Mardi, 21 Mai

Dernière mise à jour20/05/2019 04:59:11 PM GMT

Vous êtes ici Articles Stockage réseau, NAS NAS Netgear RNDU 6000 Ultra 6

NAS Netgear RNDU 6000 Ultra 6

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}
Introduction

59hardware

Les capacités des disques durs ne cessent de croître dans le but de pouvoir stocker toujours plus de photos très hautes résolutions, de vidéos HD ainsi que d’énormes bibliothèques de musiques.

Pourtant ils ne suffisent pas par eux même à répondre aux attentes des utilisateurs dont les besoins ne cessent d’augmenter. Face à cette boulimie de giga octets, les constructeurs de matériel informatique proposent bien entendu diverses solutions plus ou moins réussies et efficaces.

Parmi elles, le NAS (Network Attached Storage) connait un succès pleinement mérité. Et si bien des modèles permettent de disposer de capacités de stockage conséquentes, Netgear compte dans sa gamme de produits le RNDU6000 alias le ReadyNAS Ultra 6. Ce mastodonte capable d’accueillir jusqu’à six unités de stockage serait-il l’ultime solution de stockage en réseau ? Bénéficie-t-il de toutes les fonctionnalités permettant aux utilisateurs de s’affranchir enfin des limites des systèmes de stockage conventionnels ?
{mospagebreak}

{menu Présentation}

Présentation

tvffboqtfmhzonxfu1ex.jpgLe Netgear Ultra 6 fait parti du haut de gamme grand public des systèmes de stockage réseau de la marque. Il vise clairement les performances sans délaisser les fonctionnalités de l’appareil. Certes les outils accessoires souvent peu utilisés ne sont pas installés dans le NAS car ils ne sont que très rarement utilisés par les utilisateurs avancés. Netgear estime probablement avec raison que les acquéreurs de ce type de matériel ne l’utiliseront pas pour héberger un blog par exemple. Cependant quelques outils dédiés aux contenus multimédias sont toutefois présents. Il est donc possible d’utiliser le Netgear Ultra 6 comme serveur DLNA.

Les fonctionnalités de base des NAS sont bien entendu toutes présentes. Mais surtout elles demeurent totalement paramétrables bien au-delà des modèles concurrents. Il est vraiment possible de personnaliser les moindres détails des services embarqués. La marque a ici réussit un véritable coup de maître.

Description des fonctionnalités

fleche  Baies internes Hot Swap
fleche  Support des disques 3’’1/2
fleche  Interfaces réseaux Gigabyte
fleche  Interface de gestion web
fleche  Applications multimédia DLNA v5 compatible Tivo
fleche  Serveur de fichiers multi protocoles SMB, AFP, NFS, http et FTP.
fleche  Service ReadyNAS remote, Iphone et photos
fleche  Service de sauvegarde local, LAN et ReadyNAS vault en ligne
fleche  Service Rsync
fleche  Interfaces USB-2
fleche  Serveur d’impression
fleche  Service d’encryptions SSL, HTTPS et FTPS
fleche  Support des modes RAID 0,1,10,5, 6 et X-RAID 2.
fleche  Support du iSCSI
fleche  Support multi langue
fleche  Support des droits d’accès
fleche  Support d’économie d’énergie

Bundle

lvgb1wbh9qca05nozk1h.jpgNotre Netgear Ultra 6 étant un modèle de sample destiné à la presse, il ne disposait pas de l’emballage dont bénéficieront les utilisateurs finaux.
Toutefois, le NAS sera accompagné de son câble d’alimentation ainsi que celui ethernet. Devraient être présents également, les guides d’installations ainsi que le logiciel de sauvegarde Memeo Premium Backup comportant trois licences client.

Présentation extérieure

Le Netgear Ultra 6 s’impose de toute évidence comme un matériel très haut de gamme. Il s’inspire des équipements professionnels en mettant en avant les fonctionnalités et la sobriété plutôt qu’une esthétique plus flatteuse mais non indispensable.
Ses dimensions sont naturellement plus conséquentes que les modèles de NAS habituels, généralement des produits se « limitant » à quatre baies. Cependant Netgear réalise la prouesse d’intégrer jusqu’à six disques dans un espace aussi réduit. Il mesure la moitié d’une tour PC standard tout en étant bien moins profond.
 xb65yq4t73y7tefcxw2b.jpg  jcn8u0vsmny4bkes5udm.jpg

Sa façade est agrémentée d’une porte dont la fermeture est assurée par un système aimanté. A sa gauche, on reconnaîtra un bouton de mise sous tension, un autre dédié aux sauvegardes ainsi qu’un connecteur USB-2. Sur la partie supérieure de la façade, un afficheur très pratique mais aussi parfaitement intégré indique les informations principales de l’appareil.

Un fois la porte ouverte, on apercevra les six supports dédiés aux disques durs. Ceux-ci peuvent être protégés de toute extraction involontaire grâce à un petit verrou situé dans le cliquet de fermeture des caddies. Nous apprécions que la qualité de ces derniers soit d’un niveau professionnel.

A l’arrière de l’appareil, Deux ventilateurs impressionnent par leur taille. Le premier au dessus est dédié aux unités de stockage est de la marque Crown. 

C’est un modèle de 120mm doté d’un mécanisme de roulement à billes. Il est capable d’atteindre 2200 tours par minutes délivrant ainsi plus de 80CFM.

 rr01x9gt62ga25n1wr3v.jpg  b8fwrelj2j0dfo19ivge.jpg

Le ventilateur inférieur est celui intégrant l’alimentation du NAS. C’est un modèle de 80mm. Au sujet de cette dernière, il s’agit d’un modèle de 300 Watts de la marque Seasonic dont la renommée n’est plus à faire.
On retrouve enfin le connecteur d’alimentation accompagné de son interrupteur ainsi que les deux connecteurs des interfaces réseaux. Enfin au dessus, nous reconnaissons les deux connecteurs USB-2.

Présentation intérieure

Accédons maintenant à l’intérieur de l’appareil. Celui-ci s’ouvre comme la majorité des PC au format tour. Il suffit d’hotter un panneau latéral. Nous découvrons alors une conception semblable à celles des PC. L’alimentation siège en bas et la carte mère est installée verticalement au fond du boîtier.
L’espace dédié aux disques dur est contenu dans une armature métallique leur permettant une isolation bien pensée. A l’opposé, nous apercevons la carte mère de dos. Celle-ci étant fixée par de nombreuses vis confortant l’impression de robustesse générale du NAS.

 04ef9undfo4jur3da4f2.jpg  ufs22y7h02yla8m3tar9.jpg

La carte mère ressemble à s’y méprendre à celles des PC. On y retrouve le connecteur d’alimentation classique, les ports dédiés à la RAM, le chipset Intel et un dissipateur thermique recouvrant le processeur.

Le chipset NH82801IR plus communément appelé Northbridge gère les interfaces réseaux, ainsi que les six ports SATA.

Les 1Go de RAM embarqués sont de type DDR2 cadencés à 667Mhz et de la marque Unigen.

 v9r9alcu5gxk3il6q3ov.jpg  k14la2mp88qihxjmd1i1.jpg

Terminons enfin avec le processeur du Netgear Ultra 6. Il s’agit d’une puce Intel Atom D510 fonctionnant à 1.66Ghz dotée de deux cœurs bénéficiant de l’hyperthreading.  Il bénéficie d’un Mo de cache et offre un lien DMI de 2.5GT/s
Il gère également les instructions en 64Bits, mais aussi celles de type SSE2,3 et SSSE3.
Enfin son TDP est seulement de 13 Watts.

{mospagebreak}
{menu Installation}

Installation

netgear_rndu6000_ultra6_01.png

Bien que la console d’administration dispose d’un assistant, le Netgear Ultra 6 visant les utilisateurs avancés, nous partons donc du principe qu’ils préfèrent s’en passer pour configurer directement sans détours les options souhaitées.
Cependant la première mise en fonction nécessite l’installation du logiciel RAIDar simplifiant grandement l’accès au NAS. Il permet également d’initialiser l’espace de stockage.
4lnmi2cubxj1yys9xb80.png
L’utilisateur optera pour la technologie XRAID-2 s’il souhaite laisser le NAS configurer automatiquement le système RAID en fonction du nombre de disques durs présents. Le cas échéant, il utilisera un mode RAID standard de niveau 0, 1, 10, 5 ou 6.

La connexion au Netgear Ultra 6 permet d’accéder à l’interface de configuration de l’appareil. Nous avons apprécié un logiciel principalement « texte » où les icônes graphiques sont absentes. Ce choix permet d’obtenir une rapidité d’affichage supérieure offrant alors une réactivité appréciable.

{mospagebreak}
{menu Management}

Management

netgear_rndu6000_ultra6_02.png 

Réseau


La section dédiée au réseau permet la configuration des deux interfaces disponibles sur le Netgear Ultra 6. Comme tout équipement dédié aux réseaux IP, nous retrouvons l’habituel choix entre l’adressage automatique grâce à un serveur DHCP présent sur le réseau. Le cas échéant, l’utilisateur peut toujours opter pour un adressage manuel s’il le souhaite.

Paramètres Ethernet 1 & 2

netgear_rndu6000_ultra6_03.png netgear_rndu6000_ultra6_04.png

 Parmi les paramètres disponibles, ceux concernant les interfaces réseau sont particulièrement complets. En effet, il est possible de configurer l’option MTU de l’interface. Bien sûr, on indiquera le masque de sous-réseau ainsi que la passerelle si on préfère l’adressage manuel. Le Netgear Ultra 6 gère également le protocole IPV6.
Il est enfin possible de visualiser les éventuelles erreurs de transmission grâce au journal intégré. Aussi, un indicateur témoin précise l’état de la connexion de chaque interface.

Afin de bénéficier de performances accrues, l’utilisateur peut activer les trames étendues. Cette fonction a la particularité d’améliorer les transferts particulièrement sur les gros fichiers.

Paramètres généraux

 netgear_rndu6000_ultra6_05.png  netgear_rndu6000_ultra6_06.png

L’onglet « Paramètres généraux » regroupe les informations globales relatives à la configuration réseau. Ici, on peut nommer le NAS tel qu’il apparaîtra sur le réseau. Nous pouvons également préciser le groupe de travail auquel le Netgear Ultra 6 s’intégrera.
Enfin, on indiquera les serveurs de noms à utiliser. Ceux-ci étant indispensables afin de bénéficier d’une connectivité à internet. Le dernier champ permet de préciser le nom de domaine auquel le NAS sera éventuellement déployé.

Serveur Wins

Le service Wins est une fonction similaire au service DNS. Celui-ci ayant été développé par Microsoft. Son rôle est semblable à celui d’un annuaire car il traduit une adresse IP en un nom.
Ainsi le Netgear Ultra 6 embarque un tel service même s’il est de moins en moins utilisé. Le but étant de toujours assurer une rétrocompatibilité avec les équipements déjà présents.

Serveur DHCP

Bien que l’intégralité des internet box actuelles offrent le service DHCP, le Netgear Ultra 6 embarque également cette fonction. Pour rappel, ce service permet d’éviter un fastidieux plan d’adressage IP manuel. Le serveur se chargeant de cette opération en délivrant une adresse automatiquement à chaque équipement appartenant au réseau.

Le paramétrage est aisé puisqu’il suffit d’indiquer la première adresse IP disponible ainsi que la dernière. On précisera également la durée de cette attribution en minutes.

Sécurité

Le Netgear Ultra 6 compte parmi ses priorités la sécurité des informations dont il a la responsabilité. Ainsi le NAS permet la gestion multi utilisateurs indispensable à la confidentialité des données stockées.
Cette puissante fonction permet concrètement d’autoriser et d’interdire des accès aux fichiers grâce à une identification et à une authentification des utilisateurs par le Netgear Ultra 6.

Mot de passe Admin

Le mot de passe admin du Netgear Ultra 6 est crucial puisqu’il permet de contrôler dans son intégralité les fonctions embarquées.

Dans le cas de ce NAS en particulier, nous recommandons en vue du stockage gigantesque dont il est équipé de procéder à une politique draconienne du mot de passe de ce compte.
Les préconisations actuelles recommandent un minimum de six caractères ne formant pas un mot appartenant à un quelconque dictionnaire. Il comportera aussi au moins un chiffre, une ponctuation et enfin un caractère spécial comme par exemple « # ».
Il sera enfin indispensable de procéder régulièrement au changement de ce mot de passe afin de limiter tout risque d’intrusion.
Le menu dédié à cette fonction permet de modifier le mot de passe admin mais aussi d’indiquer un système de question/réponse en cas d’oubli de ce dernier. Enfin, on précisera une adresse email nécessaire à la récupération du mot de passe au besoin.

Gestion des comptes

La gestion des comptes utilisateurs utilise le principe simple mais efficace du répertoire traditionnel.

Les comptes sont donc classés par ordre alphabétique. Afin de créer un compte, on prendra soin d’indiquer un nom et une adresse email. On pourra alors le joindre à un groupe pour enfin entrer un mot de passe. Si nécessaire, on précisera aussi un quota visant à limiter l’espace disque diponible pour l’utilisateur en question.

Services

Les services comptent parmi les fonctions élémentaires du Netgear Ultra 6. Elles définissent la méthode par laquelle les utilisateurs auront accès aux fichiers.
Pour mener à bien cette connexion entre le poste client et le NAS, un protocole doit être choisi. Les plus utilisés sont bien sûr SMB dédié aux réseaux Microsoft. Le Netgear Ultra 6 est également capable d’en gérer d’autres tels que NFS (Linux) et AFP (Apple).

Partage de fichiers

L’onglet « Partage de fichiers » permet d’activer ou non les différents protocoles de communication élémentaires. Il suffit de cocher ceux souhaités afin que le Netgear Ultra 6 puisse être disponible sur les réseaux dédiés.

 netgear_rndu6000_ultra6_11.png  netgear_rndu6000_ultra6_12.png

Nous retrouvons également d’autres protocoles en général ciblés pour une utilisation via internet tels que FTP (File Transfert Protocole) et HTTP.
Les options dédiées au service FTP sont minimalistes. L’administrateur du NAS ne sera probablement pas perdu face à de trop nombreuses options souvent inexploitées.
Sont donc disponibles le port d’écoute, le mode d’authentification, la fonction « resume » permettant de reprendre un téléchargement interrompu, la plage de ports passifs et enfin une adresse dite de complaisance. Cette dernière permettant de se connecter au service FTP en utilisant un nom plutôt qu’une adresse IP. Cette dernière n’étant utilisable qu’en réseau local.

 netgear_rndu6000_ultra6_13.png  netgear_rndu6000_ultra6_14.png
Les protocoles HTTP et HTTPS peuvent aussi être utilisés pour se connecter au Netgear Ultra 6. L’accès via un logiciel de navigation internet peut alors être redirigé obligatoirement sur un dossier spécifique (site web). Une procédure d’authentification peut aussi être exigée.
HTTPS permet un chiffrement de la connexion grâce au protocole sécurisé SSL.
Le Netgear Ultra 6 embarque également le service RSYNC permettant de réaliser des sauvegardes sur ou depuis des systèmes de types Linux.

Diffusion de contenus

netgear_rndu6000_ultra6_15.png netgear_rndu6000_ultra6_16.png
Le Netgear Ultra 6 est aussi capable de diffuser des contenus multimédia sur le réseau via le protocole DLNA. Cette fonction permet de bénéficier d’une interface de navigation améliorée face au traditionnel gestionnaire de fichier dédiée aux photos, vidéos et autres musiques.
L’activation de se service passe par l’indication du dossier contenant les fichiers multimédia. Il peut éventuellement être précisé le type de ces derniers. On notera également la possibilité d’étendre la compatibilité de ce protocole avec la technologie « Tivo ».

Le Netgear Ultra 6 est aussi capable d’héberger les bibliothèques des logiciels comme iTunes. Il suffit de cocher l’option afin d’activer ce service. L’utilisateur pourra alors bénéficier du NAS comme espace dédié à sa médiathèque « Apple ».

Annonce de services

netgear_rndu6000_ultra6_17.png« Bonjour » et « UPnP » sont des protocoles dits transparents. Ils n’apportent pas véritablement de fonctionnalités  concrètes mais permettent de faciliter et d’améliorer la communication entre les différents équipements connectés au réseau.
Le Netgear Ultra 6 embarque ces fonctionnalités pratiques permettant par exemple de « publier » auprès des PC clients d’éventuelles imprimantes mais aussi d’indiquer sa présence sur le réseau.

 
{mospagebreak}
{menu Volumes}

Volumes

La section « Volume » est une des parties essentielles du Netgear Ultra 6. Car c’est ici qu’il sera possible de paramétrer l’espace de stockage embarqué par le NAS.
C’est également dans cette partie que l’on retrouve la puissante technologie iSCSI dont la principale fonction vise à émuler un lecteur réseau en un lecteur physique.

Gestion de volumes

L’onglet « Gestion des volumes » se divise en trois sections : Paramètres RAID, Maintenance Volume et iSCSI.

« Paramètres RAID » permet de s’assurer de la bonne santé de l’espace de stockage. Les informations spécifiques aux unités de stockages sont disponibles dans ce menu. Il est ici possible de prendre connaissance de la marque de chaque disque dur installé, de son modèle et de sa capacité. Un bouton « supprimer » permet de retirer une unité de stockage de la grappe RAID. Enfin, il est possible d’activer une diode LED pour chaque disque afin de localiser ce dernier dans le Netgear Ultra 6.

Maintenance des volumes

 netgear_rndu6000_ultra6_18.png  netgear_rndu6000_ultra6_19.png

Le Netgear Ultra 6 embarque tous les outils nécessaires afin de contrôler l’état de chaque composant de stockage. Le premier permet d’analyser d’éventuelles corruptions de données. Cette analyse peut être planifiée selon une programmation journalière, hebdomadaire ou mensuelle.

Un second outil est directement dédié au système de fichiers programmable selon un planning défini par l’utilisateur.

iSCSI

netgear_rndu6000_ultra6_20.pngLa technologie iSCSI permet d’émuler un partage réseau en tant qu’un disque dur local. Il n’est donc plus nécessaire d’utiliser le voisinnage réseau ou les lecteurs réseaux afin d’accéder au Netgear Ultra 6. Grâce à cette technologie, le NAS est vu par Windows comme n’importe quel disque dur installé physiquement dans la machine.
 
iSCSI permet aussi différentes options d’évolutions avancées. Par exemple, il est possible de créer des volumes de stockages dont la capacité est supérieure à l’espace réel. Concrêtement, on peut alors créer un espace disque de 12 To alors qu’en réalité, seuls 4 To sont réellement présents. Bien entendu, pour utiliser l’espace supplémentaire prévisionnel, il faudra installer physiquement les disques nécessaires.

Périphériques USB

netgear_rndu6000_ultra6_21.pngDoté de plusieurs connecteurs USB-2, le Netgear Ultra 6 prend en charge un grand nombre de périphériques tels que les disques durs bénéficiant de cette interface mais aussi les imprimantes.
Il est par exemple possible de formater directement un support de stockage depuis le NAS sans avoir à utiliser un PC tiers. S’il s’agit d’une clé USB ou d’un périphérique équivalent, l’utilisateur peut également le partager le contenu  automatiquement sans intervention particulière.
 
Est également laissé le choix de restreindre l’accès au périphérique USB à un utilisateur ou un groupe uniquement.

{mospagebreak}
{menu Partages}
Partages

La section « Partage » permet de créer des dossiers partagés disponibles sur le réseau. Elle est également une partie essentielle du Netgear Ultra 6. Sont aussi disponibles dans ce menu des fonctions très poussées dédiées aux autorisations d’accès. C’est pourquoi à défaut de toutes les énumérer, nous parcourrons les plus utiles et utilisées. Les autres étant réservées aux réseaux très complexes.

Liste de partages

netgear_rndu6000_ultra6_22.png 

L’onglet « Liste des partages » regroupe donc les dossiers mis à la disposition des utilisateurs sur le réseau. Il est possible de définir le ou les protocoles permis à l’accès de ces dossiers. Concrètement, on peut autoriser un utilisateur à accéder à un dossier partagé via le protocole sécurisé HTTPS mais interdire cet accès via HTTP basique.

 netgear_rndu6000_ultra6_23.png  netgear_rndu6000_ultra6_24.png
Des permissions identiques peuvent être appliquées aux périphériques USB connectés.

Les options d’autorisation/restrictions étant identiques pour chaque protocole, elles s’appliquent donc de la même façon pour chacun d’entre eux. Ces réglages sont si précis qu’ils concerneront probablement une petite minorité d’utilisateurs.
 netgear_rndu6000_ultra6_25.png  netgear_rndu6000_ultra6_26.png
Il est possible de cacher des partages à des utilisateurs spécifiques si l’ont ne souhaite pas qu’ils puissent en prendre connaissance. Cette option renforce la confidentialité des informations contenues dans le NAS.

Une corbeille peut être configurée afin que les utilisateurs puissent récupérer des fichiers effacés accidentellement. On pourra alors préciser la durée de stockage des fichiers placés dans la corbeille. Il est également possible de limiter en capacité cette dernière.

{mospagebreak}
{menu Sauvegardes}

Sauvegardes

Comme n’importe quel équipement informatique destiné à stocker des données, celui-ci doit être sauvegardé sur un support externe afin d’éviter tout risque de perte de fichiers. Ainsi au cas ou un incident surviendrait, il sera alors possible de restaurer les données corrompues.

Tâches de sauvegardes 

La première section du menu  sauvegarde permet d’attribuer une tache de sauvegarde à la touche dédiée sur la façade du Netgear Ultra 6. Grâce à cette fonction très pratique, il n’est alors plus nécessaire de se connecter à la console pour réaliser une sauvegarde. Il suffira simplement de presser le bouton pour l’exécuter.

Nouvelle tâche

 netgear_rndu6000_ultra6_35.png  netgear_rndu6000_ultra6_37.png

Alors que bien des NAS tentent de proposer des outils dédiés aux sauvegardes souvent si obscurs qu’ils sont difficilement utilisables, le Netgear Ultra 6 propose un assistant exemplaire de par sa clarté et la richesse des options proposées.
La première étape permet de choisir la source du contenu à sauvegarder. Aucune restriction n’est ici de mise puisque tous les systèmes de stockages reconnus par le Netgear Ultra 6 sur le réseau peuvent être sauvegardés.

La seconde étape est nécessaire afin de définir une destination aux fichiers sauvegardés. Sur ce point également, aucune restriction n’est abordée car tout support reconnu par le Netgear Ultra 6 peut être choisi.

 netgear_rndu6000_ultra6_38.png  netgear_rndu6000_ultra6_39.png

La troisième étape est dédiée à la planification de la sauvegarde selon un planning hebdomadaire. On choisira les dates et horaires souhaités.

La quatrième et dernière étape permet la configuration du type de sauvegarde à effectuer. Les méthodes les plus courantes sont bien entendu présentes comme la sauvegarde incrémentielle, différentielle ou complète.
Différentes options annexes habituellement réservées aux NAS professionnels sont aussi présentes. Le Netgear Ultra 6 est capable de démarrer une machine à distance grâce au protocole Wake on LAN.

Time Machine

Les utilisateurs de machines Apple pourront eux aussi réaliser leurs opérations de sauvegarde grâce au service Time Machine. Il est possible d’exiger une authentification lors de la connexion mais aussi de placer un quota afin de limiter l’espace disque disponible pour ce type de tache.

ReadyNAS Vault

Le service ReadyNAS Vault permet de réaliser des sauvegardes directement sur internet. Cette fonction étant payante, elle dépasse donc l’objet de ce test.

Imprimantes

netgear_rndu6000_ultra6_43.png

Comme la grande majorité des NAS, le Netgear Ultra 6 embarque un service d’impression. Il suffit de connecter une imprimante afin que celle-ci soit automatique mise à disposition sur le réseau local.

{mospagebreak}
{menu Système}

Système

Le Netgear Ultra 6 partageant un grand nombre de points communs avec les modèles professionnels, nous retrouvons logiquement tout un panel d’options dédiés au système interne du NAS. Il est en effet important de pouvoir configurer l’appareil précisément afin de réaliser un paramétrage sur mesure.

Horloge système

netgear_rndu6000_ultra6_44.png
Le Netgear Ultra 6 embarquant sa propre horloge interne, il sera possible de la configurer manuellement. Mais l’utilisateur pourra opter pour la synchronisation avec un serveur NTP (Network Time Protocol). Ainsi la date et l’heure sont synchronisées automatiquement depuis internet.

Gestion des alertes

netgear_rndu6000_ultra6_46.png netgear_rndu6000_ultra6_47.png

L’utilisateur peut être alerté de diverses informations concernant le Netgear Ultra 6. Ainsi par email, on peut être averti par exemple d’éventuelles pannes de disques ou de ventilateurs.
Le serveur de messagerie internet au NAS peut être utilisé mais il est aussi possible d’opter pour un service d’email tiers. Plusieurs utilisateurs peuvent alors être informés.

Les évènements surveillés seront choisis parmi une liste complète et précise. L’utilisateur est certain de ne jamais manquer une seule information capitale.

Performances

netgear_rndu6000_ultra6_49.png

Les amateurs de performances s’attarderont sans aucun doute sur le menu performance disponible dans la console de gestion du Netgear Ultra 6.
Ici nous pouvons autoriser ou non le cache disque en écriture, désactiver la journalisation des données ou encore activer une option accélérant l’écriture sur les périphériques USB.

Langues

netgear_rndu6000_ultra6_50.png

L’interface de gestion du Netgear Ultra 6 bénéficiant d’une assistance très poussée, explicite et extrêmement détaillée digne des meilleurs ouvrages dédiés aux réseaux, il serait dommage de ne pas pouvoir en profiter faute d’une langue incomprise. Il est donc possible de l’adapter au besoin. On retrouve bien entendu l’anglais et le français mais aussi par exemple l’allemand et l’italien.

Mise à jour - Installation

netgear_rndu6000_ultra6_51.png netgear_rndu6000_ultra6_55.png

Le firmware du Netgear Ultra 6 peut être mis à jour afin de bénéficier d’éventuelles nouvelles fonctionnalités mais surtout de corrections de bugs.
Afin de faciliter cette opération tout en minimisant le risque d’erreur, cette mise à jour peut-être effectuée directement depuis le NAS si celui-ci est connecté à internet.
Le cas échéant, l’utilisateur devra effectuer manuellement la mise à jour après avoir récupéré la dernière version sur le site du fabriquant.

Depuis le menu « Mise à jour – Installation » on peut au besoin restaurer les paramètres d’usine au cas où l’on souhaiterait supprimer l’intégralité des paramètres personnalisés.

Configuration

netgear_rndu6000_ultra6_56.png netgear_rndu6000_ultra6_58.png

La configuration d’un NAS pouvant se révéler longue et fastidieuse si les réseaux l’exigent, il sera indispensable de sauvegarder les différents paramètres du Netgear Ultra 6.
Ce dernier se démarque une nouvelle fois de la concurrence en proposant divers choix de copie du fichier de configuration. Il est en effet possible d’enregistrer la configuration intégralement mais aussi se segmenter cette sauvegarde en optant uniquement pour les partages ou les services.

Le second onglet du menu configuration permet de restaurer la configuration préalablement sauvegardée. On indiquera l’emplacement du fichier de configuration pour démarrer la restauration.

Alimentation

netgear_rndu6000_ultra6_59.png

Le Netgear Ultra 6 disposant d’une capacité d’accueil d’un maximum de six disques durs, sa consommation électrique peut être d’autant être plus élevée. C’est pourquoi l’appareil dispose de plusieurs options dédiées à la gestion et à l’économie d’énergie.
Il est possible d’activer la mise en veille des disques durs après une période d’inactivité définie en minutes.

netgear_rndu6000_ultra6_60.png netgear_rndu6000_ultra6_61.png
Il est également possible de planifier la mise en marche et l’arrêt du Netgear Ultra 6.
La console de gestion du Netgear Ultra 6 propose un système clair et particulièrement pratique sous la forme d’un tableau hebdomadaire dans lequel on pourra indiquer l’action à entreprendre ainsi que l’heure à laquelle celle-ci doit être effectuée.

Au cas ou la disponibilité du Netgear Ultra 6 serait cruciale, il est possible de connecter l’appareil à un système ASI grâce auquel en cas de coupure de courant, le NAS continuera d’être opérationnel.

Arrêt et redémarrage

netgear_rndu6000_ultra6_63.png

Si l’utilisateur doit redémarrer le Netgear Ultra 6 ou le mettre hors service alors qu’il n’est pas physiquement accessible, il est possible grâce à ce menu de réaliser ces taches directement depuis la console de gestion du NAS.

{mospagebreak}
{menu Statut}

Statut

La section « Statut » permet d’obtenir une vue synthétique de l’état des composants internes du Netgear Ultra 6. Un témoin pour chaque élément est représenté sous la forme d’une diode LED.

netgear_rndu6000_ultra6_64.png

La section "Etat des composants" donne à l'utilisateur à l’utilisateur le possibilité de prendre connaissance de la vitesse du ventilateur équipant le NAS mais aussi les températures des composants essentiels de l’appareil.

Journaux système

netgear_rndu6000_ultra6_65.png

Egalement présent dans la section « Statut », les journaux systèmes récapitulent les changements effectués concernant la configuration du Netgear Ultra 6. Ces journaux peuvent également être enregistrés dans un fichier annexe.

Modules

Au cas ou les fonctions embarquées par défaut ne satisferaient pas l’utilisateur, le Netgear Ultra 6 est pourvu d’un système de modules dont le rôle est d’installer des outils supplémentaires. Cette section est composée de trois onglets : installés, disponibles et ajouter nouveau.

Installés

netgear_rndu6000_ultra6_66.png

Cet onglet récapitule les modules installés sur le Netgear Ultra 6. C’est donc via ce menu qu’on accédera aux paramètres de chaque add-on.

Disponibles

netgear_rndu6000_ultra6_67.png netgear_rndu6000_ultra6_68.png


Si le Netgear Ultra 6 bénéficie d’une connectivité à internet, ce dernier peut directement accéder à la bibliothèque mise à la disposition par le fabriquant. Sont disponibles à ce jour quelques modules notamment dédiés à la diffusion de contenus orientés multimédia comme Skifta ou ReadyNAS Photo II.

Ajouter nouveaux

Netgear n’étant pas le seul éditeur de modules, il est aussi possible d’installer d’autres add-ons manuellement provenant d’autres sociétés.

{mospagebreak}
{menu Protocole de test}

Protocole de test

Afin de mesurer les performances, nous avons utilisé notre PC de référence doté d’une interface réseau Intel 82579V compatible réseaux Gigabits.
Pour être certain de ne pas brider les transferts de données, nous utilisons une grappe raid 0 de deux SSD.
Nous équipons le Netgear Ultra 6 de 6 disques durs Seagate Barracuda 7200 rpm doté de 12 Mo de mémoire cache et d’une interface  SATA 3Gb/s  pour une capacité d’un tera octet.
 
Nous allons donc comparer les performances des différents modes raid. Cela nous permettra de vérifier les qualités et défauts de ces différentes configurations et surtout de vous aider à opter pour la plus adaptée à vos besoins.
Nous utiliserons donc notre traditionnel fichier de 7769 Mo ainsi que notre ensemble de 2414 fichiers répartis dans 149 dossiers pour un volume de 3.08 Go (environ 1.3 Mo par fichier).
Les mesures seront effectuées via les protocoles de transfert SMB et FTP en lecture comme en écriture.
{mospagebreak}
{menu Performances RAID 0}

Performance RAID 0

Performances RAID 0 en lecture: gros fichiers SMB

yffdsv1uc1resd0cb0f3.png

Nous dépassons systématiquement 100Mbps en lecture de gros fichiers via le protocole SMB. Etonnamment la mesure avec  six disques durs aurait du être la meilleure mais elle demeure avant dernière.

Performances RAID 0 en lecture: gros fichiers FTP

a7fli5wimt006ys8on9h.png

En utilisant le protocole de transfert FTP, nous saturons sur trois mesures notre interface réseau avec 115.84Mbps.

Performances RAID 0 en lecture: petits fichiers SMB

qyp0ajexll5uml6chj8z.png

La lecture de petits fichiers en RAID 0 via le protocole FTP dépassent toutes les 30Mbps. On constate un léger mieux à partir de quatre disques. Avec six disques comme pour les gros fichiers, les performances sont très légèrement en retrait.

Performances RAID 0 en lecture: petits fichiers FTP

b76l6qyqu4igjhwld45h.png

Bien plus efficace en FTP qu’en SMB, nous atteignons presque 100Mbps en utilisant cinq disques. Le Netgear Ultra 6 excelle avec des valeurs moyennes supérieures à 50Mbps.

Performances RAID 0 en écriture: gros fichiers SMB

4z0dvha72lcneofrdf0a.png

Notre Netgear Ultra 6 de test offre encore d’excellentes prestations avec une grande majorité de mesures supérieures à 80Mbps en écriture de gros fichiers en RAID 0.

Performances RAID 0 en écriture: gros fichiers FTP

8n91hw6i92e4o6xi3ee9.png

Le protocole FTP est décidemment le service de prédilection du NAS avec des valeurs maximales de 110.5Mbps.

Performances RAID 0 en écriture: petits fichiers SMB

wvfpya3r0qn4k4gq3254.png

Presque 50Mbps pour l’écriture de petits fichiers en RAID 0 via le protocole SMB. Ces mesures sont largement supérieures à d’autres NAS concurrents.
Performances RAID 0 en écriture: petits fichiers FTP

6p6u25q190ddolnov1yn.png

On gagne plus de 20Mbps en FTP par rapport à SMB avec des valeurs supérieures à 70Mbps pour  atteindre jusqu’à quasiment 90Mbps.
{mospagebreak}
{menu Performances RAID 1}

Performance RAID 1

Performances RAID 1 SMB

vsl18r2diwc16tqqelai.png

Nous regroupons ici toutes nos mesures en un unique graphique concernant le RAID 1 sur deux disques tant en écriture qu’en lecture. Les performances du Netgear Ultra 6 sont aussi bonnes qu’un contrôleur RAID embarqué sur les cartes mères avec des débits compris entre 75 et 115Mbps.

Performances RAID 1 FTP

g93ycbuv0btiro4dxwlm.png

On constate toujours de meilleures performances en FTP plutôt qu’en SMB. Nous passons de 31 à 62Mbps selon le protocole employé en écriture et de 42 à 77Mbps en lecture.
{mospagebreak}
{menu Performances RAID 10}
Performances RAID 10

Performances RAID 10 SMB

fe0r4kxns74ewb671l0y.png

Au cas ou l’utilisateur n’utiliserait que quatre disques, le RAID 10 reste difficilement recommandable non pas à cause de ses performances mais surtout en raison du coût en espace disque. Des valeurs entre 72 et 110Mbps restent des mesures d’excellence.

Performances RAID 10 FTP

v1n392bt0bfmhacjpprh.png

Comprises entre 30 et 70Mbps, le RAID 10 permet de bénéficier d’excellents débits concernant les petits fichiers.
{mospagebreak}
{menu Performances RAID 5}
Performances RAID 5

Performances RAID 5 en lecture: gros fichiers SMB

o1e90sw4f42lisncjg32.png

Le RAID 5 reste particulièrement populaire car supporté par de très nombreux équipements. Le Netgear Ultra 6 offre des performances de premier ordre avec des valeurs majoritairement supérieures à 100Mbps.

Performances RAID 5 en lecture: gros fichiers FTP

fl0smvglccjjuifemk7y.png

Sans surprise, en FTP notre NAS sature facilement notre interface réseau sauf en utilisant cinq disques.

Performances RAID 5 en lecture: petits fichiers SMB

bj7j9yi7le26hy5osp9y.png

Nous relevons presque toujours des valeurs supérieures à 30Mbps lors de la lecture de petits fichiers en RAID 5.

Performances RAID 5 en lecture: petits fichiers FTP

z27dkdmwhnzirmdp0ntb.png

Alors qu’en FTP, les débits montent d’un cran en dépassant les 43Mbps.

Performances RAID 5 en écriture: gros fichiers SMB

vtopl39bf9i4km6jcj6d.png

Encore une fois, utiliser six disques dans le NAS ne permet pas de bénéficier des meilleurs débits puisque ceux-ci sont obtenus avec cinq disques (72Mbps).

Performances RAID 5 en écriture: gros fichiers FTP

oatg5r44d1wotkivkwfq.png

Etonnamment, nous remarquons que dans plusieurs types de configuration, le Netgear Ultra 6 offre de meilleurs résultats en écriture plutôt qu’en lecture. La encore, l’utilisation de cinq disques permet de bénéficier des meilleures performances.

Performances RAID 5 en écriture: petits fichiers SMB

f9f5ardd4k2nldxsklsm.png

Avec des mesures presque toujours supérieures à 40Mbps, nous confirmons les résultats exemplaires obtenus avec le Netgear Ultra 6.

Performances RAID 5 en écriture: petits fichiers FTP

doq7ga37gsbgkw7jqo5a.png

Comme pour les autres modes RAID, FTP permet d’obtenir les meilleurs débits. Pour rappel, l’explorateur de fichiers de Windows 7 gère nativement ce protocole.
{mospagebreak}
{menu Performances RAID 6 et consommation}
Performances RAID 6 et consommation

Performances RAID 6 en lecture: gros fichiers SMB

skvv24mzflqmdjit5wg4.png

Alors que bien des NAS montrent leurs limites en RAID 6, le Netgear Ultra 6 n’a aucun mal à dépasser les 100Mbps en lecture de gros fichiers via le protocole SMB.

Performances RAID 6 en lecture: gros fichiers FTP

03ti3ot2qafzeo3jfh11.png

En FTP, on sature la bande passante réseau au-delà de 110Mbps, preuve que les capacités du NAS sont pleinement exploitées.

Performances RAID 6 en lecture: petits fichiers SMB

mrrmvrwctu1tezhaxsu9.png

Dans le cas précis de la lecture de petits fichiers via SMB, on observe ici le point faible du Netgear Ultra 6 car il passe en dessous de la barre des 30Mbps lorsqu’il est équipé de quatre disques.

Performances RAID 6 en lecture: petits fichiers FTP

ln8mtso54m1jr91u87jl.png

En FTP, les mesures s’améliorent pour un minimum de 40Mbps.

Performances RAID 6 en écriture: gros fichiers SMB

x01y1qoa9bh33vxbnh34.png

En écriture le Netgear Ultra 6 confirme ses meilleurs résultats en écriture avec des valeurs comprises entre 67 et 73Mbps.

Performances RAID 6 en écriture: gros fichiers FTP

ab5jwzpyvm2pt3drvqsz.png

En embarquant cinq disques, le NAS donne le meilleur de lui-même avec plus de 100Mbps.

Performances RAID 6 en écriture: petits fichiers SMB

ou9j7fq9wriit7w9wupf.png

Nous terminons enfin nos mesures avec l’écriture de petits fichiers. Toujours un remarquable score en utilisant cinq unités de stockage avec plus de 70Mbps.

Performances RAID 6 en écriture: petits fichiers FTP

ifftu3ppvlzxay5gh237.png

Et pour conclure nos essais, le Netgear Ultra 6 laisse une excellente impression avec des résultats supérieurs à 60Mbps.

Consommation

Nous avons relevé la consommation à la prise du Netgear Ultra 6.
Bien entendu, au cas où l’on utilise l’intégralité des emplacements des disques durs la consommation est supérieure aux NAS plus modestes car elle a atteint 68 Watts.
Seul, le Netgear Ultra 6 atteint tout de même 33 Watts ce qui s’explique de par l’alimentation présente dans l’appareil sans oublier un processeur particulièrement véloce.

{mospagebreak}
{menu Conclusion}

Conclusion

Nous étions particulièrement impatients de pouvoir tester le Netgear Ultra 6. Les caractéristiques techniques du NAS laissant supposer d’excellentes performances. Capable d’héberger jusqu’à six disques durs, il est aussi doté d’un processeur Intel dual core et d’un giga de RAM.

kx34zpiqin38ysn7c63e.jpgNous avons ainsi pu découvrir un appareil à la qualité de conception, de fabrication et d’assemblage supérieure. De plus, la console d’administration embarquée par le Netgear Ultra 6 a su se montrer très convaincante. Le fabriquant ayant prit soin de privilégier l’efficacité, l’interface fait avec raison l’impasse sur un « maquillage » visuellement flatteur mais finalement inutile.
On ne retrouve donc pas les icônes graphiques des NAS orientés grand public. Le Netgear Ultra 6 gagne donc logiquement en lisibilité et en clarté. Il est juste dommage que cette console ne s’adapte pas mieux à des résolutions  supérieures à 1024x768 pixels. L’utilisateur est donc obligé d’utiliser régulièrement les ascenseurs des fenêtres pour parcourir les menus dans leur intégralité.

Concernant les performances, elles ont su se montrer particulièrement convaincantes quelque soit la configuration employée. Sur l’utilisation de gros fichiers, les débits dépassent allègrement les 100Mo/s en lecture et 70Mo/s en écriture. Sur les petits fichiers, le Netgear Ultra 6 offre également des performances de premier ordre sans réellement tomber sous la barre des 30Mo/s. Le processeur embarqué étant suffisamment véloce pour faire face aux sollicitations les plus poussées.

 Du coté des fonctionnalités, le Netgear Ultra 6 saura s’intégrer dans n’importe quel réseau grâce à ses nombreux protocoles de communication. Les nombreuses options et paramètres embarqués  font de ce NAS un équipement de premier choix même si la bibliothèque de modules additionnels gagnerait à être enrichie.

C’est pourquoi grâce à ses nombreux atouts et à ses performances supérieures, nous avons eu un véritable coup de cœur pour ce NAS. Il a su se distinguer si brillamment que si nous devions retenir un modèle pour confier nos précieuses données, ce serait sans hésitation à ce dernier.

fleche Qualité exemplaire de fabrication
fleche Interface de gestion professionnelle
fleche Performances
fleche Ascenseurs des menus
fleche Peu d'extensions disponibles
Share