Powerline 500AV Wireless-N Router Starter kit

Imprimer

Le Powerline 500AV Wireless-N Router Starter kit est un ensemble de deux adaptateurs CPL compatibles Wifi. Il est alors possible de créer un réseau par exemple entre deux pièces d’un logement ou d’un bureau sans qu’il soit nécessaire d’installer un câble Ethernet. Les données transiteront via l’installation électrique.

IMGP6015

Les kits CPL ont l’avantage d’être extrêmement simples à installer. Il suffit de les brancher à une prise murale pour que le réseau soit fonctionnel. Cette technologie longtemps critiquée pour sa relative lenteur était tout de même plus rapide que les normes Wifi en vigueur.

Fort heureusement le standard CPL 500Mbps laisse désormais la possibilité d’aller plus loin qu’un simple partage de connexion internet. Les débits sont suffisants pour permettre la diffusion de vidéos HD sur le réseau local. Concernant les modèles haut de gamme, ils intègrent des filtres limitant les perturbations et donc améliorent les performances.

Les utilisateurs ont longtemps du murement réfléchir afin d’opter soit pour le CPL soit pour le Wifi. Les réseaux sans fil ont eux aussi eut leurs lots de faiblesses comme les failles de sécurité de l’encryption WEP mais surtout des vitesses à peine suffisantes pour profiter pleinement d’une bonne connexion ADSL.

Le Wifi « ad » est en passe de remporter la bataille CPL/Wifi mais sa jeunesse donne cours à des tarifs jugés trop élevés pour s’équiper. En attendant Buffalo intègre à son nouveau kit CPL la gestion du Wifi 300Mbps mais aussi des fonctionnalités de routage et de partage de connexion internet.

Cette solution sera-t-elle le remède pour enfin disposer d’un réseau rapide et fiable sans avoir à installer des câbles Ethernet chez soi ou au bureau ? L’installation est-elle accessible à tous ou nécessite-t-elle des notions de réseau avancées ?


Logo_Buffalo_TechnologyBuffalo que nous connaissons bien à travers ses NAS mais aussi ses supports de stockage externes propose également diverses solutions réseau.

L’une des plus intéressantes d’entre elles est le Powerline 500AV Wireless-N Router Starter kit. Il comprend deux adaptateurs imposants  mais à la qualité de finition indiscutable.

IMGP6013

Ces deux boitiers à connecter aux prises électriques sont livrés avec deux câbles Ethernet , le CD-ROM d’installation et une notice.

Les WPL-05G300 sont capables d’assurer la connectivité réseau entre deux lieux en se reposant sur l’installation électrique existante. On s’affranchit donc de la pose d’un câblage supplémentaire tout en bénéficiant d’une vitesse de 500 Mbps soit le débit le plus rapide pour cette technologie.

En s’appuyant aussi sur une solution sans fil, le Powerline 500AV Wireless-N Router Starter kit laisse aux utilisateurs le choix entre connexion câblée et hertzienne. Compatible avec les normes 802.11 b, g et n, on pourra atteindre au maximum un débit théorique de 300Mbps sur une bande passante de 40MHz.

schema

La sécurité est assurée via les protocoles WPA-2 AES et PSK pour les plus utilisés. AOSS est une fonctionnalité pratique destinée à autoriser la communication par une simple pression sur un bouton tout comme WPS pour le Wifi.

Et pour permettre à chacun d’accéder à internet, les adaptateurs WPL-05G300 embarquent des fonctionnalités de routage et d’outils très pointus comme le support des connexions VPN ou la translation d’adresses.

Le constructeur offre trois alternatives pour configurer ou superviser le bon fonctionnement des adaptateurs.

Dans un premier temps il est préférable d’installer les applications fournies avec les WPL-05G300. AirStation Configuration Tool est un outil facilitant le paramétrage. Cette étape est indispensable si l’on souhaite personnaliser les options du Wifi ou du routage.

Client Manager V est un client Wifi chargé de détecter le signal et d’établir la connexion. Enfin Powerline Manager est un outil que l’on retrouve avec presque tous les kits CPL disponibles sur le marché. Les options présentes sont succinctes et limitées.

Les WPL-05G300 étant des éléments actifs, ils exigent donc une adresse IP valide pour accéder à l’interface de gestion WEB intégrée. Cette dernière étant de loin la plus complète et reprend les ingrédients présents dans tous les équipements réseau.

Présentation extérieure

Inspectons à présent les deux adaptateurs Buffalo AirStation. Bien plus imposants que la majorité des appareils concurrents, ils mesurent en effet presque douze centimètres de longueur pour huit de largeur. La profondeur dépasse les cinq centimètres.

IMGP6019

Le niveau de finition est des plus satisfaisants grâce à un plastique épais et travaillé. La façade concentre quatre témoins d’activité lumineux : Alimentation, PLC, sécurité et routage.

IMGP6021

Sous l’adaptateur, on découvre deux connecteurs Ethernet. Le premier est à utiliser pour accéder au réseau local alors que le second différencié par sa couleur bleue sert de « sortie » vers internet. C’est cette dernière prise qu’on connectera au modem pour accéder au net.

IMGP6022

Sur le côté droit de chaque boitier, deux boutons poussoirs concernent les synchro AOSS et PLC. Ils facilitent la connexion au réseau sans avoir à détecter un SSID et à entrer la clé WEP/WPA.

Un micro switch servira à réinitialiser l’adaptateur si besoin est, le bouton « Wifi » est selon la documentation non opérationnel et enfin le dernier interrupteur permet d’activer les fonctionnalités de routage.

IMGP6027

Enfin à l’arrière des Buffalo AirStation, le connecteur électrique est amovible dans le but de conserver la compatibilité avec la majorité des normes des différents pays.


Trois cas de figure se présentent à propos de l’installation du  Powerline 500AV Wireless-N Router Starter kit.

Le premier mais aussi le simple consiste à utiliser les adaptateurs sans les fonctionnalités avancées. Il suffit de les brancher sur une prise électrique et de connecter les câbles Ethernet aux équipements voulus tels que PC ou autres commutateurs (switch).

Snap1

Se contenter de ce service rudimentaire sous exploite les possibilités des WPL-05G300. C’est pourquoi l’activation du Wifi décuple leurs champs d’activité.

Activé par défaut, le Wifi des AirStation est accessible grâce au x boutons AOSS ou PLC. Il suffit de lancer la procédure en appuyant sur les switchs de chaque appareil. Ils géreront automatiquement la connexion.

Buffalo indique sur chaque adaptateur le SSID ainsi que la clé WPA de chaque adaptateur. On peut donc en profiter sans avoir à entrer dans leurs panneau de configuration.

setup

On peut cependant y accéder à mais il faudra au préalable configurer les adresses IP des adaptateurs.

L’utilitaire AirStation Configuration Tool se charge de détecter les AirStation pour ensuite attribuer les adresses IP souhaitées. Enfin on accédera à leur interface de gestion.

Cette étape est incontournable si on souhaite accéder aux options de routage du kit CPL. Le but étant de permettre à plusieurs utilisateurs d’utiliser une unique connexion internet. Un bouton dédié à cette fonctionnalité est présente sur le côté des boitiers. Il faut bien entendu en activer un seul.


On remarque immédiatement qu’elle s’adresse aux utilisateurs expérimentés ayant de solides connaissances en réseau de part ses nombreux menus très techniques.

Peu d’assistants sont au programme et l’agencement en trois colonnes n’aident pas non plus à éclaircir les débutants.

Le bandeau des menus propose cinq sections : Configuration, LAN, Wifi, QoS, Admin et Diagnostic.

Le premier est en fait la page d’accueil et elle reprend sommairement quelques informations essentielles.

Snap3

Le menu LAN cache trois boutons peu mis en évidence. Pourtant c’est celui intitulé « LAN » qui est le plus important car c’est dans celui la qu’on attribue les adresses IP des adaptateurs. On peut également définir une route statique pour rediriger automatiquement le trafic.

Snap6

Le menu Wifi reprend une structure identique à celle du LAN mais avec les options spécifiques à cette technologie. Les paramètres de fréquence, de SSID et de clé d’encryption sont accessibles. On aimerait des efforts sur la traduction car quelques erreurs demeurent.

Snap12

Le menu QoS (Quality of Service) offre la possibilité de donner la priorité à un type de contenu plutôt qu’à un autre. Dans le cas des CPL Buffalo, les options réduites à leur minimum sont dédiés aux vidéos uniquement. Dommage qu’il ne soit pas possible d’aller plus loin par exemple sur la VoIP ou d’autres protocoles.

Snap13

Config Admin regroupe les options de mot de passe, d’horloge, de journaux et de mises à jour. Rien ne les distingue de tous les équipements réseaux présents sur le marché.

Snap16

Le dernier menu « Diagnostic » est incontournable afin de superviser la configuration et l’utilisation des boitiers CPL. On peut par exemple détecter d’éventuelles tentatives d’intrusion ou certains disfonctionnements.


Une fois le mode routeur activé grâce au switch dédié sur l’adaptateur, un nouvel onglet « Internet » apparaît. On retrouve toutes les options habituelles pour ce type de fonctionnalités : connexion PPPoE, DDNS, VPN, serveur DHCP, translation d’adresse et routage.

rout1

L’assistant chargé de détecter la connexion internet s’est révélé inefficace car il a détecté le protocole PPPoE alors que le WPL-05G300 aurait du récupérer une simple adresse IP depuis notre serveur DHCP local.

La configuration manuelle est donc requise mais elle exige de sérieuses connaissances théoriques sur les réseaux. Il faudra impérativement maîtriser les plans d’adresses IP ou les translations. Si ces paramètres restent basiques pour les administrateurs réseaux, elles demeurent déroutantes et obscures pour le commun des particuliers.

rout2

A titre d’exemple, le serveur DHCP présent dans le kit CPL Buffalo est chargé d’attribuer les adresses IP aux machines présentes sur le réseau.


cpl_opti

Les CPL placé dans la même pièce sans éléments perturbateurs, les débits sont convaincants avec plus de 10Mo/s.

cpl_degra

En mode dégradé, les boîtiers sont distancés à deux extrémités du local et écrans, adaptateurs électriques et PC sont branchés sur la même multiprise. Dans ce cas, les débits sont désastreux en émision comme en réception avec moins d'1Mo/s. Rapellons que chaque environnement a ses spécificités et par conséquent, ces valeurs ne reflètent pas fidèlement les capacités des adaptateurs CPL Buffalo. Ils illustrent uniquement notre test en montrant qu'ils sont sensibles aux "parasites".

wifi_opti

En Wifi les choses vont mieux avec des valeurs habituelles pour un réseau Wifi 300Mbps avec une pointe à 2Mo/S Toutefois le débit manque de stabilité en réception car il chute régulièrement très fortement.

wifi_degra

En mode dégradé, le comportement du kit CPL Buffalo est similaire au mode optimal.


Comme nos mesures l’ont démontré, le Powerline 500AV Wireless-N Router Starter kit a su faire preuve de performances en condition idéale. Son interface Wifi a elle aussi montré des débits satisfaisants mais toujours sans réelles contraintes.

IMGP6020

Par contre dès qu’on inclut quelques éléments perturbateurs sur le réseau, les choses vont nettement moins bien toujours dans le cadre de notre test. Cela ne veut pas forcément dire que le cas se reproduira dans un autre environnement fort heureusement.

On regrette également que les adaptateurs soient si imposants physiquement et qu’en plus ils ne disposent pas de prise femelle. Cela condamne une prise murale.

Au chapitre des regrets, on ajoutera l’interface de gestion qui ravira les experts en réseaux mais définitivement inaccessible au grand public. La encore le Powerline 500AV Wireless-N Router Starter kit est tout de même utilisable sans disposer de la moindre connaissance technique grâce à AOSS et WPS mais on passera à côté de nombreuses fonctionnalités.

On aura également repéré certaines incohérences au niveau des assistants. A titre d’exemple, noujs avons branché le port « internet » d’un adaptateur afin de partager la connexion internet. Le WPL-05G300 aurait du tout simplement se laisser s’attribuer une adresse IP fournie par notre box internet. Mais le boitier CPL a cru bon définir comme protocole PPPOE rendant alors l’accès au net impossible.

A soixante euros le boitier seul, il conviendra éventuellement aux utilisateurs souhaitant embarquer un grand nombre d’outils dans de petits boitiers. On évite ainsi de s’encombrer d’un routeur ou d’un émetteur wifi. Mais pour la majorité des personnes ayant déjà à leur disposition une box internet capable de router et intégrant le wifi, ils auront tout intérêt à se rabattre par exemple sur l’excellent kit Trendnet testé ici.

fleche Design soigné
fleche Nombreuses fonctionnalités
fleche Inacessibles aux débutants
fleche Assistants peu efficaces
Share