Hardware depuis n’importe quelle machine connectée au réseau est désormais possible. Il suffit dans l’explorateur de fichier Windows de parcourir le voisinage réseau et localiser notre NAS appelé « FreeNAS ».

xgo3925hg358phpa60rc.jpg
On peut également créer un lecteur réseau qui au final reste un simple raccourci vers notre espace de stockage nouvellement crée simplifiant grandement son accès. Un clic de souris droit sur le partage permettra la sélection de l’option « Connecter un lecteur réseau ». Attribuez lui la lettre de lecteur désiré, cochez « Se reconnecter à l’ouverture de session » si l’on souhaite en disposer dès le démarrage de Windows.

Sous Microsoft Windows

Une fois notre espace disque initialisé, nous pouvons désormais le partager. Dans l’explorateur de fichiers, on effectuera un click droit sur le nouveau lecteur précédemment crée pour nous rendre dans l’onglet « partage ».

xoz6m7a971yulad1mmfq.png gg52lmfaazxufm0ah8d2.png
On affinera selon les besoins les autorisations nécessaires selon chaque  utilisateur qui pourront uniquement lire ou aussi écrire des données sur le NAS. Depuis un PC connecté, il suffit de se rendre dans le voisinage réseau pour parcourir le ou les partages configurés sur le NAS après s’être identifié.

{mospagebreak}
{menu Conclusion}
Nous avons vu dans cet article les différentes possibilités concernant le système d'exploitation à utiliser mais aussi sur quel support l'installer.

bxpw2jssd0yn09qiwxqk.jpg

Alors que FreeNAS peut se contenter d'une clé USB, Microsoft Windows nécessitera obligatoirement d'un disque dur même si la création de plusieurs partitions sur notre espace de stockage reste possible.

Nous avons également configuré les paramètres de base de chaque système afin qu'un dossier partagé soit accessible sur le réseau.

gnv5l75v2e3hu8g6smup.png


La semaine prochaine, nous aborderons les fonctionnalités avancées de notre NAS 59Hardware dédiées au multimédia comme la diffusion audio et vidéo, la mise en place d'un serveur web, l'accès à nos données depuis Internet et nous comparerons les performances obtenues face aux NAS prêts à l'emploi disponibles dans le commerce.

Accéder au dossier de la semaine 1: NAS 59H assemblé 100% personnalisé semaine 1


Share