Mercredi, 21 Août

Dernière mise à jour20/08/2019 08:09:44 AM GMT

Vous êtes ici Articles Stockage réseau, NAS NAS D-Link ShareCenter Pro 1200

NAS D-Link ShareCenter Pro 1200

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introdution

59hardware

Bien que les NAS soient généralement regroupés en deux catégories distinctes : les professionnels et les grand public, certains modèles se sont pas aussi simples à sectoriser. C’est le cas du D-Link DNS-1200 visant initialement les réseaux professionnels. Cependant, ce NAS bénéficie de bien des atouts susceptibles de convaincre les utilisateurs les plus exigeants.

En plus de bénéficier d’une capacité de stockage accrue, nous sommes persuadés des formidables capacités de cet appareil grâce à de puissants outils intégrés dédiés à la sauvegarde.
C'est pourquoi nous nous sommes décidés à disséquer  ce D-Link ShareCenter Pro 1200 afin de partager son immense potentiel.

{mospagebreak}
{menu Présentation}

Présentation

nonqukdllu5isf985vfe.jpgLe D-Link ShareCenter Pro 1200 est prioritairement désigné pour être installé sur les réseaux professionnels. Cependant, il ne délaisse pas pour autant les utilisateurs exigeants car les outils embarqués répondront à absolument toutes leurs attentes. On pense bien sûr en premier lieu aux applications dédiées aux sauvegardes mais également à la puissante technologie iSCSI. Le DNS-1200 est aussi paré pour héberger un volume conséquent de données puisque ses cinq baies lui permettront d’atteindre les 10 Téra octets de capacité.

D-Link met également l’accent sur la sécurité des fichiers stockés sur ce support de stockage dédié aux réseaux grâce à de  nombreux protocoles de chiffrement et d’encryptions. Le ShareCenter Pro 1200 vise à étendre ses fonctionnalités grâce à une interopérabilité avec d’autres périphériques externes tels que les supports de stockage amovibles mais aussi les imprimantes.
Enfin, l’appareil embarque diverses fonctions liées à la gestion de l’énergie dans le but  de réduire au maximum les coûts de fonctionnement.

Fonctionnalités

Le D-Link ShareCenter Pro 1200 étant principalement dédié au milieu professionnel, il vise naturellement à privilégier la compatibilité des environnements auxquels il sera installé. Cependant, les utilisateurs avancés y trouveront des outils intégrés particulièrement puissants et dignes des NAS les plus sophistiqués.

Fonctionnalités matérielles
fleche  5 baies hot swap 3.5’’ SATA compatible avec les unités supérieures à 3To
fleche  2 interfaces réseau Ethernet Gigabyte
fleche  2 interfaces USB-2
fleche  Support des alimentations UPS, imprimantes et systèmes de stockage externes

Services réseau
fleche  Disques virtuels
fleche  iSCSI
fleche  ISNS
fleche  DDNS
fleche  Snapshots
fleche  Support d’un maximum de 64 iSCSI Targets
fleche  SNMP
fleche  NFS
fleche  CHAP
fleche  Agrégation de liens
fleche  Support DFS
fleche  Serveur d’impression
fleche  Sécurité réseau
fleche  Support des Vlan
fleche  Support de l’AES
fleche  Support de SSL via FTP
fleche  Support d’Active Directory

Fonctionnalités de sauvegarde
fleche  Sauvegardes distantes
fleche  Sauvegardes locales
fleche  Sauvegardes externes

Autres
fleche  Gestionnaire de fichiers web
fleche  Gestionnaire de téléchargements

Gestion de l’alimentation
fleche  Planification de mise en marche
fleche  Support de l’hibernation des disques
fleche  Support de la technologie SMART

Bundle

Le D-Link ShareCenter Pro 1200 est livré dans un emballage cartonné des plus simplistes. Seule la marque y figure. Le NAS ne se démarque pas de la concurrence puisque seuls les câbles d’alimentation et réseaux sont fournis. Ils sont également accompagnés du traditionnel CD d’installation ainsi qu’une simple documentation.

Présentation extérieure

 nonqukdllu5isf985vfe.jpg  424w3mth0yitv682n300.jpg


Le D-Link ShareCenter Pro 1200 se présente sous la forme d’un imposant boîtier entièrement métallique. Il bénéficie des fonctionnalités communes à tous les NAS haut de gamme. Sa façade en mesh est en fait une porte offrant l’accès aux baies de stockage. Comme tous les équipements professionnels, cette dernière peut être verrouillée à l’aide d’une clé.

En bas, on retrouvera l’écran LCD affichant les informations sommaires de l’appareil.
On apercevra également les LED chargées d’indiquer diverses activités comme la mise sous tension, ou les disques durs.
A l’arrière de l’appareil, ce ne sont pas moins de deux ventilateurs qui sont chargés de  refroidir les unités de stockage. Alors que l’alimentation siège en bas, on retrouve au dessus les deux connecteurs réseaux ainsi que les deux connecteurs USB.

Présentation intérieure

gga48yyi75gqdc7pi2j3.jpg 5kqrg33b2b664r7t1buy.jpg

Ouvrons à présent le D-Link ShareCenter Pro 1200 en otant les six vis fixant son capot. Le circuit électronique principal est placé horizontalement sous les disques. Sa conception est identique aux cartes mères équipant nos PC traditionnels. On y découvre un connecteur d’alimentation ATX standard.

fnh9mojdo8xytibc30b3.jpg s9wdg9mqottdft38ewpy.jpg

On reconnaît également le module mémoire au format DDR-2. A son propos, c’est un Giga octet qui est installé. Elle est cadencée à 800MHz pour un CL de 5. Sous un radiateur en aluminium simplement collé au processeur du NAS, c’est une puce de la marque Cavium chargée  de  gérer l’ensemble des services. Le modèle retenu par D-Link est la version CN5230-600.

Quelques  recherches sur ce processeur méconnu nous permettent d’apprendre qu’il s’agit d’une architecture MIPS dotée de quatre cœurs cadencés à la vitesse de 600MHz. Elle est  également accompagnée de 512KB de cache L2.

{mospagebreak}
{menu Installation}

Installation
qhivysfo9rwweo6kgter.jpg
L’insertion des disques durs dans le D-Link ShareCenter Pro 1200 est rarement aussi plaisante. En effet les supports dédiés aux unités de stockage sont de très haute qualité. Bien qu’habituellement les disques se fixent par le dessous, dans notre cas, ceux-ci se vissent sur les côtés.
Une fois le câble réseau  et celui d’alimentation connectés, la mise en marche du D-Link ShareCenter Pro 1200 impressionne notamment en raison de l’imposant ventilateur chargé de refroidir les composants internes de l’appareil.

ryxj6pcxeksk85i611l5.pngOn utilisera l’application Ezsearch fournie par le constructeur permettant alors le premier accès au NAS. Ce dernier offre la possibilité de configurer une interface réseau permettant ainsi de se connecter à l’interface de gestion de l’appareil.

Nous avons particulièrement apprécié la rapidité avec laquelle le D-Link ShareCenter Pro 1200 devenait opérationnel. Bien que certains modèles concurrents nécessitent des phases de synchronisation des disques durs pouvant durer de nombreuses heures, notre NAS était presque instantanément accessible.
 
 
 

{mospagebreak}
{menu Administration système}

Administration système

Statut système

x5dxrtvz7yht0cgfadfm.pngLe menu « Statut système » présente aux utilisateurs une vue synthétique mais détaillée des informations essentielles du NAS sous la forme d’un tableau clair et lisible.

On y retrouve le modèle de l’appareil, la version du firmware et la température dans la section « informations de base ». Concernant les deux sections suivantes, celles-ci sont dédiées aux interfaces réseaux. On y retrouve donc leurs adresses IP respectives ainsi que les masques réseaux et bien sûr, les passerelles.

La troisième section regroupe toujours des informations concernant la configuration réseau mais sont indiqués ici le nom du NAS tel qu’il s’affichera dans le voisinage réseau des systèmes d’exploitation Microsoft Windows, les adresses des serveurs DNS mais aussi la passerelle générale.

Enfin la dernière section du menu « Statut système » affiche l’horloge de l’appareil. Sont repris l’heure, la date mais aussi le fuseau horaire configuré.

Statut disques durs

rr2ncv340x393tkwivto.pngD-Link permet aux utilisateurs via le menu « Statut des disques durs » de prendre connaissance des informations relatives aux disques durs installés dans le D-Link ShareCenter Pro 1200.
Toujours sous la forme d’un tableau sobre mais lisible, nous retrouvons la marque de chaque unité de stockage, son modèle respectif, leurs températures et enfin leurs capacités.

Moniteur de ressources

powrt6u7pfjcn5qq610d.png


Le Moniteur de ressource est également un menu important de tout équipement réseau. Il permet en effet de prendre connaissance des informations suivantes :

fleche  Le taux d’occupation du processeur
fleche  l’ espace utilisé sur les disques durs
fleche  le taux d’occupation de la mémoire vive
fleche  le taux d’utilisation des interfaces réseaux
fleche  le taux des divers processus activés

Ces diverses informations indispensables sont affichées sous la forme de graphique évoluant bien sûr en temps réel. Nous apprécions leur clareté et leur simplicité car ils permettent d’obtenir instantanément une vue précise et rapide de l’état du NAS sans être submergé d’informations accessoires.

Gestion des disques

8fioeb5l0i10zaaepg7q.png


Le menu « Gestion des disques » est également un menu clé du D-Link ShareCenter Pro 1200 car c’est ici que l’on pourra configurer notre espace de stockage.
Il est divisé en quatre parties :
fleche  Volume
fleche  iSCSI Target
fleche  Volume virtuel
fleche  Diagnostique des disques

Ces divers outils très complets permettent d’intervenir sur le volume logique embarqué dans le NAS. En plus de permettre la création de volumes de stockage standards, on peut également créer des volumes iSCSI et effectuer diverses opérations de diagnostique des disques durs.

Volume

2s47bp386v8gv5f26q7v.png


Une fois les disques durs installés dans le D-Link ShareCenter Pro 1200, il sera alors impératif de créer un volume. Cette opération peut être assimilée à la création d’une partition sur un disque dur traditionnel équipant les PC les plus classiques.

 2lhkzh4iy72mek0a038v.png  o8tw269g9dnjljcccv5r.png


La création d’un volume passe donc par un assistant très pratique et bien pensé. Il suffit alors de sélectionner les disques que l’on souhaitera intégrer au volume de stockage puis on optera pour un type de configuration parmi les diverses options proposées telles que « Disque seul », JBOD ou différents niveaux de RAID.
La seconde et dernière étape permet d’activer la fonction de reconstruction automatique et également d’opter pour l’encryption du volume.
 
La reconstruction automatique permet en cas d’incident sur un disque dur de resynchroniser les données entre les différents disques aussitôt l’unité de stockage défectueuse remplacée. Cette option permet donc à l’utilisateur de ne pas avoir à intervenir si une panne survenait. La seule opération à réaliser sera uniquement le remplacement du disque concerné.

Au cas ou l’on souhaitera renforcer la sécurité des données plus précisément contre le vol des disques, on pourra alors activer le cryptage du volume grâce à un mot de passe.

iSCSI Target

2rda90ugec05633vgqdh.png


La technologie iSCSI est probablement l’aspect le plus surprenant de tout NAS équipé de cette fonction. En effet, ce service permet de virtualiser l’espace de stockage dans le but d’anticiper au maximum ses futures extensions. Il permet aussi d’émuler sur les postes clients l’espace de stockage du NAS comme un disque dur local conventionnel.

Bien que la configuration de ce service puisse sembler être réservée aux experts réseaux, D-Link a le mérite de rendre ces divers paramétrages accessibles aux utilisateurs avancés. Il sera juste nécessaire de maîtriser deux notions : Target iSCSI et Lun.

« iSCSI Target » désigne le service iSCSI. A titre de comparaison, cela revient à activer la fonction RAID d’un contrôleur de stockage.

Les Lun sont des unités de stockage. Elles peuvent être comparées aux grappes RAID.
En toute logique, l’assistant intégré au D-Link ShareCenter Pro 1200 permet dans la foulée de lancer le service iSCSI Target mais également de configurer un Lun.

Le service iSCSI Target autorise l’utilisation de puissants systèmes dédiés à la sécurité des données. L’accès peut alors exiger une authentification via un nom d’utilisateur puis d’un mot de passe.

 ic80758fb51lwwfy43dq.png  iyk3s9ea8gt5hnppullj.png


La deuxième étape de l’assistant permet la création d’une unité Lun. On prendra soin de la nommer puis on lui attribuera un volume. Il conviendra d’indiquer également sa capacité. A ce propos, comme cet espace de stockage configuré est totalement virtuel, sa capacité peut être supérieure à l’espace réellement présent.
Cependant, il sera indispensable d’ajouter des disques durs dans l’appareil au cas ou la totalité de l’espace réel est utilisé.

14g7g7mnsbuer63atehe.pngComme tout outil professionnel dédié aux réseaux, les ACL sont bien entendu présentes dans le D-Link ShareCenter Pro 1200. Pour rappel, les ACL permettent de réaliser des règles d’autorisation mais aussi d’interdiction concernant les accès aux données.

Ce sujet dépassant largement le cadre de ce test, nous vous invitons à consulter les sites spécialisés pour de plus amples informations concernant cette technologie.

Volume virtuel

p6g0hudzwg5w2eifrcxp.pngLes volumes virtuels font parti des fonctionnalités avancées de la technologie iSCSI. Ils ne concernent que les utilisateurs utilisant plusieurs NAS en iSCSI. Ainsi grâce aux volumes virtuels, il devient possible de centraliser tous les volumes de stockage de chaque NAS en une seule et unique unité virtuelle.


Diagnostique des disques

L’outil de diagnostique embarqué dans le D-Link ShareCenter Pro 1200 permet d’effectuer un examen de chaque disque dur installé afin de s’assurer de son bon fonctionnement.
Il est également possible depuis ce menu de formater les unités de stockage installés dans le NAS.

{mospagebreak}
{menu Gestion Utilisateurs}

Gestion utilisateurs

nnoii4xpzf85lu3lsxxz.png

Comme tous les NAS existants, la gestion multi utilisateurs est également présente dans le D-Link ShareCenter Pro 1200. Cette fonction permet d’autoriser ou d’interdire via un procédé d’identification et d’authentification l’accès aux données.
Le menu de gestion des utilisateurs de l’appareil regroupe cinq sections :

fleche  Mot de passe Administrateur
fleche  Utilisateurs
fleche  Groupes
fleche  Partages de dossiers
fleche  Gestion de fichiers ISO

Mot de passé Administrateur

teb229zgw9z5s4pchpxy.pngLe compte utilisateur Administrateur permettant un accès intégral aux ressources du D-Link ShareCenter Pro 1200, il convient d’opter pour un mot de passe particulièrement sécurisé.

Il convient de le modifier à intervalles réguliers mais aussi de respecter certaines règles de sécurités le concernant. Nous recommandons donc d’employer un minimum de six caractères ne formant pas un mot présent dans un dictionnaire. Dans l’idéal, il contiendra au minimum une majuscule, un chiffre, une ponctuation et enfin un caractère spécial comme par exemple « # ».

Ces règles certes contraignantes mais indispensables visent à éviter tout risque d’intrusion en particulier si l’appareil est connecté au net en continu.

Utilisateurs

La gestion de différents utilisateurs permet de contrôler et de segmenter l’accès aux fichiers contenus dans l’espace de stockage du NAS.
Concrètement, en milieu professionnel on évitera par exemple à l’utilisateur « Stagiaire » d’accéder aux données personnelles de la « Direction ».
Dans le cadre des réseaux domestiques, on pourra éventuellement dissocier les données appartenant aux adultes de celles réservées aux enfants.

 so0fs2muy1x7ucn119wl.png  a4mlvxv4w0wjyffqfsm2.png


La création des utilisateurs passe également par un assistant fort bien conçu. Cette opération nécessitant trois étapes permet lors de la première d’indiquer le nom d’utilisateur puis de lui attribuer un mot de passe. Il est aussi possible ici de configurer un quota. Ainsi l’utilisateur n’aura pas la possibilité de saturer l’espace de stockage du D-Link ShareCenter Pro 1200 car il sera limité en capacité par la taille indiquée ici.

La seconde étape permet d’attribuer un groupe à l’utilisateur. Cette fonction permet d’attribuer les mêmes droits à plusieurs personnes. Ce procédé évite ainsi de devoir reconfigurer pour chacun des droits identiques.

La dernière étape vise à attribuer un dossier de partage à l’utilisateur crée. Il suffit de le sélectionner dans la liste proposée.

Groupes

lob2seks45zrk6pz3w91.pngLa création de groupes est utile uniquement au cas ou plusieurs utilisateurs nécessitent des partages et autorisations identiques. Il devient donc possible de les réunir dans un même groupe afin qu’ils bénéficient des mêmes droits.



Partage de dossiers

Le menu « Partage de dossiers » est également une section clé du NAS car il permet de configurer les dossiers accessibles sur le réseau. C’est ici que l’on paramétrera diverses autorisations.
Pour le plus grand confort des utilisateurs, D-link offre un assistant pratique et pertinent composé de cinq étapes.

 89uc60gwjm0y6zetajgm.png  lms0tbnhvamr1bn3xaba.png


La première permet de nommer le dossier partagé. Diverses options dédiées aux réseaux Microsoft sont proposées. On pourra éventuellement opter pour le « mapping ». Cet outil permet de créer une arborescence virtuelle incluant plusieurs partages distincts.

L’option « Corbeille » permet de bénéficier d’une sécurité en cas d’effacement involontaire. Cette corbeille fonctionne exactement comme celles présentes dans tous les systèmes d’exploitation populaires.

Enfin il est également laissé à l’utilisateur la possibilité de fixer un quota toujours dans le but d’éviter d’éventuelles saturations de l’espace de stockage.

La seconde étape permet d’activer les différents services permettant l’accès au partage en cours de création. Nous retrouvons donc tous les services disponibles dans l’appareil comme le classique CIFS (SMB) mais aussi le service FTP, NFS, Web file manager et WebDAV.

 1w2mtfhbqu0rkoi7wu06.png  mr54cznxxelfijt0253j.png


La troisième étape permet de sélectionner les utilisateurs autorisés à accéder au dossier. Si l’utilisateur opte pour « Utilisateurs spécifiques », il lui sera laissé le choix de les sélectionner. Le cas échéant, le dossier sera public donc ouvert à tous.

La dernière étape nécessitant un choix de l’utilisateur concerne les autorisations. Trois choix sont proposés. Lecture seule, Lecture/Ecriture et Refus d’accès. Ainsi les utilisateurs concernés pourront selon l’option choisie lire et écrire des fichiers dans le dossier en question, uniquement les lire ou ne pourront tout simplement pas y accéder.

Gestion des fichiers ISO

3k2x6rdc60l1uzd1r2ni.pngLe D-Link ShareCenter Pro 1200 est capable de monter des volumes ISO. Pour rappel, ce type de fichier contient l’image d’un support amovible tel qu’un cd ou un dvd. L’utilisateur peut ici émuler un lecteur optique.


 
 

{mospagebreak}
{menu Gestion du système}
Gestion du système

o4j9fjhcxykk4jectkm3.png

Le menu « Gestion du système » permet de configurer les fonctions propres aux NAS comme les interfaces réseau, l’horloge de l’appareil, les options systèmes, la gestion de l’alimentation, les alertes par email, la mise à jour du firmware, les journaux d’événements ou enfin le service Syslog.

Comme on peut le constater, D-Link a judicieusement opté pour un menu particulièrement complet permettant de configurer le D-Link ShareCenter Pro 1200 afin qu’il corresponde parfaitement aux attentes des utilisateurs.

Réseau

hmot6kqq3b9exk2nevzp.png


Nous retrouvons ici les classiques paramètres des interfaces réseau tels que les adresses IP, masque de sous-réseau et autres passerelles. Le menu « Réseau » comporte quatre onglets :
fleche  LAN1
fleche  LAN2
fleche  Paramètres globaux
fleche  Route

D-Link a prévu l’intégration du D-Link ShareCenter Pro 1200 dans les réseaux les plus pointus car l’appareil gère les VLAN. Pour rappel, cette technologie permet de virtualiser un réseau local en plusieurs sous réseaux.
Comme nous le retrouvons sur chaque NAS haut de gamme, le D-Link ShareCenter Pro 1200 gère les agrégations de liens. Sous cette fonction peu connue, se cache la possibilité de regrouper plusieurs interfaces réseau afin d’accélérer les débits ou de prévenir d’éventuelles pannes.

L’onglet « Paramètres globaux » reprend les informations basiques dédiées aux réseaux tel que le nom de l’appareil, ses serveurs DNS et enfin sa passerelle.

L’onglet « Route » permet de réaliser des opérations de routage dites « en dur ». Il s’agit ni plus ni moins que de forcer l’acheminement des données via des équipements réseaux spécifiques tels que les routeurs et autres commutateurs « intelligents ».

Horloge

4zjbfh5vh60m0k3lp7i9.pngEgalement inclue dans tous les équipements informatiques, l’horloge est présente dans le D-Link ShareCenter Pro 1200.

L’utilisateur a ici la possibilité d’indiquer le fuseau horaire mais aussi la possibilité de synchroniser l’horloge via un serveur de temps disponible sur internet.

Configuration système

lo921p2sr7wqbfo9vqbi.pngLe menu « Configuration Système » permet de réaliser l’indispensable sauvegarde des paramètres du D-Link ShareCenter Pro 1200. Ainsi en cas d’incident, il est possible de restaurer l’intégralité des modifications effectuées sur l’appareil.

Il est aussi possible de paramétrer la durée après laquelle l’utilisateur sera déconnecté de l’interface de gestion du NAS après une période d’inactivité.
Enfin, on pourra également indiquer un seul de température au-delà de laquelle le NAS s’arrêtera automatiquement. Ainsi, dans l’éventuelle possibilité d’une panne de ventilateur, l’appareil se coupera afin d’éviter au processeur de surchauffer et donc de griller.

Gestion de l’alimentation

Si les NAS munis de quatre baies restent peu gourmands en énergie, au-delà les appareils peuvent éventuellement engendrer des coûts de fonctionnement conséquents.
C’est pourquoi D-Link muni le D-Link ShareCenter Pro 1200 de plusieurs options particulièrement indispensables afin de réduire cette consommation électrique.
Le menu « Gestion de l’alimentation » bénéficie de trois onglets : Economie d’énergie, planification de fonctionnement et UPS.

 malbpcgesj2cu7e4gj8b.png  i9kn7f7xrgq2xravs1kx.png

Le premier onglet « Gestion de l’alimentation » permet la configuration de la durée d’inactivité des disques durs après laquelle ces derniers passent en mode hibernation.
Il est possible également de définir la durée d’affichage de l’écran présent sur la façade de l’appareil.
Enfin la dernière option permet le contrôle de fonctionnement du ventilateur embarqué dans le NAS selon trois profils définis.

L’onglet « Planification de mise en marche » permet selon un calendrier hebdomadaire de configurer l’heure de mise en fonction automatique de l’appareil mais aussi de préciser l’heure d’arrêt. Ainsi, le NAS peut être arrêté sur des périodes indiquées.

Le dernier onglet « UPS » permet de préciser l’adresse IP d’un onduleur grâce auquel le D-Link ShareCenter Pro 1200 continuera de fonctionner en cas de coupure d’électricité.

Alerte par email

0phfyibzobrwmyl98zaa.pngL’utilisateur peut être informé de diverses informations données par le NAS et envoyées par email. On optera alors soit pour un serveur de messagerie tiers ou on pourra préférer le service de messagerie intégré au D-Link ShareCenter Pro 1200.
De nombreuses options d’informations sont proposées comme les changements de mots de passe, les adressages réseaux mais aussi le volume des fichiers stockés.

Mise à jour du micro-code

pemwn9f0paklaih9i2tq.pngD-Link ShareCenter Pro 1200 peut aussi bénéficier de correctifs de sécurité ainsi que de nouvelles fonctionnalités lors de la mise à jour de son firmware. Il sera nécessaire de se rendre sur le site du constructeur afin de télécharger le fichier dédié.

Nous regrettons que le NAS ne bénéficie pas d’un mécanisme d’alerte prévenant automatiquement l’utilisateur depuis l’appareil. C’est d’autant plus dommage car ette fonctionnalité a pour avantage de réduire tout risque d’erreur du à la sélection de fichier incorrect.

Journaux d’événements

uzfb3a815fbwmu6je3lm.pngLes journaux d’événements font rarement l’objet de l’attention des particuliers. Cependant les informations contenues permettent de connaître avec précision notamment les accès réalisés sur le NAS. Concrètement, on peut alors s’assurer si les accès aux différents partages sont correctement paramétrés. Car si on constatait que notre « Stagiaire » naviguait à son bon vouloir dans le dossier « Direction », la configuration des droits d’accès serait bien entendu à revoir.

Le D-Link ShareCenter Pro 1200 propose ainsi de journaliser les différents services embarqués par l’appareil. NFS, SMB et FTP sont proposés. Il est également possible d’activer l’option « Evénements ».

Serveur Syslog

vfqvtvsroc3wor60q0w3.png


Syslog est également un service de journalisation d’événements. Mais celui-ci se distingue par ses fonctionnalités complètes et détaillées. Il est en effet possible grâce à cet outil de prendre connaissance de toutes les informations relative à notre D-Link ShareCenter Pro 1200.
L’utilisateur bénéficiera d’un assistant facilitant la configuration s’il souhaite utiliser Syslog. La première étape permet de nommer la tâche de surveillance.

gyqwmk9o9ea9ns8l2eis.png yfblpsh8xrkg27zhonc5.png


La seconde étape laisse la possibilité de sélectionner les différents services à journaliser. Le D-Link ShareCenter Pro 1200 se démarque de ses concurrents en proposant un éventail de choix largement supérieur. En effet, il est possible d’enregistrer l’activité des services du NAS avec une précision digne des meilleurs serveurs professionnels. Un point que nous félicitons.

jqkntaz4w3aq4ob87l1h.png 7vemxq6gi6s8y82x5pmr.png


La troisième étape vise à désigner la destination des journaux sur l’espace de stockage du NAS.
D-Link se démarque une fois de plus en proposant un système de rotation des fichiers contenant les journaux. Cette fonctionnalité particulièrement poussée permet d’éviter de scinder les journaux en plusieurs fichiers.

Ces derniers peuvent être écrasés automatiquement selon un planning défini.
Rarement nous avons trouvé sur un NAS un système de journalisation aussi complet, précis et pratique. Nous recommandons donc son utilisation avec grand enthousiasme.

{mospagebreak}
{menu Services réseaux}
Services réseaux

x4yb007kktvpqr6ntsto.png


Le menu « Services Réseau » regroupe les différents outils dédiés à la configuration des protocoles gérés par le D-Link ShareCenter Pro 1200. Ces services sont activés en fonction de l’environnement réseau dans lequel le NAS est installé. Ainsi les réseaux Microsoft utiliseront le service CIFS (SMB), les « linuxiens » préféreront NFS et les utilisateurs de matériel Apple opteront pour AFP. D’autres protocoles sont plus adaptés aux transferts via le net grâce à FTP ou http (WebDAV).
 
On retrouve quatre sections principales dans le menu « Service Réseau » : Partage de fichiers, Dynamic DNS, SNMP et Services de découverte réseaux.

Partage de fichiers

furzaaq8cncsdtgpifnl.pngLa section « Partage de fichiers » permet d’activer différents protocoles sur le NAS. D-Link propose un éventail particulièrement riche de protocoles car on en dénombre pas moins de sept.
FTP, CIFS et DFS bénéficient d’un onglet leur étant spécifiquement dédié.




w6fz9sq9664fimgn82tn.pngLes options relatives au service FTP sont complètes mais synthétiques. On évite alors de trop nombreuses pages à parcourir afin d’aboutir au résultat escompté.

On retrouve donc les classiques possibilités de personnaliser le port d’écoute du service. Les plages de ports des connexions passives peuvent être modifiées même s’il est préférable de laisser la configuration par défaut.

D’autres options plus intéressantes sont également présentes comme le nombre maximal de connexions totales mais aussi par adresse IP par utilisateur.

On appréciera également la possibilité de limiter les débits descendant et ascendant afin d’éviter d’éventuelles saturations. Nous remarquons aussi avec grand intérêt la possibilité d’activer l’accès anonyme et enfin l’encryption des flux grâce au protocole SSH/SSL.

0t5drnng34pg8lugrtmj.pngL’onglet CIFS intéressera les utilisateurs de réseaux Microsoft surtout s’ils utilisent un contrôleur de domaine de la marque. Pour rappel, les serveurs Microsoft Windows reposent sur le service d’annuaire Active Directory chargé de centraliser les ressources présentes sur un réseau.

Le D-Link ShareCenter Pro 1200 est naturellement compatible avec ce type d’environnement. On pourra éventuellement paramétrer le service dans ce menu en indiquant le nom d’utilisateur, son mot de passe et le domaine que le NAS doit intégrer.

DFS (Distributed File System) bénéficie également d’un onglet dédié. Pour rappel cette fonction permet de centraliser plusieurs partage via une arborescence de dossiers virtuelle.Le but étant d’éviter aux utilisateurs une navigation pénible et peu pratique dans différents lecteurs réseaux au bénéfice d’une unique « arbre » de dossiers.

DNS Dynamique

ki7j9dte9u1x84ryudv0.pngAfin de saisir l’intérêt du service DNS dynamique, commençons par nous poser la question suivante : comment accéder au NAS via internet ?
La première solution et la plus évidente consiste à utiliser son adresse IP. Mais mémoriser une telle information semblera rébarbatif à bien des utilisateurs. C’est pourquoi il est possible de substituer cette adresse IP par un nom de domaine. Concrètement, on remplace alors une adresse IP de type « 192.168.0.100 » par un nom pouvant ressembler à « monnas.servicedns.org » plus adapté à une utilisation via internet.

SNMP

yuk3qd7pswyvdxchigii.pngSNMP est un protocole de management d’équipements réseau ancien. Il est depuis de nombreuses années remplacé par les interfaces web bien plus conviviales et pratiques. Cependant D-Link propose toujours ce service afin d’assurer la compatibilité avec tous les systèmes.



Service de découverte réseau

se10a2p14hovanrxf26j.pngLe service « Découverte réseau » est un protocole transparent. Il vise uniquement à améliorer la communication entre les différents équipements présents sur un réseau.
UPnP est un protocole dédié à la qualité de service sur un réseau alors que

LLTD permet aux appareils de présenter les services embarqués aux autres équipements. Ainsi un routeur pourra prévenir les machines qu’il est capable d’offrir un accès à internet grâce à ces fonctionnalités.

Applications

x0t5hh9v7emdl0f3het2.png


Bien que les services représentent les fonctionnalités essentielles d’un NAS, les fabricants de NAS ont prit pour habitude d’enrichir leurs équipements de différentes applications. Le D-Link ShareCenter Pro 1200 étant clairement orienté réseaux professionnels et utilisateurs expérimentés, ces applications supplémentaires restent malheureusement assez sommaires.
Par défaut seuls un outil de gestion de fichiers Web et un gestionnaire de téléchargement sont installés.

Gestionnaire de fichiers Web

tajqzeni8grbmtbfrify.pngLe gestionnaire de fichiers web permet d’accéder aux fichiers du NAS via le web. Cette fonctionnalité peut bien sûr être sécurisée grâce au protocole SSL. Une option que nous recommandons vivement.



Gestionnaire de téléchargements

oob8jregcxycuvrjree5.pngLe gestionnaire de téléchargement permet de déléguer les tâches de transferts de fichiers au NAS plutôt que d’accaparer un PC. L’application supporte les protocoles FTP et http. Il suffit d’indiquer l’adresse de téléchargement puis la destination du fichier en question. Un outil qui somme toute continue d’avoir du mal à nous convaincre.

 

{mospagebreak}
{menu Sauvegarde}
Sauvegarde

grqmwus9laf7sghflbzr.png

Les outils de sauvegarde restent des fonctions essentielles et indispensables à tout équipement de stockage de données. Nous regrettons parfois de voir certains appareils relativement pauvres concernant ce point clé de tout NAS.

Or D-Link fort d’une longue expérience dans le domaine du réseau fait preuve une fois de plus de tout son sérieux en proposant ici un outil exemplaire dédié aux sauvegardes.
Cinq fonctionnalités distinctes sont présentes dans le menu sauvegarde : Images de volumes, Sauvegardes locales, Sauvegardes distantes, Sauvegardes externes et enfin le Service Amazon S3.

Images de volumes

ui5iejxu58khxauqcp7x.pngLe menu « Images de volume » offre donc la possibilité de sauvegarder intégralement le contenu du D-Link ShareCenter Pro 1200 sur lui-même. Cette fonctionnalité vise à pouvoir restaurer des fichiers très rapidement en cas de suppression ou de modifications accidentelles.
On prendra donc soin d’indiquer le volume à sauvegarder, le nombre d’images à conserver ainsi que la fréquence de la sauvegarde.

Sauvegarde locale

y91qzvazlybwk0kpd8cr.png gnsbar9g7wezpk1d0sb9.png


La sauvegarde locale autorise la copie des fichiers contenus dans le D-Link ShareCenter Pro 1200 vers une machine présente sur le réseau.

La première étape permet la sélection du contenu à sauvegarder ainsi que la destination souhaitée. Si l’hôte destiné à recevoir les sauvegardes nécessite une authentification, on indiquera alors le nom d’utilisateur ainsi que le mot de passe associé.
nfj5qmz3wd8irct6cisu.png
La seconde étape permet le paramétrage de la planification de la tâche de sauvegarde. Elle peut être journalière, hebdomadaire ou mensuelle. On précisera également l’heure de démarrage et les jours précis à laquelle elle doit être réalisée.


Sauvegarde à distance

xed5ruet85r6awxvhl59.pngBien que le D-Link ShareCenter Pro 1200 puisse être sauvegardé sur une autre machine, le NAS est également capable de recevoir les sauvegardes des autres équipements.

Le premier onglet permet d’activer le service de sauvegarde à distance. Son accès peut être restreint grâce à un mot de passe à désigner ici.
Le second onglet permet la configuration d’une tâche de sauvegarde en tout point identique à celles du menu « Sauvegarde locale »

Sauvegarde externe

jobyaz04k5ic9ta37brk.pngGrâce à ses connecteurs USB, le D-Link ShareCenter Pro 1200 peut également accueillir les sauvegardes de périphériques externes tels que les disques durs et autres clés USB.

Il suffira simplement d’indiquer le dossier de destination puis éventuellement valider l’option « Sauvegarde incrémentielle » grâce à laquelle seuls les nouveaux fichiers sont ajoutés à la sauvegarde précédente.

Service Amazon S3

zh9ex8zunzvpb5ma5jlv.pngLe D-Link ShareCenter Pro 1200 peut également être sauvegardé via le service Amazon S3. Cette fonctionnalité étant payante, elle dépasse donc le cadre de ce test.




Extensions Pack

2eojpgvfc0ukyzg643ky.pngLe menu “Extensions Pack” permet d’enrichir le D-Link ShareCenter Pro 1200 de fonctionnalités supplémentaires.







{mospagebreak}
{menu Performances RAID 0}
Performances RAID 0 

Protocole de test

Afin de mesurer les performances, nous avons utilisé notre PC de référence doté d’une interface réseau Intel 82579V compatible réseaux Gigabits. Pour être certain de ne pas brider les transferts de données, nous utilisons une grappe raid 0 de deux SSD. Nous équipons le D-Link DNS 1200 de cinq disques durs Seagate Barracuda 7200 rpm dotés de 12 Mo de mémoire cache et d’une interface SATA 3Gb/s pour une capacité d’un tera octet.

Nous allons donc comparer les performances des différents modes raid. Cela nous permettra de vérifier les qualités et défauts de ces différentes configurations et surtout de vous aider à opter pour la plus adaptée à vos besoins.
Nous utiliserons donc notre traditionnel fichier de 7769 Mo ainsi que notre ensemble de 2414 fichiers répartis dans 149 dossiers pour un volume de 3.08 Go (environ 1.3 Mo par fichier). Les mesures seront effectuées via les protocoles de transfert SMB et FTP en lecture comme en écriture.


Raid 0 lecture gros fichiers smb

6uh5buoznfz6z1qs4qor.png


Nous ouvrons notre batterie de mesures avec le mode RAID 0. Nous incluons dans notre tableau la valeur relevée avec un disque dur unique à titre de comparaison.
Les débits mesurés en lecture via le protocole SMB nous laissent présager des performances moyennes mais toutefois correctes avec une plage comprise entre 50 et 65 Mo par seconde.

Etonnamment, nous ne dépassons les débits observés sur une seule unité de stockage qu’à partir de quatre disques configurés dans la grappe RAID.

Raid 0 lecture de gros fichiers FTP

bikrnxly9e3ogaxacevj.png


Comme nous le constatons régulièrement lors de nos tests de NAS, les débits sont en général meilleurs via le protocole FTP. Le D-Link ShareCenter Pro 1200 ne déroge pas à la règle car nous relevons des débits compris entre 85 et 100Mo par seconde. Ces valeurs répondent à nos attentes.

Raid 0 écriture de gros fichiers SMB

7gn8hc7q09if67tjm485.png


En écriture via le protocole SMB, les débits chutent malheureusement avec des valeurs frôlant les 30Mo par seconde. Au mieux, elles atteignent 45Mo par seconde en utilisant cinq disques dans le NAS. Le protocole SMB ne semble pas pleinement profitable au D-Link ShareCenter Pro 1200.

Raid 0 écriture de gros fichiers FTP

o2mlw6u2nfku8i1kkhc0.png


Le protocole FTP n’offre guère de meilleurs débits car nous restons proches des 30Mo par seconde quelque soit le nombre de disques dur employés.

Raid 0 lecture de petits fichiers SMB

l35r5nfum61jyjmaiges.png


Comme pour tous les NAS, les débits sont moindres en transférant de petits fichiers. Ainsi on tombe à 30Mo par seconde avec cinq disques embarqués dans notre D-Link ShareCenter Pro 1200.

Raid 0 lecture petits fichiers FTP

2ndbhk7nrx9eqzkczwzi.png


Le protocole FTP réussit à la lecture de petits fichiers car les débits obtenus connaissent une hausse significative. On obtient ainsi des débits compris entre 45 et 50Mo par seconde

Raid 0 écriture de petits fichiers SMB

lttaqz6i6zdjnpgoqkt0.png


Nous arrivons à peine à dépasser les 30Mo par seconde lorsque cinq disques sont installés dans le D-Link ShareCenter Pro 1200.

Raid 0 écriture de petits fichiers FTP

332ee79on68avfk0cvp7.png


Nous reproduisons le même phénomène constaté qu’en lecture soit une hausse des performances grâce au protocole FTP. On dépasse les 50Mo par seconde en utilisant quatre disques.

{mospagebreak}
{menu Performances RAID 5}
Performances RAID 5

Raid 5 lecture de gros fichiers SMB

j3tgppm45lytcm1xq38i.png


Le mode RAID 5 nécessitant un minimum de trois disques durs pour être configuré, nos mesures sont donc naturellement réduites. Les amateurs de performances pures ne seront probablement convaincus par des débits avoisinant les 50Mo par seconde.

Raid 5 lecture de gros fichiers FTP

r1dzr38fmec9ep9vzbol.png


En RAID 5 non plus, nous n’arriverons pas à saturer notre interface réseau même si les débits observés ici sont en hausse avec un maximum de 73Mo par seconde.

Raid 5 écriture de gros fichiers SMB

wpqax35tfoivk3vaidqy.png


Nous retrouvons des débits semblables à ceux observés en Raid 0 avec des valeurs comprises entre seulement 30 et 40Mo par seconde.

Raid 5 écriture de gros fichiers FTP

wbesu0gzuqti8shobzfo.png


Le mode Raid 5 sera difficilement recommandable car nous mesurons des débits variant de 25 à 35Mo par seconde.

Raid 5 lecture de petits fichiers SMB

ebqrbaf5pfyizp1uzwir.png


Nous plongeons à nouveau dans des plages de débits réellement faibles en optant pour le protocole FTP car à 16Mo par seconde, les transferts paraîtront particulièrement longs.

Raid 5 lecture de petits fichiers FTP

uc64mo3oiaay94ofy3de.png


Le protocole FTP permet d’améliorer légèrement les débits en dépassant les 40Mo par seconde si le D-Link ShareCenter Pro 1200 embarque quatre disques durs.

Raid 5 écriture de petits fichiers SMB

3y339qbfpr4zmvyk2rb1.png


Des débits oscillant entre 25 et 30Mo par seconde pour un NAS haut de gamme convaincront difficilement les utilisateurs.

Raid 5 écriture de petits fichiers FTP

8r50q96na6csbnrhkjvz.png


On retrouve une habituelle amélioration des débits pour atteindre un maximum de 45Mo par seconde. On évitera de laisser des baies vides dans le D-Link ShareCenter Pro 1200 car avec trois disques, les débits chutent avec 20Mo par seconde.

{mospagebreak}
{menu Performances RAID 6}
Performances RAID 6

Raid 6 SMB

jf0cp9ca12kev4evpevx.png


Nous regroupons l’intégralité de nos mesures effectuées en mode Raid 6 sur un unique graphique dans le cadre d’une utilisation du protocole SMB. En effet cette configuration nécessite obligatoirement cinq disques durs.
Nous restons malheureusement dans des plages de débits décevantes avec  au mieux 50Mo par seconde en lecture de gros fichiers. Au pire, nous restons en dessous des 20Mo par seconde en lisant des petits fichiers.

Raid 6 FTP

p4sg3odewwviapdn2sde.png


Grâce au protocole FTP, les débits bénéficient d’un léger mieux avec 62Mo par seconde en lecture de gros fichiers. L’écriture de gros fichiers ferme la marche avec un débit de 35Mo par seconde.

{mospagebreak}
{menu Performances RAID 1 }
Performances RAID 1

Raid 1 SMB

f58yixyxi0oztvgtf0vn.png


Nous achevons notre batterie de mesures avec le test du mode Raid 1 donc obligatoirement avec deux disques durs seulement.
Nous observons alors des débits habituels pour cet appareil variant de 20 à 50Mo/s. Le classement des performances n’évolue guère.

Raid 1 FTP

qojld58d6uxnp3s3cevk.png


Le D-Link ShareCenter Pro 1200 s’en sort pas mal lors de la lecture de gros fichiers via FTP avec un débit supérieur à 80Mo par seconde. Hormis ce résultat, nous restons à des valeurs bien basses environnant les 30Mo par seconde.
{mospagebreak}
{menu Consommation et  Nuisances Sonores}
Consommation et nuisances sonores

          Nuisances sonores

i0syjrur75h6ocyk1eoz.jpgNous mesurons également le niveau sonore émit par le D-Link ShareCenter Pro 1200 à une distance d’un mètre afin de s’assurer de la discrétion du NAS.

Nous commençons par le niveau ambiant appareil éteint en obtenant 35.5dB. Sans disque dur, le NAS émet 43 dB au démarrage les ventilateurs à plein régime. Il passe alors à 35.6dB en veille.
Avec un et deux disques, nous avons mesuré 35.6dB puis 35.7dB avec trois unités de stockage. Enfin avec quatre et cinq disques, nous avons atteint un niveau sonore de 35.9 dB.

Nous pouvons donc affirmer que ce modèle est très silencieux à condition qu’il soit installé dans un environnement plutôt aéré. Une fois le NAS en activité, il reste toutefois relativement discret même si la nuisance sonore atteinte semblera un peu élevée pour les amateurs de silence.

Consommation

Nous avons mesuré la consommation électrique du D-Link ShareCenter Pro 1200 à la prise selon qu’il soit équipé de un à cinq disques durs. Sans disque, le NAS consomme 23 Watts et avec un disque il passe à 30 Watts. En passant à deux disques, on atteint 37 Watts, puis 42 Watts avec trois disques.

Enfin, le D-Link ShareCenter Pro 1200 consomme 49 Watts avec quatre disques et 53 Watts avec le nombre maximal de cinq unités de stockage.

{mospagebreak}
{menu Conclusion}
Conclusion
 
Après avoir parcouru toutes les fonctions embarquées par le D-Link ShareCenter Pro 1200 et mesuré les débits de toutes les configurations possibles, il est donc venu le temps de tirer notre conclusion concernant ce NAS.

Certes, le D-Link ShareCenter Pro 1200 a fière allure. Son aspect sobre lui confère un look visuellement réussi. Les baies chargées d’accueillir les unités de stockage sont pratiques et bien conçues. Nous regrettons toutefois qu’elles nécessitent encore l’utilisation de nombreuses vis. Pourtant la marque produit des NAS « Tooless » qui ne nécessitent pas de tournevis pour être montés.
 
ylv2a5i52arzoqcxql2g.jpgCependant le D-Link ShareCenter Pro 1200 a su se montrer convaincant surtout grâce à son interface de gestion et de configuration. Etant clairement dédié aux utilisateurs avancés mais aussi aux petites entreprises, D-Link réussit à rendre accessible les nombreuses fonctionnalités embarquées à un large public.

Nous regretterons seulement que les différents menus ne soient pas mieux documentés afin de faciliter le choix des diverses options. Certes les assistants inclus remplissent parfaitement leur rôle mais nous aurions apprécié la présence d’informations supplémentaires.
 
Concernant les performances, nos mesures montrent clairement que le D-Link ShareCenter Pro 1200 n’est pas un foudre de guerre. Les débits observés n’ont pas su saturer notre interface réseau. D’ailleurs, ils ont même su se montrer particulièrement bas.

Mais cela fait-il du D-Link ShareCenter Pro 1200 un mauvais NAS ? Définitivement pas. Car l’appareil a su se montrer convaincant notamment sur sa fiabilité. En effet nous l’envisageons très bien comme capable de remplir son rôle avec brio durant de très longues années.

Même s’il ne bénéficie pas de fonctionnalités avancées comme le support du protocole DLNA (diffusion de contenus multimédia), nous restons persuadés que le D-Link ShareCenter Pro 1200 satisfera ses utilisateurs grâce à de très puissants outils tels que la technologie iSCSI ou encore ses outils de sauvegarde intégrés.

alt
alt
fleche Interface conviviale et sobre
fleche Qualité de conception et de fabrication
fleche L'orientation professionnel du NAS
fleche Absence de fonctionnalités DLNA
fleche Peu d'extensions disponibles
 
Share