Mardi, 25 Février

Dernière mise à jour21/02/2020 11:44:12 AM GMT

Vous êtes ici Articles Processeurs

Processeurs

AMD A10 7850K et A10 7700K

Envoyer Imprimer

C'est en janvier dernier qu'AMD présentait sa nouvelle génération d'APU dénommée Kaveri et que nous allons découvrir à travers deux puces: les A10 7850K et A10 7700K.

IMGP9044_1

Depuis le rachat d'ATI par AMD, le fondeur poursuit ses efforts afin d'offrir une solution CPU et carte graphique intégrée au sein d'une seule et unique puce. La marque ne pouvait qu'alors concevoir un nouveau socket FMx.

Désormais en version FM2+, ce support pour APU est compatible avec les modèles A10 7850K et A10 7700K de ce test. Gravés en vingt-huit nanomètres, ils intègrent donc la bagatelle de 2,41 milliards de transistors afin d'assurer une puissance de calcul suffisante pour presque tous les usages.

L'arrivée d'une nouvelle architecture s'accompagnant traditionnellement de nouvelles fonctionnalités, les A10 7850K et A10 7700K connaissent de profondes évolutions notamment sur la partie graphique avec la technologie TrueAudio apparue avec les solutions graphiques R7 et R9.

Concernant le processeur, Kaveri inclut des unités de calcul Steamroller aboutissant à quatre coeurs tandis que la partie graphique reposera elle sur huit coeurs. Cette dernière reprend l'architecture des Radeon 7000 dont le succès fût largement au rendez-vous.

S'invite également à bord des puces la technologie HSA permettant de faire appel aux unités de calcul de la partie graphique pour le traitement de certaines taches habituellement réservées au CPU.

Les APU Kaveri A10 7850K et A10 7700K apporteront-ils le niveau de puissance souhaité par les utilisateurs et profiteront-ils d'un rapport performances prix convaincant?

Les A10 7850K et A10 7700K se distinguent des processeurs traditionnels car ils sont en fait des APU. C'est à dire qu'ils intègrent en plus du processeur une solution graphique suffisamment véloce pour ouvrir la voie aux jeux. La carte graphique alourdissant généralement considérablement la facture finale d'un PC devient, théoriquement, accessoire.

IMGP9046_1

Ils respectent donc les tendances actuelles visant à une intégration maximale afin d'aboutir aux PC les plus compacts.

Le challenge est de taille pour ces APU qui à long termes voudraient bien égaler la puissance de calcul disponible des cartes graphiques dédiées sans pour autant générer des consommations électriques faramineuses engendrant un dégagement thermique supplémentaire.

die

AMD passe donc à l'architecture Kaveri à charge de remplacer la précédente: Trinity. Gravée en 28nm contre 32nm précédemment, cette quatrième génération d'APU présente de profonds changements.

D'un point de vue énergétique, les A10 7850K et A10 7700K seront moins gourmands en consommation électrique et les unités de calcul passent du concept de Piledriver à Steamroller.

AMD annonce aussi un niveau de performances à la hausse avec des gains de l'ordre de vingt cinq pour cent. De plus HSA assurera le rôle de calcul parallèle.

01

Ce procédé issue des super calculateurs peine encore à montrer son efficacité au sein des machines grand public et il est à espérer que Kaveri contribuera au développement de ce concept au combien prometteur.

Cette technologie vise à employer les unités de calcul normalement exclusivement réservées aux rendus 3D pour des taches attitrées au CPU. Les A10 7850K et A10 7700K intègrent quatre coeurs CPU et huit GPU qui grâce à HSA pourront travailler conjointement.

Cependant l'efficacité d'un tel procédé dépendra essentiellement des applications qui devront être capables de supporter cette technologie.

kaveri

A ce jour trois APU Kaveri sont annoncés dont les A10 7850K et A10 7700K. Ils sont secondés de l'A8 7600 qui se distingue d'une fréquence plus basse de 3.8GHz contre 4GHz pour l'A10 7850K et son TDP perd 30W pour atteindre une valeur de 65W. Côté GPU, le nombre de Shaders passe de 512 à 384.

Concernant les A10 7850K et A10 7700K, ce dernier perd 300MHz à fréquence de base soit 3.4GHz contre 3.7GHz. Mais avec le Turbo Mode 3, la différence n'est plus que de 200MHz soit 3.8GHz contre 4GHz.

A propos du GPU embarqué, le A10 7700K passe à 384 Sharders (512 pour le A10 7850K) mais la fréquence est identique avec 720MHz. Le TDP ne varie pas entre ces deux APU soit 95W et le cache non plus avec 4MB.

Intéressons nous à présent à la gestion de la mémoire vive de ces nouveaux APU. La fréquence peut désormais atteindre 2400MHz permettant d'accélérer le traitement des textures dans les jeux. En effet, les Kaveri font appel à la RAM pour la partie graphique alors que les cartes dédiées profitent de GDDR5 bien plus rapide.

Le support du Dual Channel est toujours présent. Théoriquement il permet d'utiliser deux modules mémoires parallèlement et donc de multiplier par deux la bande passante. Mais en réalité, les gains varient plutôt entre cinq et dix pour cent.

Concernant les tensions supportées, les A10 7850K et A10 7700K pourront fonctionner avec des modules certifiés 1.25V et 1.5V.

steamroller

Les coeurs des APU Kaveri sont à présent dénommés Steamroller. Ils succèdent donc aux Piledriver des Trinity et les quatre cores des A10 7850K et A10 7700K sont en réalité deux unités de calcul physiques scindés en deux unités logiques.

Les unités de calcul Steamroller supportent les jeux d'instruction FMA4/3, AVX, AES et XOP. Ils embarquent également 2MB de cache de niveau 2 et leurs fréquences maximales est de 4GHZ grâce au mode Turbo en version V3.0.

Les A10 7850K et A10 7700K intègrent au sein de leur puces respectives leur chipset Northbridge qui rappelons le gère une partie des bus PCI Express et la mémoire vive et à présent le support de la norme PCI Express 3.0 est assuré.

Le contrôleur graphique intégré dans les APU AMD reste le nerf de la guerre. La marque faisant tout son possible afin de garder l'avantage face à son concurrent historique.

Les APU AMD Kaveri optent pour les caractéristiques et fonctionnalités suivantes:

Un maximum de 512 Shaders

Une fréquence pouvant atteindre 720MHz.

Support des textures de filtrage 8xAA et 16xAF

Support de DirectX 11.2

Support de l'API Mantle

AMD Eyefinity 2 et résolutions 4K

Interfaces DisplayPort 1.2

 

gpu_speci

Le GPU de ces nouveaux APU reposent sur une architecture GNC (Graphics Core Next 2.0) tout comme les Radeon 7000, les R7 et R9.

L'A8 7600 et l'A10 7770K embarquent six unités de calcul cadencés à 720MHz et 384 Shaders .

L'A10 7850K se fait remarqué avec 8 unités de calcul soit 512 Shaders et la fréquence est toujours à 720MHz.

encovid

Kaveri intègre un moteur de compression/décompression vidéo matériel afin de soulager le processeur dans ces taches de calcul. Il supporte l'incontournable codec H.264 ainsi que le standard VC-1.

On notera également la compatibilité avec les résolutions full HD et mais aussi l'ultra HD. La connectique reste des plus complètes avec HDMI, DVI, DisplayPort et VGA.

Deux nouveautés font leur apparition au sein des APU: H.265 et Trueaudio.

trueaudio

Si l'évolution du célébrissime H.264 passant à H.265 fait encore peu parler de lui, TrueAudio n'est pas inconnu car il fait déjà partie des nouvelles cartes graphiques AMD R7 et R9. Cette technologie améliore grandement les rendus sonores à l'aide d'effets matériels dénommés DSP.

Eux aussi soulagent le processeur central de ces calculs mais encore faut-il que les applications soient compatibles avec cette fonctionnalité.

Hardware

IMGP2809_2

Processeur : AMD A10 7850K & 7700K
RAM : 2x4GB G.Skill 2100MHz
Ventirad : Stock
Boitier : Cooler Master Storm
Stockage SSD : Intel Serie 310 120GB
Stockage HDD : Seagate Barracuda 1To 7200RPM 64Mo de cache
Alimentation : Enermax Platimax 1000W
Carte graphique : APU
Convertisseur SATA/USB 3.0 : ICY Box IB-111U3-Hub
Convertisseur SATA/eSATA : Akasa Elite

 

Software

Windows 7 X64 installé sur un HDD SATA Seagate Barracuda 1To 7200RPM 64Mo de cache connecté sur le premier port SATA 6Gbps (si disponible).

Tous les pilotes installés sont en dernière version disponible à la date du test.

 

Mesures réseau

LAN: Benchmark ATTO mesurant le transfert entre la plateforme de test et un NAS Qnap TS1079 Pro équipé d'un SSD Intel Serie 330 120Go.

WAN: l'interface Wifi (si disponible) est testée via le benchmark ATTO mesurant le transfert avec un NAS Qnap TS1079 Pro et équipé d'un SSD Intel Serie 330 120Go. La connexion est assurée via un routeur D-Link DIR-865L.

 

Smart Response Technology (si disponible)

Fonctionnalité désactivée, HDD seul:


- durée du démarrage de la machine (à partir de la mise sous tension jusqu'au chargement complet de Windows installé dans les conditions indiquées ci dessus)
- durée du démarrage de Word 2007
- durée du démarrage de Adobe Photoshop CS4

activation Intel Smart Response Technology avec un SSD Intel Serie 310 120GB (connecté sur un adaptateur mSATA si nécessaire).
Redémarrage 3x la machine avec à chaque fois le lancement des applications mesurées.
Mesure boot, Word et Photoshop.

 

Lucid Virtu MVP

IGP HD3000 Intel i7 2600K
GPU Radeon HD6970 remplacée par GTX-670

Passe 1 : IGP seul


Mesure 3DMark 11 profil Extreme

Mesure Metro 2033 en 3 profils (low/med/high)

Niveau bas : qualité sur « Low », anti aliasing sur « NOAA » et filtrage des textures à 4. Résolution : 1280 x 1024.
Niveau intermédiaire : qualité sur « Medium », anti aliasing en « AAX4 » et filtrage des textures à 4. Résolution 1680 x 1050.
Niveau élevé : qualité sur « Very High », anti aliasing en « AAX8 » et filtrage des textures sur 16. Résolution 1920 x 1080.

Passe 2: GPU seul.

Passe 3: IGP + GPU Lucid Virtu MVP activé.

 

Stockage

SATA: SSD Intel Serie 310 120GB via ATTO sur ports SATA II (3Gbps) & III (6Gbps) du chipset principal puis des contrôleurs tiers (si disponibles).

RAID: 5 HDD Seagate Barracuda 1To 7200RPM 64Mo de cache connectés sur le contrôleur principal puis secondaire (si disponible)

Benchmark ATTO RAID mode 0 (2HDD & 5HDD), 1 (2HDD), 10 (4HDD) et 5 (3HDD & 5HDD).

 

Interfaces

Mesure sur chaque contrôleur

SSD Intel Serie 310 120GB connecté à un ICY Box IB-111U3-Hub
Mesure ATTO sur chaque contrôleur en USB 3.0 et 2.0 (si disponible).

eSATA: ATTO sur SSD Intel Serie 310 120GB connecté à un Akasa Elite

 

Consommation électrique

Mesures effectuées à la prise électrique de la plateforme de test

CPU à fréquence stock en idle et en full (si support vga de la carte en test, seul l'IGP est présent sinon ajout d'un GPU)
CPU à fréquence OC en idle et en full (si support vga de la carte en test, seul l'IGP est présent sinon ajout d'un GPU)

 

Températures

Aida 64 System Stability Test 5mins fréquence stock + ventilateurs profil automatique

 

Benchmark CPU

Configuration par défaut: paramètres automatique.

 

Overclocking automatique: outil overclocking activé (si disponible).

Overclocking manuel: fréquence maximale atteignable stable le temps des benchmarks (watercooling pour les cartes mèers dédiées).

Software 

 SuperPI 1Mo
 wPrime 1024
 Cinebench
 PCMark 2011
 7Zip
 Truecrypt
 UCBench
 X264 Benchmark
 3DMark 2011
 Metro 2033

Champs d'applications: 

 Calculs intensifs
 Bureautique et Multimédia
 Traitement de fichiers
 3D

 Dans le cadre du test de la carte mère ASRock FM2A88X+ Killer, nous reprenons les résultats des deux processeurs testés soit l'AMD A10 7850K et 7700K.

wPrime 1024

shoot_wprime

wPrime 1024 est similaire à Super Pi mais calcule cette fois une fonction mathématique. wPrime est multi threads mais exploite rarement tout le potentiel des processeurs les plus puissants. Le résultat étant donné en secondes, le résultat le plus petit est le meilleur.

wprime

Les différences entre les deux APU sont de l'ordre de 40s sous wPrime.

 

UCBenchmark

shoot__ucbench

UCBench ou UnRAR-Crack Benchmark comme son nom l’indique tente de retrouver le mot de passe d’un fichier archivé au format RAR. Le score donné représente le nombre de possibilités exécutées par seconde et il est capable de tirer parti des instructions liées à l’encryption intégrées dans les processeurs.

 ucbench

Sous UCBench, l'écart est de 30 combinaisons entre les deux APU.

 

TrueCrypt

shoot_truecrypt

TrueCrypt réalise l’inverse de UCBench, il crypte les données tandis que ce dernier tente de les décrypter. Bien que TrueCrypt gère différentes méthodes d’encryption, nous retenons uniquement l’algorithme AES exprimé en MB/s. Ce benchmark sait également tirer avantage des l’accélération matérielle.

truecypt

Sous TrueCrypt, c'est l'égalité entre les deux APU.

 

ScienceMark

shoot_sciencemark

Ce dernier logiciel de calcul brut se spécialise dans les domaines scientifiques comme les opérations sur les matrices ou sur les molécules. Les résultats sont donnés sous forme de scores.

sciencemark

Dans quelques cas, il arrive que le 7700K obtient de meilleurs scores que le 7850K.

7Zip

shoot_7zip

7Zip est le meilleur logiciel de benchmark concernant la compression de données. Il est multi thread et ses résultats sont exprimés en MIPS (opérations par seconde).

7zip

Avec 7Zip, les deux APU sont pour ainsi dire à égalité avec moins de 100 Mips d'écart.

 

Aida64

shoot_maxxmem

Nous utilisons Aida64 pour mesurer la bande passante de la mémoire vive.

aida

En lecture, la bande passante en lecture est largement plus élevée avec le 7700K. Ce phénomène s'explique de par les différents services sous Windows dont nous ne pouvons contrôler le comportement.

 

GeekBench

shoot_geekbench

 GeekBench est similaire à PassMark mais ce dernier contient une mesure uniquement dédiée aux CPU. C'est celui que nous employons.

geekbench

Sous Geekbench, l'APU le plus rapide prend quasiment 200 points d'avance.

Cinebench

shoot_cinebench

Cinebench est l’un des tests les plus intéressants de notre panel car il compte parmi les rares à exploiter à 100% la puissance des CPU.

cinebench

Sous Cinebench, un dizième de point sépare les deux APU.

 

X264 Benchmark

shoot_x264

X264 Benchmark encode une vidéo au célèbre format X264 très lourd en puissance de calcul. Il se déroule selon deux passes. La première analyse la vidéo et la seconde procède à l’encodage proprement dit.

x264

Dans le cas de X264, la différence de fréquence ne suffit pas à donner un réel avantage au 7850K.

Tomb raider 2013 à longtemps été attendu pour pouvoir enfin profiter des dernières technologies en matière de rendu 3D. Il inclut une fonctionnalité exclusive "Tress FX" dédié à la modélisation des cheveux de l'héroïne Lara Croft.

TombRaider_2013-03-17_11-37-09-73

En niveau de qualité basse, tous les paramètres sont désactivés ou réduits au minimum.

En niveau intermédiaire, le niveau de qualité de texture est à 2, Tress Fx est désactivé, l'anti aliasing est configuré à 2, les ombres sont paramètrées à 1 et les réflexions ont un niveau de 1 également. La tessellation est désactivée.

En niveau élevé, toutes les options sont au maximum et activées.

TR

Nous utilisons le GPU intégré au sein des APU AMD et nous le comparons à celui du i5 4670. On constate que le R3 des APU AMD est moins véloce même s'il faut garder à l'esprit qu'il n'a pas été conçu pour le jeu.

Enfin nous pouvons intégrer dans nos tests un benchmark fiable et représentatif: Hitman Absolution.

Hitman-Absolution-9 

Le niveau minimal est paramétré de façon à privilégier les performances au niveau de détail. Par conséquent, toutes les options sont désactivées ou réglées au minimum.

En niveau intermédiaire, nous faisons appel au mode "High"et enfin en qualité maximale, nous employons le mode "Ultra".

hitman

Avec 16FPS en mode performance l'APU d'AMD montre bien qu'il n'est pas capable de faire fonctionner les jeux les plus exigeants.

Bioshock Infinite est le troisème volet d'une saga connaissant un réel succès auprès de la communauté des gamers.

bioshock_infinite

Ce dernier repose sur deux résolutions: 1680x1050 et 1920x1080.

Le niveau minimal est paramétré de façon à privilégier les performances au niveau de détail. Par conséquent, toutes les options sont désactivées ou réglées au minimum.

En niveau intermédiaire, nous faisons appel au mode "High"et enfin en qualité maximale, nous employons le mode "Ultra".

bioshock
Bioshock beaucoup moins exigeant montre bien que l'APU 7850K est quasiment capable de faire fonctionner ce titre de manière fluide.

Sleeping Dogs est lui aussi un jeu récent et très exigeant en ressources de calcul. Sa bonne conception lui permet de s'intégrer à notre banc de test.

HKShip_2013-03-17_11-51-02-58

Comme pour tous les autres titres testés, le niveau minimal est paramétré de façon à privilégier les performances au niveau de détail. Par conséquent, toutes les options sont désactivées ou réglées au minimum.

En niveau intermédiaire, nous faisons appel au mode "High"et enfin en qualité maximale, nous employons le mode "Ultra".

sleeping
 

Sous Sleeping Dogs, les exigeances sont trop élevées pour permettre au R3 de donner un confort de jeu et un affichage fluide.

En premier lieu, surveillons la cadence de l'APU au repos et en charge.

freq

La fréquence du CPU n'est pas erronée car elle se limite effectivement à 3GHz si le GPU est simultanément solicité. Ce fonctionnement est parfaitement voulu afin de ne pas atteindre des TDP trop élevés.

 

temp_cpu

Avec moins de 55°, la partie processeur conserve donc des températures qualifiables de basses en raison de sa vitesse de 3GHz.

 

cpupower

Notre relevé logiciel de la consommation du processeur indique 80W ce qui correspond effectivement à nos relevés de notre plateforme de test complète.

 

gpupower

De son côté, le GPU consomme à lui seul 40W.

Avec sa nouvelle génération d'APU basée sur une architecture Kaveri, AMD , le fondeur réactualise son catalogue de puces au format FM2+.

IMGP9050_1

Sans révolutionner le genre, les A10 7850K et A10 7700K réalisent des progrès notamment sur la consommation énergétique. En s'approchant des cent watts en activité, les gains sont notables avec une progression favorable proche de trente pour cent.

L'impact sur les températures est donc bel et bien positif puisque les valeurs atteintes restent très proches des cinquante degrés.

Sur le plan des performances, le bilan pourra être perçu différemment en fonction des attentes de chacun. D'une part il est regrettable que face à la génération précédente (l'A10 6800K par exemple), les gains sont pratiquement nuls.

Parallèlement, il reste très appréciable qu'AMD sache maintenir son niveau de performances tout en limitant fortement la consommation électrique.

Concernant la partie graphique intégrée aux puces, le R3 n'étant pas conçu pour les jeux exigeants  et récents, il reste tout de même capable d'assurer un affichage pratiquement fluide sur quelques titres. Il faudra éventuellement compter sur l'API Mantle pour faire décoller les framerates.

L'AMD A10 7850X est disponible dès cent soixante euros et l'A10 7700K coutera dix euros de moins. Vu l'écart de seulement cent mégahertz en mode turbo, les différences en termes de performances n'intéresseront que les plus exigeants.

En face, Intel brandit son i5-2320 lui aussi très puissant mais qui ne possédant pas son suffixe K, perd toute possibilité d'overclocking, une pratique parfaitement possible sur les A10 7850K et A10 7700K qui pourront espérer des gains proches des vingt pour cent.

alt alt

fleche Gestion énergétique efficace
fleche Coefficients débloqués

 fleche Baisse d'1GHz du CPU quand le GPU est en charge

AMD Athlon 5350

Envoyer Imprimer

AMD sera le premier fabricant à présenter des CPU intégrant processeur, contrôleur graphique et chipset grâce à sa plateforme AM1 et ce sont les Athlon et Sempron les premiers concernés.

 AMD Athlon 5350

Intel Core i7 4960X

Envoyer Imprimer

En dévoilant le processeur i7 4960X, Intel numéro un des CPU pour PC fixes fait une superbe surprise à tous les passionnés de composants informatiques surpuissants.

Ainsi pour cette rentrée 2013/2014, les overclockers, les gamers et les inconditionnels de matériel hors normes pourront intégrer dans leur cartable le plus puisant processeur grand public à ce jour, le i7 4960X.

IMGP7655

AMD A10-6800K & A10-6700

Envoyer Imprimer

Peu après l'annonce d'Intel concernant sa dernière génération de processeur "Haswell", AMD contre attaque avec sa nouvelle famille d'APU A-Series "Richland" dont les A10-6800K et A10-6700. Ces nouveaux processeurs intégrant une unité de calcul graphique reposent sur le support le plus récent développé par le fondeur: le socket FM2.

IMGP6810

Processeurs Intel Haswell 4770K & 4670K, le face à face

Envoyer Imprimer

Plus d’une année est passée depuis la sortie des processeurs Intel Ivy Bridge et le fondeur présente la très attendue génération « Haswell ». Cette nouvelle gamme de processeurs incompatible avec la précédente est accompagnée d’un socket différent. Il intégrait 1155 contacts auparavant et il passe à 1150 pins.

 IMGP6629

Processeurs AMD FX 4100 et FX 4130

Envoyer Imprimer

Apparus dans le dernier trimestre 2012, les processeurs AMD FX 4100 et FX 4130 ont pour mission d’intégrer des machines présentant un très bon rapport performances prix.

IMGP5824

Avec un tarif proche de cent euros, on disposera d’un CPU pour socket AM3+  intégrant quatre cÅ“urs cadencés à 3.6GHz et 3.8GHz mais aussi d’un système de refroidissement approprié.

Intel Pentium G2100T, i3-3220T et i3-3240T: Ivy Bridge à petits prix

Envoyer Imprimer

Succédant aux Intel i7 et aux i5 Ivy Bridge, arrivent les i3 et Pentium, ces nouveaux processeurs représentent probablement le meilleur rapport performances prix pour les petits budgets souhaitant toutefois disposer d'un confort d'utilisation supérieur.

IMGP4842

Le G2100T est le plus petits de nos processeurs de ce test avec deux coeurs cadencés à 2.6GHz tandis que nos i3-3220T et 3240T dotés de 2 coeurs mais de quatre unités de calculs grâce à l'Hyperthreading.

Ivy Bridge : 24 benchs, 5 familles de processeurs, Fight !

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}
Introduction
 

Lepa G700-MA

Cinq mois seulement après le lancement des processeurs six cœurs de la gamme Sandy Bridge-E, Intel remet le couvert aujourd'hui, avec ses nouveaux processeurs Ivy Bridge. Déclinaisons quatre coeurs (huit threads) des Sandy Bridge-E, ils sont gravés en 22nm contre 32nm pour leurs ainés.
Cela prédit d'emblée un gain de performances subsentiel alléchant... Un nouveau chipset a bien entendu été inauguré pour l'occasion, ou plutôt il y à quelques jours en fait, j'ai nommé le Z77 Express. Mais une fois n'est pas coutume, ils sont aussi rétro-compatibles avec les chipsets P67 et Z68 (socket 1155).
 
Autant vous dire de suite que nous attendions ces nouveaux venus de pied ferme à la rédaction ! 59Hardware se propose donc aujourd'hui de vous faire découvrir à travers un comparatif, ce qui se cache sous le capot de ces Ivy Bridge. Pour ce faire, nous comparerons quatre des grandes familles d'Intel Core i7 que sont Lynnfield, Sandy Bridge, Gulftown et Sandy Bridge-E avec ces nouveaux venus.
 
Le modèle que nous allons tester est le nouveau Core i7 3770K. Pour ce qui est des autres concurrents, vous les connaissez déjà puisqu'il s'agit des Core i7 870, Core i7 980x, Core i7 2600K et Core i7 3960X. Ils seront tous mis à l'épreuve au travers de notre protocole de test, totalisant vingt benchmarks ! Alors, envie de savoir ce que réservent ces nouveaux quatre coeurs Ivy Bridge ? Suivez le guide !

{mospagebreak}
{menu Protocole et configuration de test.}
Protocole et configuration de test.
 
1l560lsb8ayn7v1uvxv7.jpg Nous allons mettre à l’épreuve l'Intel Core i7 3770K à travers un panel de tests. Ils nous permettront, chacun à leur manière, de mesurer les performances du processeur dans différentes conditions d'utilisation.
Mais ce n'est pas tout, puisque notre Core i7 3770K, se mesurera aussi aux autres générations d'Intel Core i7. À savoir le Core i7 870 (Lynnfield), le Core i7 3960X, ainsi que son ainé l’Intel Core i7 980x (Gulftown) et bien sûr son grand frère, j'ai nommé le Core i7 2600K (Sandy Bridge).
 
Cela nous permettra ainsi de comparer les performances de ce nouveau venu avec la quasi-totalité des générations de Core i7 disponibles à l'heure actuelle. (NDLR: Nous recherchons activement des processeurs appartenant aux familles Clarkdale, Bloomfield et Lynnfield pour compléter notre protocole.
N'hésitez pas à nous le faire savoir si vous avez l'un de ces modèles en votre possession, et êtes disposés à nous le prêter pour la bonne cause !) Pour ce faire, nous utiliserons les logiciels suivants :

fleche AIDA64 Extreme Edition 2.0
fleche WinRAR 3.93 64bits (Benchmark intégré)
fleche 7-Zip 9.20 64bits ((Benchmark intégré)
fleche Super Pi 1.5 Mod XS (1M)
fleche Super Pi 1.5 Mod XS (32M)
fleche Hexus Pifast (1024K)
fleche MaxxPi² Preview (256M)
fleche wPrime Benchmark 1.55 HWBot (32M)
fleche wPrime Benchmark 1.55 HWBot (1024M)
fleche Fritz Chess 12 (Benchmark intégré)
fleche Frybench SP2 64bits
fleche LinX 0.6.4
fleche PassMark Performance Test 7 (Tests processeur)
fleche Sisoft Sandra Lite 2012 v18.10 (Tests processeur) 
fleche X264 Benchmark HD 3.0
fleche Cinebench R11.5 64bits (Test processeur)
fleche 3DMark 2006 (Test processeur)
fleche 3DMark Vantage (Test processeur)
fleche 3DMark 2011 (Test PhysX)
fleche PCMark 7 (Computation test)
fleche CPU-Z 1.58.7 64bits
fleche HWMonitor 1.18.5 64bits
fleche Windows 7 Edition Intégrale 64bits (AHCI)

Les différents benchmarks ont tous été effectués à une fréquence de 3800 Mhz pour le processeur, Hyper Threading activé. Pour la mémoire, la fréquence est fixée à 1600 Mhz Cas 8-9-8-24-1T. Ces réglages sont pour nous le meilleur compromis permettant d'émuler l'ensemble des utilisateurs moyens actuels. Chaque benchmark est exécuté trois fois. Entre chaque run, nous procédons à un nettoyage, défragmentation (sauf s'il s'agit d'un SSD) puis redémarrage du système. Pour chaque bench, c'est la moyenne des trois runs qui est retenue. Avant chaque article, nous restaurons une image "neuve" de notre système d'exploitation. Dans la mesure du possible nous essayons de garder les mêmes pilotes entre les tests. Autrement ce sont les derniers disponibles qui sont installés. Bien entendu, nous réglons notre système de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possible.

Plateforme de test n°1 :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Asus Rampage III Black Edition
fleche Processeur Intel Core i7 980x ES
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual channel)
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40
fleche Ecran iiyama B2409HDS

Plateforme de test n°2 :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Asus Maximus III Gene
fleche Processeur Intel Core i7 870 ES
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual Channel)
fleche Carte graphique MSI AMD Radeon HD 6870
fleche SSD 40Gb Corsair F40
fleche Ecran iiyama B2409HDS

Plateforme de test n°3 :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Gigabyte Z68XP-UD4-B3
fleche Processeur Intel Core i7 2600K ES
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual Channel)
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40
fleche Ecran iiyama B2409HDS

Plateforme de test n°4 :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Intel DX79SI
fleche Processeur Intel Core i7 3960X ES
fleche Kit watercooling Intel RTS2011LC
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual Channel)
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40

fleche Ecran iiyama B2409HDS

Plateforme de test n°5 :
fleche
Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Gigabyte Z77-UD5H WiFi 
fleche Processeur Intel Core i7 3770K ES
fleche Kit watercooling Intel RTS2011LC
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual Channel)
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40
fleche Ecran iiyama B2409HDS 

{mospagebreak}
{menu Tests de performance.}

Tests de performance.
 

Rentrons dans le vif du sujet, la partie qui suscite votre intérêt et pique votre curiosité : Mais que valent réellement ces Ivy Bridge en termes de performances ?
Eh bien découvrons-le ensemble !

(NDLR: Le Core i7 870 (lynnfield) n'étant plus en notre possession, certains benchs inédits dans notre protocole de tests n'ont pas pu être exécutés sur cette plateforme.)

AIDA64.

aida64.png
AIDA64, remplaçant d'EVEREST, se charge de mesurer la bande passante mémoire et processeur. Comme vous pouvez le voir sur ce graphique, ce nouveau Core i7 3770 K sort vainqueur de l'exercice dans quasiment tous les cas de figure.
Le nouveau contrôleur mémoire intégré de notre nouveau venu fait de merveilles. Il fait la plupart du temps jeu égal avec le 3960X, quand il n'est pas devant ce dernier.


WinRAR.

winrar.png
Ici, nous utilisons le benchmark intégré à WinRAR, l'option multithreading a été activée pour mesurer les performances en compression/décompression RAR. Dans ce test, le 3770K se retrouve bon dernier. L'écart est de plus de 100Ko/s avec notre 2600K.

7-Zip.

7zip2.png7zip.png
Sous 7-Zip, nous utilisons encore une fois le benchmark intégré au logiciel pour mesurer les performances en compression 7z. Ici, le Core i7 3770K reprend du poil de la bête et termine deuxième, derrière le core i7 980X muni de six cores mais devant le Core i7 3960X.
Il semble donc que les algorithmes de 7-Zip soient, pour le moment tout du moins, mieux optimisés que ceux de WinRAR en ce qui concerne la génération de processeur Ivy Bridge.


Super Pi 1M, 32M et Pifast.

superpi.png
Super Pi et Hexus PiFast sont des benchmarks qui se chargent de calculer un nombre donné de décimales après la virgule du nombre PI. Pour ce qui est de Super Pi tout comme de Pifast, le 3770K prend nettement l'avantage sur le reste de ses concurrents.
Ces benchs étant monothread et ne bénéficiant pas d'un gros cache partagé, c'est bien entendu notre Ivy Bridge qui l'emporte.


MaxxPi².

maxxpi.pngmaxxpi2.png
MaxxPi, nouveau venu dans notre protocole de test, se charge lui aussi de calculer un nombre donné de décimales après la virgule du nombre PI. À ceci près que ce benchmark est optimisé pour les processeurs multi-cores.
Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessus, les nouveaux Sandy Bridge-E et Ivy Bridge arrivent en tête. Le Core i7 3960X prend ici l'avantage sur le 3770K grâce à son nombre de core plus élevé.

wPrime 32M & 1024M.

wprime.png



















wPrime est un benchmark calculant des racines carrées en utilisant la méthode de Newton. Ce benchmark tire parti de tous les threads disponibles. Dans ce test, les processeurs disposant du plus grand nombre de coeurs prennent naturellement l'avantage.
Le Core i7 3770K sort tout de même son épingle du jeu. Il termine troisième derrière les deux processeurs six coeurs, mais devant tout les autres processeurs quatre coeurs de notre comparatif.

Fritz Chess Benchmark.

fritz.pngfritz2.png
Nous utilisons le benchmark intégré au logiciel Fritz Chess. Ce dernier test les performances du processeur en utilisant un algorithme d'I.A artificielle pour résoudre une partie d'échec. Ici, même constat que sous wPrime, les processeurs six coeurs prennent la tête du classement suivi par le 3770K, terminant devant les autres processeurs quatre coeurs.

{mospagebreak}
{menu Tests de performances (suite).}

Tests de performances (suite).

FryBench.

frybench.png
Frybench est un benchmark utilisant le moteur FryRender pour calculer le rendu d'une image 3D photo-réaliste. Il à été conçu pour tirer parti au maximum du cache et des processeurs multithreadés dernière génération.
Encore une fois on observe un classement similaire sous Frybench. Intel Core i7 3960X en tête, suivi du 980X, puis les processeurs quatre coeurs, 3770K en tête.

LinX

linx.png
Linx est un benchmark qui fait aussi office de test de stabilité. Ce dernier utilise la bibliothèque Linpack d'Intel pour tester les performances des processeurs. Ici malgré son nombre de coeurs inférieur, le Core i7 3770K prend l'avantage sur tous ses concurrents, hormis le Core i7 3960X.
Ce dernier, malgré sa gravure en 32nm, garde un bon avantage sur son homologue 3770K gravé en 22nm grâce à ses deux coeurs de plus.


PassMark Performance Test

passmark7.png
Autre nouveau venu dans notre protocole de test, PassMark PerformanceTest est une suite de benchmarks utilisés pour tester l'ensemble des performances des composants du système. Ici, nous utilisons uniquement la suite de tests dédiés au processeur.
Nous ne relèverons donc que le score final obtenu à l'issue de tout ces tests. Cette suite étant optimisée pour utiliser tout les threads des processeurs, on retrouve naturellement le classement constaté plus haut. À savoir Core i7 3960X en tête, suivi du Core i7 980X, puis viennent ensuite les Core i7 3770K et 2600K.

Sisoft Sandra - Processeur arithmétique

sandracpuarith.png
Plus besoin de présenter la célèbre suite Sisoft Sandra. Cette dernière contient une pléïade de benchmarks chargés de tester les performances de différentes parties du système. Ici nous utilisons le test processeur arithmétique.
Ce dernier indique de quelle façon les CPU manipulent les instructions arithmétiques en virgule flottante. Vous l'aurez compris au premier coup d'oeil sur le graphique ci-dessus, notre classement précédemment observé est établi et bien établi ! En effet, les places sont distribuées et ne bougent pas d'un poil. Toutefois, les écarts entre les 3770K et 2600K dans ce test sont quasiment négligeables.

Sisoft Sandra - Processeur multi-média

sandracpumedia.png
Ce test indique de quelle façon les processeurs manipulent les instructions et données multimédia. Aucune surprise dans ce benchmark, quelque soit le test, on retrouve notre classement précédemment établi.

Sisoft Sandra - Performances cryptographie

sandracpucrypto.png
Ce test compare les manipulations de cryptographie du système (cryptage, décryptage, hachage, signature, etc.) aux autres moteurs de cryptographie. Il tire partie de toutes les dernièrs algorithmes/bibliothèques d'instructions de cryptographie. En revanche, il n'est pas capable d'exploiter plus de quatre coeurs. 
Ici, les résultats sont plus nuancés. C'est le nouveau Core i7 3770K bénéficiant des dernières améliorations en la matière, qui sort vainqueur de cette épreuve. Le Core i7 2600K termine deuxième, devant le Core i7 3960X.

SiSoft Sandra - Rendement multi-coeurs

sandracpucore.png
Ce test indique l'efficacité des coeurs de processeurs et de leurs interconnexions. Comme vous pouvez le constater sur le graphique ci-dessus, le Core i7 3960X dernier né des processeurs six coeurs prend la tête du classement. Pour autant le dernier né des quatre coeurs, le Core i7 3770K n'est pas en reste. En effet, grâce notamment à sa gravure en 22nm, il prend la deuxième place du classement.
Il se permet même de devancer le vieillissant Core i7 980X et ses six coeurs. On peut donc constater ici le bénéfice des améliorations apportées à cette nouvelle architecture Ivy Bridge.

SiSoft Sandra - Efficacité de l'énergie

sandracpuenergie.png
Ce test indique avec quelle efficacité est gérée l'énergie des processeurs. Résultat totalement inverse lorsque l'on regarde de près les dépenses énergétiques de ce Core i7 3770K. Dans cet exercice, ce dernier ferme la marche.
Nous n'avons pourtant pas constaté d'excès à la prise comparé à ses concurrents, et même parfois le contraire. Mais il ressort de ce test que l'énergie emmagasinée par le Core i7 3770K est moins bien gérée, ou moins bien dépensée qu'elle ne l'est par ses aînés.

X264 Benchmark HD.

x264fps.pngx264kb.png
X264 benchmark HD est un logiciel qui se charge de tester les performances en compression HD 720p. Les performances du Core i7 3770K en compression vidéo sont excellentes. Il termine deuxième, derrière le Core i7 3960X. Celui-ci ne doit encore une fois sa victoire qu'à son nombre supérieur de cores.

Cinebench.
cinebench.png
Ici nous utilisons le test processeur du benchmark Cinebench. Ce dernier est basé sur le moteur du logiciel MAXON qui utilise la puissance de calcul du processeur pour générer le rendu d'une scène 3D photo-réaliste. Ici on retrouve le classement que l'on obtenait précédemment.
Pour rappel : Core i7 3960X en tête, Core i7 980x à la suite, puis Core i7 3770K fermant la marche derrière les deux processeurs six coeurs et devant les autres processeurs quatre coeurs.

3DMarks.

3dmark.png

Est-il encore nécessaire de présenter le célèbre 3DMark ? Les différentes versions de ce benchmark servent toutes à la même chose : tester les performances graphiques du système, en utilisant pour ce faire tous les derniers effets visuels propres aux jeux vidéo.
Pour notre comparatif, nous avons choisi de nous concentrer sur les tests processeurs (ou PhysX le cas échéant) intégrés aux différentes versions de ce benchmark. Tous ces tests étant optimisés pour les processeurs multithreads, c'est naturellement qu'on retrouve le classement établi plus haut (on va finir par se lasser :)).

PC Mark.

pcmark7.png
On finit avec PC Mark 7, du même éditeur que les 3DMark, j'ai nommé FutureMark (original n'est-ce pas ?). Ce benchmark se charge de tester les performances du système à travers des tests d'utilisation et de matériel divers et variés. Nous nous concentrerons sur le score généré par le test processeur.
Même combat du coté de PC Mark. Notre classement reste le même, preuve que notre protocole de test est cohérent ;). Le Core i7 3770K fini donc troisième, mais dans ce test l'écart avec le Core i7 980X est beaucoup plus mince. Seul 38 points sépare les deux processeurs.

{mospagebreak}
{menu Tests Overclocking.}

Tests Overclocking
 
Dans cette partie, nous allons tester les différents aspects overclocking de notre processeur, à savoir :

arrow Fréquence MAX Baseclock
arrow Fréquence MAX processeur

Pour ces tests, les tensions utilisées seront les suivantes :
arrow Une tension maximale de 1,55v au vCore (processeur)
arrow Une tension maximale de 1.15v au VCCSA (contrôleur-mémoire)

Tous les voltages sont mesurés au multimètre, directement sur le PCB de la carte mère.

Fréquence max Baseclock
maxbclk.jpg
On commence avec l'overclocking du baseclock. Pour effectuer notre overclocking, nous bootons à 100Mhz de baseclock, puis nous augmentons celui-ci sous Windows à l'aide de Gigabyte Tweaking Launcher. Ce dernier logiciel à paraître du fabricant, est un petit outil d'overclocking très pratique.
Plus léger et rapide qu'Easy Tune, il permet d'ajuster les tensions, les multiplicateurs processeur, le baseclock donc, mais aussi les timings mémoire. Mais revenons plutôt à notre overclocking baseclock. Ici pas d'amélioration par rapport à la génération précédente Sandy Bridge-E ou Sandy Bridge.
En effet, nous avons pu atteindre un maximum de 110Mhz. Des chiffres tout à fait similaires à ce que l'ont peut obtenir sur un 3960X ou un 2600K par exemple.

Fréquence max CPU
maxcpu.jpg
Passons maintenant à l'overclocking de la fréquence processeur. Sous notre kit de watercooling Intel, nous avons pu atteindre une fréquence de 5.2Ghz. Rien d'extraordinaire donc, des résultats très proches de ce que nous avions obtenu avec notre Core i7 3960X. Celui-ci atteignait 5,15Ghz sous le même refroidissement. 
Avec "seulement" quatre coeurs, nous regrettons que le Core i7 3770K ne dégage pas moins de chaleur que son grand frère 3960X, qui en possède six. La génération précédente de Core i7 socket 1155 sait bien mieux se débrouiller dans cet exercice. En effet, certains 2600K ou 2500K sont capables d'atteindre des fréquences de l'ordre de 5.6Ghz à 5.8Ghz dans les mêmes conditions.
En revanche, comme certains d'entre vous ont pu le lire ces derniers jours dans nos lignes, ces nouveaux processeurs Ivy Bridge se débrouillent bien mieux sous températures extrêmes que leurs aînés. Les derniers leaks font état de 3770K atteignant plus de 7Ghz sous azote liquide. Là ou les 3960X et 2600K peinent à dépasser 5,9Ghz à 6Ghz.
Aucun doute que le NDA étant aujourd'hui tombé, les scores et les validations vont maintenant pleuvoir...

{mospagebreak}
{menu Conclusion.}

Conclusion

xmerc0g2e8ie1dled1ee.jpgEn conclusion, avec ces nouveaux processeurs Ivy Bridge, Intel signe encore un joli coup. Les performances de ce Core i7 3770K sont excellentes. Quelque soit le test, ce nouveau venu s'avère tout simplement être le plus performant des processeurs quatre coeurs du marché ! Seul le Core i7 3960X et ses six coeurs peuvent lui tenir tête, et encore, seulement dans le peu d'applications ou tout ses coeurs/threads sont sollicités. Même le vieillissant Core i7 980x, malgré deux coeurs de plus que ce nouveau processeur Ivy Bridge n'est pas capable de tenir le choc.
 
L'overclocking conventionnel en revanche, n'a rien d'extraordinaire. Il est du même ordre que ce que l'on peut retrouver sur les Core i7 Sandy Bridge-E. Gardons espoir que le temps et les futurs stepping sauront améliorer cela. Toutefois, nous nous réjouissons des progrès fait par Intel côté overclocking extrême sur cette nouvelle architecture.
 Les lecteurs clockeurs parmi vous comprendront ce qui suit : L'overclocking et les températures extrêmes sont à ces nouveaux Ivy Bridge ce qu'ils étaient aux "vieux" Clarkdale ! Les prochains mois dans la communauté de l'overclocking extrême mondiale s'annoncent donc passionnants ! Pour ces raisons, nous décernons un label 59Hardware Performance bien mérité au Core i7 3770K.


Nous aimons aussi la rétrocompatibilité avec le socket 1155 et les chipsets P67/Z68. Contrairement à la génération Sandy Bridge-E qui elle tire un trait sur le socket 1366 et les chipsets qui en découlent, Intel a choisi ici de garder le socket 1155. Permettant ainsi une évolution simplifiée pour les possesseurs de carte mères P67/Z68 et moins douloureuse pour nos portefeuilles. 
 

 

En revanche, le prix de vente de ce Core i7 3770K, aux alentours des 350€ nous rebute un peu. En effet, nous aurions souhaité le voir sous la barre fatidique des 300€. Mais les jours qui viennent nous donnerons peu être tort, en tout cas espérons-le. Autrement, il faudra attendre de pouvoir tester un Core i7 3570K, dont les performances devraient être quasiment similaires au Core i7 3770K, pour un prix sensiblement inférieur, afin d'alléger la facture.
Pour ces raisons, le Core i7 3770K passe de peu à côté du label 59Hardware économie, mais de peu on vous dit !

Enfin, nous regrettons aussi qu'hormis un nouvel IGP prénommé HD4000, la gravure en 22nm et tout le procédé révolutionnaire qui se cache derrière (nouveaux transistors tri-gate), ce Core i7 3770K n'apporte aucune réelle nouveauté. Il n'en reste pas moins un excellent processeur aux performances de premier choix. Encore une fabuleuse démonstration de force de la part du géant de Santa Clara.


arrow Performances excellentes.
arrow Rétro compatibilité socket 1155 et chipset P67/Z68.
arrow Potentiel d'overclocking extrême excellent.

arrow Prix.
arrow N'apporte pas de nouveautés hors 22nm.
arrow Potentiel d'overclocking conventionel décevant.

Sandy Bridge-E : 24 benchs, 4 familles de processeurs, Fight !

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

59hardware

En janvier dernier, Intel lançait sa nouvelle architecture Sandy Bridge avec le succès qu'on lui connaît. En cette fin d'année, le géant bleu a décidé d'enfoncer le clou et remet le couvert. Aujourd'hui, le NDA s'achève enfin pour nous permettre de lever le voile sur les tant attendus processeurs Sandy Bridge-E. Déclinaisons 6 coeurs des actuels Core i7 sur socket LGA1155, ils viennent remplacer les vieillissants Core i7 de la famille Gulftown sur socket LGA1366. Ces nouveaux Sandy Bridge-E représentent donc le haut de la nouvelle gamme Intel Core i7 ainsi établie. 
 
Comme souvent chez Intel, la sortie d'une nouvelle génération de processeurs s'accompagne d'un changement de socket, et donc de chipset. Avec Sandy Bridge-E, le fabricant n'a pas dérogé à sa règle et ces nouveaux processeurs haut de gamme arrivent en fanfare, flanqués du nouveau socket LGA2011 et du chipset qui l'accompagne, l'Intel X79 Express.

59Hardware vous propose aujourd'hui de découvrir, à travers un comparatif, ce qui ce cache sous le capot des Sandy Bridge-E. Nous comparerons trois des grandes familles d'Intel Core i7 que sont Lynnfield, Sandy Bridge, et Gulftown avec ces nouveaux venus. Le modèle que nous allons tester est le nouveau Core i7 3960X, soit en théorie le processeur grand public le plus puissant du fondeur de Santa Clara. Pour ce qui est des autres concurrents, vous les connaissez déjà puisqu'il s'agit des Core i7 870, Core i7 980x et Core i7 2600K. Ils seront tous mis à l'épreuve au travers de notre protocole de test, remanié pour l'occasion et totalisant maintenant 24 benchs ! Alors, envie de savoir ce que réservent ces nouveaux 6 coeurs Sandy Bridge-E ? Suivez le guide ! 
{mospagebreak}
{menu Présentation de l'architecture et de la gamme.} 

Présentation de l'architecture et de la gamme. 

Architecture.

tick_tock.jpg

Qui dit nouvelle génération de processeurs, dit nouvelles spécifications et le lot de nouveautés qui va avec… Nous allons tâcher de vous expliquer ce qu’apporte cette architecture ainsi que les divers changements opérés par Intel pour Sandy Bridge-E. Que se cache-t-il sous le die de notre petite Sandy ? 

snb-e_die.jpg3960x_features.jpg 

Au premier coup d'oeil, on remarque instantanément le principal changement entre cette génération de Sandy Bridge et la précédente. En effet, comme vous le savez, les actuels Core i7 Sandy Bridge sont dotés de 4 coeurs, avec ou sans hyperthreading suivant le modèle. Ces nouveaux Core i7 Sandy Bridge-E sont quant à eux munis de 6 coeurs avec hyperthreading, portant le nombre total de threads à 12. Les plus attentifs d'entre vous remarqueront aussi les deux espaces vides de chaque côté du cache L3, sous les cores de ce Sandy Bridge-E. Cela laisse à penser que ces nouveaux processeurs 6 coeurs sont en fait des 8 coeurs castrés volontairement par Intel.

Autre différence de taille, l'absence de controleur graphique intégré. En effet, contrairement à la génération précédente, ces nouveaux Sandy Bridge-E n'embarquent pas d'IGP HD2000/3000. En revanche, on retrouve le controleur mémoire intégré (IMC). Il est maintenant capable de gérer nativement la mémoire 1600Mhz et le quad channel en lieu et place de la mémoire 1333Mhz et du dual channel. Le controleur intégré d'I/O (IIO ou System Agent), gérant nottament l'uncore ou les lignes PCI-Express, est lui aussi toujours présent. Ce dernier est maintenant apte à gérer 40 lignes PCI-Express 3.0 et 4 lignes de DMI2/PCI-Express 2.0 au lieu de 16 lignes PCI-Express 2.0 auparavant. Concrètement, ce controleur PCI-Express est capable de gérer deux liens x16 ou cinq liens x8 ou encore onze liens x4. 

Tout ce beau monde se partage un même cache L3 ou cache de dernier niveau (Last Level Cache). Celui-ci s'éleve de 10 à 15Mb selon le modèle de processeur. Ce n'est pas tout puisque l'architecture Sandy Bridge-E embarque aussi à son bord 32Kb de cache d'instruction, 32Kb de cache L1, ainsi que 256Kb de cache L2 par core. L'ensemble est toujours gravé en 32nm sur un die unique.
Pour parler un peu de die et de transistors justement, le Core i7 3960x (Sandy Bridge-E donc) aujourd'hui en test embarque un die de 435mm² et dispose de 2.27 miliards de transistors. Quant à ces concurents du jour, le Core i7 2600K (Sandy Bridge) embarque un die mesurant 216mm² et dispose de 995 millions de transistors. Quant à lui, le Core i7 870 (Lynnfield) s’étale sur un die de 296mm² et dispose de 774 millions de transistors. Pour finir, le Core i7 980x (Gulftown), embarque un die de 248mm² et 1,17 milliards de transistors. 

turboboost.jpg

La technologie Intel Turbo Boost 2.0 est, elle aussi, toujours de la partie. Cette dernière se charge d'overclocker automatiquement votre processeur par core ou globalement en fonction de la charge système. Dans le cas de notre Core i7 3960x, lorsque 1 à 2 coeurs sont solicités, on obtient 600mhz de plus, soit 3.9Ghz. Lorsque 5 à 6 coeurs sont en activité, c'est alors 300Mhz de plus qui sont délivrés, soit 3.6Ghz.

Pour ce qui est du chipset X79 Express, nous aurons l'occasion de le découvrir plus en détail très prochainement, à travers nos tests de cartes-mères à venir. Mais pour l'heure, comparons son diagramme à celui de son ainé, j'ai nommé le X58 Express.

x79_diagram.jpgx58_diagram.jpg

Comme vous pouvez le voir sur ces deux diagrammes, la majorité des tâches/fonctions sont les mêmes, mais elles ont changé de main d'une génération à l'autre. En effet, la plupart des rôles autrefois attribués à l'IOH (chipset X58 Express) sont maintenant gérés par le processeur lui-même. Même chose pour le southbrige ICH10R qui vois aujourd'hui ces tâches attribuées au PCH (chipset X79 Express). Outre ces deux modifications qui n'en sont pas, puisque dûes à l'architecture processeur, les nouveautées sur ce chipset X79 sont anecdotiques, pour ne pas dire inéxistantes. 
Enfin, ce tableau récapitulatif détaille la gamme complète de cette nouvelle génération d'Intel Core i7 :

snb-e_gamme.jpg

Côté dénominations, hormis les chiffres 2xx0 et 3xx0, les différents processeurs de la gamme Sandy Bridge sont toujours distinguables à l'aide de ces lettres :
X : Processeur aux multiplicateurs débloqués, haut de gamme.
K : Processeur aux multiplicateurs débloqués, millieu de gamme.
S : Processeur basse consommation avec un TDP de 65 watts.
T : Processeur ultra basse consommation avec un TDP de 35w à 45w. 
{mospagebreak}
{menu Protocole et configuration de test.} 

Protocole et configuration de test.

1l560lsb8ayn7v1uvxv7.jpgNous allons mettre à l’épreuve l'Intel Core i7 3960x (Sandy Bridge-E donc) à travers un panel de tests. Ils nous permettront, chacun à leur manière, de mesurer les performances du processeur dans différentes conditions d'utilisation. Mais ce n'est pas tout puisque notre Core i7 3960x se mesurera aussi à la génération précédente d'Intel Core i7. À savoir le Core i7 870 (Lynnfield), ainsi que son ainé l’Intel Core i7 980x (Gulftown) et bien sûr son petit frère, j'ai nommé le Core i7 2600K (Sandy Bridge).
Cela nous premettra ainsi de comparer les performances de ce nouveau venu avec la quasi-totalité des générations de Core i7 disponibles à l'heure actuelle.

(NDLR: Nous recherchons activement des processeurs appartenant aux familles Clarkdale, Bloomfield et Lynnfield pour compléter notre protocole. N'hésitez pas à nous le faire savoir si vous avez l'un de ces modèles en votre possession, et êtes disposés à nous le prêter pour la bonne cause !)

Pour ce faire nous utiliserons les logiciels suivants : 
fleche AIDA64 Extreme Edition 2.0
fleche WinRAR 3.93 64bits (Benchmark intégré)
fleche 7-Zip 9.20 64bits ((Benchmark intégré)
fleche Super Pi 1.5 Mod XS (1M) 
fleche Super Pi 1.5 Mod XS (32M)
fleche Hexus Pifast (1024K)
fleche MaxxPi² Preview (256M)
fleche wPrime Benchmark 1.55 HWBot (32M)
fleche wPrime Benchmark 1.55 HWBot (1024M)
fleche Fritz Chess 12 (Benchmark intégré)
fleche Frybench SP2 64bits
fleche LinX 0.6.4 
fleche PassMark Performance Test 7 (Tests processeur)
fleche Sisoft Sandra Lite 2012 v18.10
fleche X264 Benchmark HD 3.0
fleche Cinebench R11.5 64bits (Test processeur)
fleche 3DMark 2006 (Test processeur)
fleche 3DMark Vantage (Test processeur)
fleche 3DMark 2011 (Test PhysX)
fleche PCMark 7 (Computation test)
fleche CPU-Z 1.58.7 64bits
fleche HWMonitor 1.18.5 64bits
fleche Windows 7 Edition Intégrale 64bits (AHCI)

Les différents benchmarks ont tous été effectués à une fréquence de 3800 Mhz pour le processeur, Hyper Threading activé. Pour la mémoire, la fréquence est fixée à 1600 Mhz Cas 8-9-8-24-1T. Ces réglages sont pour nous le meilleur compromis permettant d'émuler l'ensemble des utilisateurs moyens actuels. Chaque benchmark est exécuté trois fois. Entre chaque run, nous procédons à un nettoyage, défragmentation (sauf s'il s'agit d'un SSD) puis redémarrage du système. Pour chaque bench, c'est la moyenne des trois runs qui est retenue. Avant chaque article, nous restaurons une image "neuve" de notre système d'exploitation. Dans la mesure du possible nous essayons de garder les mêmes pilotes entre les tests. Autrement ce sont les derniers disponibles qui sont installés. Bien entendu, nous réglons notre système de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possible.

Afin de surmonter les rudes épreuves que nous infligerons aux cartes-mères pour vous, elles se verront épaulées par les éléments suivants : 

Plateforme de test n°1 : 
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Asus Rampage III Black Edition
fleche Processeur Intel Core i7 980x ES
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual channel)
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40 
fleche Ecran iiyama B2409HDS

Plateforme de test n°2 : 
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Asus Maximus III Gene
fleche Processeur Intel Core i7 870 ES 
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax 
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual Channel)
fleche Carte graphique MSI AMD Radeon HD 6870
fleche SSD 40Gb Corsair F40 
fleche Ecran iiyama B2409HDS

Plateforme de test n°3 : 
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Gigabyte Z68XP-UD4-B3 
fleche Processeur Intel Core i7 2600K ES
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax 
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual Channel)
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40
fleche Ecran iiyama B2409HDS

gvvvsbw834dc06frqe8s.jpgPlateforme de test n°4 : 
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Cooler Master Silent Pro Gold 1200w
fleche Carte mère Intel DX79SI
fleche Processeur Intel Core i7 3960X ES 
fleche Kit watercooling Intel RTS2011LC
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8 (Dual Channel) 
fleche Carte graphique Asus GeForce GTX580 DirectCU II
fleche SSD 40Gb Corsair F40 

fleche Ecran iiyama B2409HDS
{mospagebreak}
{menu Tests de performance.} 

Tests de performance.

Passons à présent au vif du sujet, la partie qui suscite votre intérêt et pique votre curiosité : Mais que valent réelllement ces Sandy Bridge-E en termes de performances ? Eh bien découvrons-le ensemble !

(NDLR: Le Core i7 870 (lynnfield) n'étant plus en notre posséssion, certains benchs inédits dans notre protocole de tests n'ont pas pu être exécutés sur cette plateforme.)

AIDA64.

aida.pngaida_latences.png

AIDA64, remplaçant d'EVEREST, ce charge de mesurer la bande passante mémoire et processeur. Sur les débits en lecture, écriture et copie, le Core i7 3960x s'en sort très bien. Hormis sur la bande passante mémoire ou son petit frère 2600K prend la tête du classement, c'est quasiment un carton plein sur toute la ligne pour le nouveau venu d'Intel. En revanche, il n'en va pas de même en ce qui concerne les latences. Dans ce domaine, c'est la famille Lynnfield et son réprésantant le Core i7 870 qui restent maître toutes catégories. 

WinRAR. 

winrar3.93.png

Ici, nous utilisons le benchmark intégré à WinRAR avec l'option multithreading activée pour mesurer les performances en compréssion/décompréssion RAR. Les processeurs dotés de 6 coeurs prennent naturellement la tête du classement, Core i7 3960x en tête. Le Core i7 2600k muni de "seulement" 4 coeurs ferme la marche.

7-Zip.

7zip_mips.png7zip_cpu.png

Sous 7-Zip, nous utilisons encore une fois le benchmark intégré au logiciel pour mesurer les performances en compression 7z. Dans ce test, c'est le Core i7 980x qui prend l'avantage. Le core i7 3960x se retrouve relégué à la deuxième place. Cepandant, lorsque l'on jette un oeil à l'utilisation processeur, Ce sont les Core i7 2600K et Core i7 3960x qui sont les plus économes.

Super Pi 1M, 32M et Pifast. 

spi_pifast.png

Super Pi et Hexus PiFast sont des benchmarks qui se chargent de calculer un nombre donné de décimales après la virgule du nomre PI. Dans ce domaine, le Core i7 2600K excèle. Malgré son cache plus important, le Core i7 3960x n'arrive pas à sortir son épingle du jeu ici.

MaxxPi².

maxxpi_ko.pngmaxxpi_sec.png

MaxxPi, nouveau venu dans notre protocole de test, se charge lui aussi de calculer un nombre donné de décimales après la virgule du nombre PI. À ceci près que ce benchmark est optimisé pour les processeurs multi-core. Encore une fois, c'est le Core i7 3960x avec ses 6 coeurs, 12 threads et son architecture Sandy Bridge qui prennent la tête du classement. En deuxième position on retrouve le deuxième processeur 6 coeurs de notre comparatif, le Core i7 980x. Encore une fois, le Core i7 2600K avec ses 4 coeurs et 8 threads se retrouve désavantagé.

wPrime 32M & 1024M. 

wprime32_1024.png

wPrime est un benchmark calculant des racines carrées en utilisant la méthode de Newton. Ce benchmark tirant parti de tous les threads disponibles, il n'est encore une fois pas étonnant de voir que les processeurs 6 coeurs/12 threads se retrouvent en tête. Cepandant le Core i7 3960x, malgré une architecture Sandy Bridge-E plus récente, ne prend pas l'avantage sur son ainé de la famille Gulftown. Ces résultats sont toutefois à prendre avec des pincettes. Les écarts présent entre les deux plateformes sont assez faibles pour être imputé au bios immature de notre carte mère Intel DX79SI, celui de l'Asus Rampage III BE étant lui parfaitement au point. 

Fritz Chess Benchmark.

fritz_kilo.pngfritz_speed.png

Dance ce test, nous utilisons le benchmark intégré au logiciel Fritz Chess. Ce dernier test les performances du processeurs en utilisant un algorithme d'I.A artificielle pour résoudre une partie d'échec. Décidément, les tâches multi-threadés semblent être le fort de ce Core i7 3960x. Encore une fois, il prend la tête du classement grâce à ses 6 coeurs/12 threads et son architecture Sandy Bridge-E redoutable. Le Core i7 980x ne s'en sort pas mal non plus. Il suit de près le 3960x, avec moins de 200 points d'écart entre les deux processeurs.

FryBench.

frybench.png












Frybench est un benchmark utilisant le moteur FryRender pour calculer le rendu d'une image 3D photo-réaliste. Il à éte conçu pour tirer parti au maximum du cache et des processeurs multithreadés dernière génération. Sans surprise, c'est encore une fois le nouveau Core i7 3960x qui tire la couette de son côté. Cette fois, les écarts entre ce dernier et son confrère Gulftown se font plus nets. On distingue mieux les améliorations entre les deux générations de processeurs. Le Core i7 2600K et ses 4 coeurs/8 threads se retrouvent bons derniers. Cependant, en faisant un petit calcul, on constate que l'écart entre ce dernier et son compère 3960x est proportionel au nombre de coeurs manquants.

{mospagebreak}
{menu Tests de performances (suite).} 

Tests de performances (suite).

LinX

linx.png

Linx est un benchmark qui fait aussi office de test de stabilité. Ce dernier utilise la bibliotèque Linpack d'Intel pour tester les performances des processeurs. Ici, l'architecture Sandy Bridge sort clairement son épingle du jeu. Ce benchmark étant spécialement optimisé pour les processeurs Intel, il n'est pas étonnant de voir que le vieillissant Gulftown ce retrouve bon dernier malgré ces 6 coeurs/12 threads.

PassMark Performance Test

passmark.png

Autre nouveau venu dans notre protocole de test, PassMark PerformanceTest est une suite de benchmarks utilisés pour tester l'ensemble des performances des composants du système. Ici, nous utilisons uniquement la suite de tests dédiés au processeur. Cette suite étant optimisée pour les processeurs multi-threads, on retrouve le podium constaté plus haut, à savoir Core i7 3960x en tête, suivi du Core i7 980x, le Core i7 2600K fermant la marche. Toutefois, lorsqu'on y regarde de plus près, il n'y à que l'éxécution des instructions SSE ainsi que les performances en compression qui bénéficient d'un gain conséquent sur le Core i7 3960x. Dans les autres domaines, les écarts avec le 980x restent minimes. Le score global (CPU Mark) du Core i7 3960x s'envole toutefois vers des sommets, avec quasiment 35000 points d'avance sur son ainé Gulftown. 

Sisoft Sandra - Processeur arithmétique

sandra_arithmtique.png

Plus besoin de présenter la célèbre suite Sisoft Sandra. Cette dernière contient une pléïade de benchmarks chargés de tester les performances de différentes parties du système. Ici nous utilisons le test processeur arithmétique. Ce dernier indique de quelle façon les CPU manipulent les instructions arithmétiques en virgule flottante. Encore et toujours le même constat, quelque soit le domaine, SSE3 ou SSE4.2, le Core i7 3960x et son architecture domine. 

Sisoft Sandra - Processeur multi-média

sandra_multimedia.png

Ce test indique de quelle façon les processeurs manipulent les instructions et données multi-média. Ici, même si le Core i7 3960x prend une fois de plus la tête du classement, les écarts avec le Core i7 980x restent faibles, pour ne pas dire négligeables.

Sisoft Sandra - Performances cryptographie

sandra_crypto.png

Ce test compare les manipulations de cryptographie du système (cryptage, décryptage, hachage, signature, etc.) aux autres moteurs de cryptographie. Ce test ne tire visiblement pas parti des processeurs multi-coeurs, ou tout du moins pas plus de 4. En effet, dans ce test les résultats sont beaucoup plus nuancés. En hachage SHA256 SSE4, les Core i7 980x et 3960x sont au coude à coude, le Core i7 260K fermant la marche. En revanche, en cryptage/décryptage AES256-ECB AES c'est le Core i7 2600K qui prend un net avantage. Au niveau de la bande passante en cryptographie des processeurs, on retrouve les processeurs natifs de l'architecture Sandy Bridge-E en tête, 3960x ouvrant la marche.

SiSoft Sandra - Rendement multi-coeurs

sandra_multicore.png

Ce test indique l'éfficacité des coeurs de processeurs et de leurs inter-connexions. Ici, on peut constater les améliorations apportées entre les deux générations. Les processeurs issus de l'architecture Sandy-Bridge bénéficient d'une bande passante inter-coeur supérieure, et le cache suppérieur du 3960x finit de faire la différence. 

SiSoft Sandra - Efficacité de l'énergie

sandra_energy.png

Ce test indique de quelle éfficacité est gérée l'énergie des processeurs. On constatera que l'architecture Sandy Bridge à aussi bénéficié d'amélioration côté gestion de l'énergie, les Core i7 3960x et 2600K étant plus éfficaces sur ce point. Pour ce qui est de la performance de la puissance ALU, c'est une autre paire de manche pour le Core i7 2600K. Il ce retrouve encore une fois désavantagé par son manque de coeurs et fini bon dernier.

X264 Benchmark HD. 

x264hd_fps.png

X264 benchmark HD est un logiciel qui se charge de tester les performances en compression HD 720p. Encore une fois, le redoutable Core i7 3960x prend la tête du classement. Il est talloné par le Core i7 2600K sur la moyenne des deux premiers loop du tests, mais dans les loop 3 et 4, ce dernier se fait rattraper par le Core i7 980x et ses 6 coeurs/12 threads.

Cinebench. 

cinebench11.png 

Ici nous utilisons le test processeur du benchmark Cinebench. Ce dernier est basé sur le moteur du logiciel MAXON qui utilise la puissance de calcul du processeur pour générer le rendu d'une scène 3D photo-réaliste. On retrouve encore une fois notre classement précedemment établi. Processeurs 6 coeurs/12 threads en haut du podium, Core i7 3960x en tête. Puis viennent les processeurs 4 coeurs/8 threads, le Core i7 2600K prenant le pas sur le Core i7 870 grâce à son architecture Sandy Bridge.

3DMarks. 

3dmarks.png

Est-il encore néccéssaire de présenter le célèbre 3DMark ? Les différentes version de ce benchmark servent toutes à la même chose : tester les performances graphiques du système, en utilisant pour ce faire tout les derniers effets visuels propres aux jeux vidéo. Pour notre comparatif, nous avons choisi de nous concentrer sur les tests processeurs (ou PhysX le cas échéant) intégrés aux différentes versions de ce benchmark. Tout ces tests étants optimisés pour les processeurs multithreads, c'est naturellement qu'on retrouve le classement établi plus haut (on va finir par se lasser :)). Récapitulons, quelque soit la version de 3DMark, le classement reste le même, dans l'ordre : Core i7 3960x, Core i7 980x, Core i7 2600K, Core i7 870. 

PC Mark.

pcm7.png

On finit avec PC Mark 7, du même éditeur que les 3DMark, j'ai nommé FutureMark (original n'est-ce pas ?). Ce benchmark se charge de tester les performances du systèmes à travers des tests d'utilisation et de matériel divers et variés. Nous nous concentrerons sur le score généré par le test processeur. Pas de changement à dénoter, lorsqu'il s'agit d'un benchmark récent et optimisé pour le multi-thread, le nouveau Sandy Bridge-E prend irrédiablement l'avantage, notre Gulftown étant encore et toujours sauvé du déshonneur par ses 6 coeurs/12 threads face au plus récent Core i7 2600K et son architecture Sandy Bridge.

{mospagebreak}
{menu Tests Overclocking.}

Tests Overclocking 

Malheureusement, nous n'avons pas pu réaliser nos habituels tests overclocking comme nous le voulions. La faute au bios de notre carte mère de test, immature. Une fréquence de 4,9Ghz @1,42 vCore sous le kit watercooling Intel à tout de même pu être atteinte. Pour ce qui est du baseclock, une fréquence de 136mhz a pu être obtenue sans trop d'efforts. 


Toutefois, lorsque nous nous sommes attaqués à la mémoire, le bios de notre carte mère n'a tout simplement pas pu encaisser les 2133Mhz demandés, et a décidé de partir en vacances prématurées. Dans ces conditions, et parce que nous pensons qu'il y à plus à tirer de l'i7 3960X ES en notre possession, nous avons décidé de remettre les tests overclocking à plus tard. Nous vous donnons donc rendez-vous dans les jours à venir, ou nous publierons le test de l'Asus Rampage IV Extreme, avec les tests overclocking processeur en air, sous watercooling et sous Hélène (comprendre Ln2 ou azote liquide).


MAJ 22/01/2012 :

Overclocking MAX baseclock :
oc_bclk.png
En ce qui concerne l'overclocking du baseclock sur 3960X, plusieurs straps sont proposés par la carte mère et son chipset X79. Nous avons donc cherché la fréquence maximale avec chaque strap disponible. Comme vous pourrez le constater sur le graphique ci-dessus, quelque soit le strap choisi, la marge d'overclocking reste à peu prêt la même (6 ~ 8 Mhz). Pour résumer, non le X79 ne débloque pas l'overcklocking par le baseclock comme c'était le cas avec le FSB. Mais oui, on peu monter beaucoup plus haut en baseclock que sur P67 ou Z68. Tout cela grâce à l'implémentation des straps par Intel.


Overclocking MAX baseclock :
oc_cpu.png

Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessus, le potentiel d'overclocking de notre Core i7 3960X est respectable, mais n'a rien d'exceptionnel. Alors qu'en watercooling nous étions limités à quasi 5,3Ghz, notre processeur a pu atteindre 5605Mhz sous Azote liquide,
soit 305Mhz de mieux. Pourtant depuis la sortie des modèles Sandy Bridge-E les choses se sont considérablement améliorées. Alors que les premiers samples ne dépassaient pas 5.3Ghz au lancement, il n'est pas rare aujourd'hui de voir des screens 3DMark à plus de 5,6Ghz et même à plus de 5,8Ghz ! Avec ses 5,6Ghz notre sample fait donc partie du haut du panier. On peut donc maintenant dire que leur potentiel d'overclocking extrême est comparable à ce que l'on peut retrouver sur les processeurs de la gamme Sandy Bridge socket 1155 (2500K, 2600K, 2700K...). Même si ces derniers gardent toujours une tête d'avance sous refroidissement classique, du fait de leur dégagement thermique moindre.

{mospagebreak}
{menu Conclusion.} 


Conclusion

 En conclusion, Intel frappe une fois de plus très fort avec ses Sandy Bridge-E. Les performances brutes du Core i7 3960x sont tout simplement ce qui se fait de mieux au monde à l'heure actuelle. Dans la majorité des tests, et surtout lorsqu'ils sont multi-threadés, le core i7 3960x étale sa toute puissance, évinçant tout ses concurents au passage. Avec ce processeur, Intel reprend donc la couronne du processeur desktop le plus puissant qu'elle détenait déjà son Core i7 990x. Pour cette raison, nous lui attribuons un Label "59H Performance." 

Cepandant, les performances de la génération précédente n'ont pas encore à rougir. En effet, même si le Core i7 3960x est devant dans la majorité des cas, reste que la plupart du temps les gains ne sont pas si énormes que ça. Pour celui qui possédait déjà une plateforme équipée d'un Core i7 980x ou 990x payée au prix fort, nul besoin de se ruer sur la marchandise donc.

59hardwareCertes, nous sommes enthousiasmés par les nouvelles performances époustouflantes qu'apportent cette nouvelle architecture Sandy Bridge-E. Mais une telle débauche de puissance était-elle vraiment néccéssaire ? Nous ne le pensons pas. La génération Gulftown est toujours en mesure de répondre aux besoins de la majorité des utilisateurs. Seuls quelques métiers ayant des besoins gourmands bien précis tel que les infographistes, réalisateurs, producteurs vidéos ou autres sauront éxploiter le potentiel de ces nouvelles machines de guerres du calcul. À la limite, on imagine aussi assez bien quelques overclockers extrême en mal de performances se laisser séduire (n'est-ce pas ? ;)). Mais reste que la majorité des utilisateurs de PC sera inévitablement freinée par un argument de taille : Le prix. À 999$ le Core i7 3960x, il aura très peu d'acheteurs prêt à sauter la pas, mais visiblement suffisament pour qu'Intel puisse proposer un tel processeur. Reste le Core i7 3930K, à 583$ il pourrait peut être encore séduire quelques "power users" ou "gamers" fortunés souhaitant renouveller leur configuration. Mais le côut total de la plateforme risque la encore d'être rédhibitoire. En effet, au processeur il faudra rajouter le prix d'un ventirad qui n'est plus fourni d'origine ainsi que celui d'une carte mère, dotée du nouveau chipset X79 et d'un socket LGA2011 pour accueillir votre Sandy Bridge-E.
 
Nouveau chipset ? À notre sens il s'agit plus en fait d'un ICH10R castré, devenu PCH. Hormis l'ajout de 2 ports USB 2.0 supplémentaires, et de deux uniques ports S-ATA 6 sur les six ports proposés, aucune caractéristique ne le différencie de ce dernier. Nous aurions au moins aimé voir la technologie Intel SRT implantée de même que le support natif de l'USB 3. De même qu'encore une fois, Intel nous oblige à changer de socket. Cette fois si, au regard de la taille du die processeur, on comprend que le géant bleu est eu besoin de changer son format. Toutefois ce changement se fait encore au détriment du consommateur, on aimerait qu'ils soient plus, comment dire... "Visionnaires" au niveau des sockets chez Intel. Le LGA775 a bien duré 4 ans à lui seul !
 

1l560lsb8ayn7v1uvxv7.jpgBon et quid de l'overclocking dans tout ça ? Et bien malheureusement, comme c'est souvent le cas au lancement d'une nouvelle génération de processeur chez Intel, il est en baisse. Là ou Sandy Bridge nous avait habitué à des fréquences de 5Ghz parfaitement stables en air, voire plus, les Sandy Bridge-E eux peinent à atteindre cette même fréquence de manière stable. Il en va de même pour l'overclocking extrême. Là où les gulftown étaient capables d'atteindre des fréquences de l'ordre de 6,4 à 6,7Ghz en bench 3D stable, les meilleurs éxemplaires de Sandy Bridge-E ultra-triés aux mains des célèbres Shamino, Andre Yang ou encore HiCookie atteignent entre 5,6 et 5,8Ghz et n'aime pas beaucoup le froid. Des fréquences bien plus proches de ce à quoi nous avons été habitués au début des Core i7 2500K et 2600K. Il n'y à cependant nul doute que cela s'améliorera dans les mois à venir, le temps qu'Intel maitrise mieux les chaines de production des Sandy Bridge-E, comme ce fut le cas pour les précédentes générations.  

arrow Performances du Core i7 3960x.
arrow Architecture Sandy Bridge déclinée en 6 coeurs.
arrow Overclocking par le Baseclock disponible  
arrow Quad channel.

arrow Prix. 
arrow Nécéssité ?
arrow Capacités d'overclocking aircooling en baisse par rapport aux Sandy Bridge.
arrow Capacités d'overclocking extrêmes en baisse par rapport aux Gulftown.
arrow Plus de ventirad fourni.
arrow LGA2011, un socket de plus.
arrow X79 = ICH10R castré ?

Sandy Bridge : 11 Benchs, 3 processeurs, Fight !

Envoyer Imprimer
{menu Introduction}

Introduction

59hardware

Une année s'est écoulée depuis qu'Intel a lancé son architecture "Westmere". Cette dernière, basée sur sa grande sœur "Nehalem", ou plutôt sur un Die Shrink de celle-ci, vient en ce début d'année 2011 d'être remplacée à son tour. Intel suit ainsi sa stratégie du "Tick-Tock" introduite il y a quelques années... C'est trois jours avant l'ouverture du CES de Las Vegas que le géant de Santa Clara a officialisé sa nouvelle architecture et avec le renouveau de sa gamme de processeurs.

Pour ceux qui auraient été dans le coma ou enlevés par quelques martiens ces derniers mois, cette nouvelle architecture et les processeurs qui en découlent répondent au doux nom de code de Sandy Bridge. Ces nouveaux processeurs viendront prendre la place des actuels "Clarkdale" et "Lynnfield". Avec Sandy Bridge, c'est la quasi totalité de sa gamme qu'Intel va renouveler. Nouvelle architecture et nouveaux processeurs donc (mobiles, desktops et serveurs), mais aussi nouveau socket.
À travers cet article nous allons tenter de vous éclairer sur le lot de nouveautés qu'amène Sandy Bridge. Mais surtout nous vous avons préparé un fight composé de 11 benchs entre les protagonistes du moment et leur nouveau challenger : J'ai nommé le Core i7 2600K.   
{mospagebreak}
{menu Présentation de l’architecture.}
Présentation de l’architecture.

Qui dit nouvelle génération de processeurs, dit nouvelles spécifications et le lot de nouveautés qui va avec… Nous allons tâcher de vous expliquer ce qu’apporte cette architecture ainsi que les divers changements opérés par Intel pour Sandy Bridge. Que se cache-t-il sous le die de notre petite Sandy ? 
die_sandy.png
Comme vous pouvez le voir sur cette représentation, le principal changement vient du contrôleur graphique. Contrairement à la génération « Clarkdale », il est directement intégré au même Die que les cœurs et non placé sur un autre parallèle à celui-ci, comme c’était le cas auparavant. On peut aussi distinguer les quatre cœurs ainsi que le contrôleur mémoire et le contrôleur PCI-E. Tout ce beau monde se partage une même cache L3 ou cache de dernier niveau (Last Level Cache). Cette nouvelle architecture embarque le Turbo Boost 2.
Cette version améliorée de celui déjà présent sur la gamme actuelle est capable de gérer les cœurs de façon indépendante mais aussi le GPU. Tout comme l’architecture « Clarkdale », cette seconde génération de Core i7 est gravée en 32nm.

Le contrôleur PCI-E est capable de gérer une ligne 16x ou deux lignes 8x. Quand au contrôleur mémoire aucun changement, pour ce que l’on en sait, c’est un dual channel capable de gérer la DDR3 1333Mhz. Comme nous vous le disions plus haut, le Turbo Boost 2 est une version améliorée de ce qui se faisait sur l’ancienne génération de processeur Core.
 Mais plutôt que d’écrire de longues lignes pour vous expliquer son fonctionnement, voici une documentation fournie par Intel ainsi qu’un petit tableau qui devraient vous éclairer :
turboboost.png


frequences_turboboost.png
Fréquences lors des différentes phases du mode Turbo Boost 2.0

{mospagebreak}
{menu Présentation de la gamme.}

Présentation de la gamme.

Les différentes gammes de Core Sandy Bridge embarquent chacun un volume de cache L3 différent. Les i7 disposent de 8Mo de cache L3, les Core i5 6Mo et les Core i3 3Mo. Seul les i7 et i3 embarquent l’Hyper-Threading. Les TDP vont de 35w pour le plus petit i3, à 95w pour notre « gros » i7 2600K testé dans cette article.
les nouveaux i3, i5 et i7 2xxx embarquent un IGP de la série HD 2000 (HD 3000 sur 2500K et 2600K), cette IGP est cadencé entre 1100Mhz et 1250Mhz selon les modèles (1350Mhz pour les 2500K et 2600K). Il est censé être quatre fois plus rapide que l’ancienne génération d’Intel GMA HD.

Les HD 2000 et HD 3000 gèrent la 3D et sont compatibles HDMI 1.4, DisplayPort 1.2, DVI et VGA. De plus ils sont capables d’encoder en H264 et MPEG2. Mais voici plutôt quelques documents fournis par Intel qui imageront un peu toutes ces informations.

On commence avec les différences entre les trois familles i7, i5 et i3 :

diff_i3_i5_i7.jpg

Ici les spécifications des IGP HD 2000/3000 ainsi que les différences avec la génération précédente : 

phbckzurpil6vem1vq88.png

Et enfin ces trois tableaux détaillent la gamme complète de cette nouvelle génération de processeurs Core : 

nz5fpv8mdrruy061fp3p.jpg

edbyaxcsckz5eyt4tjv4.jpg

40bk4rl0nakutuhlzuk6.jpg

Côté dénominations, hormis les chiffres 2xx0, les différents processeurs de la gamme Sandy Bridge seront distinguables grâce à ces lettres :

fleche K : Processeur aux multiplicateurs débloqués, destinés aux overclockeurs.
fleche S : Processeur basse consommation avec un TDP de 65 watts.
fleche T : Processeur ultra basse consommation avec un TDP de  35w à 45w. 

Pour parler un peu des processeurs de notre fight, notre 2600K embarque un die mesurant 216mm², il dispose de 995 millions de transistors. Son challenger, notre Core i7 870 (Lynnfield) s’étale sur un die de 296mm² et dispose de 774 millions de transistors.
Quant à lui, notre 980x, faisant ici office de « King des CPU » (en tout cas sur le papier), embarque un die de 248mm² et 1170 millions de transistors. Comme vous l’aurez compris, c’est à un renouvellement complet de la gamme qu’Intel procède avec Sandy Bridge. On comprend mieux (même si l’on ne cautionne pas) la stratégie d’Intel avec cet énième changement de socket.
Beaucoup d’améliorations ont été apportées à cette seconde génération, tout cela à l’air fort attractif sur le papier. Voyons ensemble ce qu’il en est réellement au travers des pages suivantes et de nos tests performances.
{mospagebreak}
{menu Protocole et configuration de test.}
Protocole et configuration de test.
 
86hcvblu2433p7jxbtcn.jpgNous allons mettre à l’épreuve notre Core i7 2600K à travers un fight. Il se mesurera à la génération précédente de Core. À savoir notre Core i7 870 (Lynnfield), ainsi qu’au « King des CPUs » (pour le moment ?) j’ai nommé l’Intel Core i7 980x. Ils nous permettrons chacun à leur manière de mesurer les performances de ce dernier dans différentes conditions : performances 2D & 3D, overclocking, bande passante mémoire, compression vidéo, tout y passera !

Pour ce faire, nous utiliserons les logiciels suivants :
fleche AIDA64 Memory & Cache Benchmark (test de bande passante mémoire et cache CPU, remplaçant d'EVEREST)
fleche X264 HD Benchmark 3.0 (test de compression vidéo HD)
fleche Super Pi 1M/32M (test de performances axé mémoire et CPU calculant les décimales de π)
fleche Wprime 32M/1024M (test de performances axé CPU calculant des racines carrées en utilisant la méthode de Newton)
fleche Pifast (test de performances axé mémoire et CPU calculant les décimales de π)
fleche CPUMark (test de performances axé CPU)
fleche Cinebench Release 11.5 (test de rendu 3D axé CPU)
fleche CPU Test 3Dmark 2006 (nous mesurons les performances de notre processeur à l’aide du test CPU de ce bench 3D)
fleche CPU Test 3Dmark Vantage (même chose qu’au-dessus)
fleche CPU-Z (Logiciel regroupant des informations systèmes essentielles)
fleche Asus AI Suite II / Turbo-V (logiciel permettant un overclocking sous Windows, ainsi que le paramétrage de certaines tensions)

Les différents benchs ont tous été effectués aux fréquences de 3.4Ghz et 3.8Ghz pour chaque processeur, soit les fréquences d’origine et du mode Turbo Boost de notre Core i7 2600k. Nous avons bien entendu réglé nos systèmes de façon à obtenir des résultats les plus cohérents possibles.  Afin de surmonter les rudes épreuves que nous infligerons pour vous à nos processeurs, ils se verront épaulés des éléments suivants :

Plateforme de test n°1 :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Antec True Power Quatro 1200w EC
fleche Carte mère Asus Sabertooth x58 (vous la retrouverez dans un test prochainement)
fleche Processeur Intel Core i7 980x ES
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax
fleche Mémoire DDR3 Corsair 3x2GB 1600 Cas 8
fleche Carte graphique MSI AMD Radeon HD 6870
fleche SSD 40Gb Corsair F40

Plateforme de test n°2 :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Antec True Power Quatro 1200w EC
fleche Carte mère Asus Maximus III Gene
fleche Processeur Intel Core i7 870 ES
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8
fleche Carte graphique MSI AMD Radeon HD 6870
fleche SSD 40Gb Corsair F40

Plateforme de test n°3 :
fleche Table de bench Cooler Master Lab v1.0
fleche Alimentation Antec True Power Quatro 1200w EC
fleche Carte mère Asus P8P67 (vous la retrouverez dans un test prochainement)
fleche Processeur Intel Core i7 2600K ES
fleche Ventirad Thermlright HR02 + Ventilateur 120mm Enermax
fleche Mémoire DDR3 Corsair 2x2GB 1600 Cas 8
fleche Carte graphique MSI AMD Radeon HD 6870
fleche SSD 40Gb Corsair F40
{mospagebreak}
{menu Test performance.}

Test performance.

Passons à présent au vif du sujet, la partie qui suscite votre intérêt et pique votre curiosité : Mais que vaut réellement cette Sandy en termes de performances ? Eh bien découvrons-le ensemble !

Everest / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

On commence avec Everest (désormais nommé AIDA64). Comme vous pouvez le voir sur ce graphique notre Core i7 2600k n'a rien à envier à la génération précédente. Se permettant même de faire quasiment jeu égal avec notre 980x, voir de le dépasser dans certains cas. Il n'y a pas à dire, les améliorations apportées à cette architecture par Intel sont là.
Sandy Bridge gère extrêmement bien la bande passante mémoire. Les latences sont exprimées en nanosecondes et les débits en kb/s.

Everest / AIDA64 @3.8Ghz

Ces résultats confortent nos observations faites sur le graphique précédent. Une fois overclockée à 3.8Ghz,  la bande passante de notre i7 2600k explose et il prend sans mal la tête du classement. Les débits en lecture sont sans commune mesure avec ses concurrents. Il n'y a guère que sur les latences des caches de niveau L1, L2 et L3 que notre Sandy est en retrait sur ses prétendants...

3DMark06

Comme vous le voyez sur ce graphique, le i7 2600K s'en sort très bien face au i7 870. On peut ici voir l'impact de toutes les améliorations apportées par Intel à cette architecture. En revanche 3DMark06, tirant parti des processeurs multithreads, le 2600K n’est pas en mesure de rivaliser avec le 980x seulement une fois overclocké à 3.8Ghz. Cependant une fois notre 980x lui aussi poussé à cette fréquence il reprend la tête de ce comparatif.

3DMark Vantage

3DMark Vantage tirant parti des CPUs multithreadés tout comme son grand faire 2006, les résultats ne diffèrent pas de celui-ci. On retrouve notre 980x qui caracole en première position, suivi de notre 2600K, puis notre i7 870 bon dernier. Dans le pire des cas, plus de 2400 pts d’écart le séparent de notre « Sandy ».

CPUMark

Un résultat plutôt surprenant pour ce bench, puisqu’ici, notre 2600K se retrouve dernier. Certes, seulement 5 à 6 pts le séparent de ses concurrents, mais cela est probablement du à l’ancienneté de ce bench. Nous penserons à le remplacer dans nos prochains tests, celui-ci n’étant plus tellement optimisé pour les processeurs de cette génération.

Pifast

L’impact de la bande passante mémoire étant prépondérant sur ce bench. Notre i7 2600K s’en sort naturellement très bien et finit premier. Effectivement, comme nous l’avions vu sous AIDA64 notre cher « Sandy » gère très bien cet aspect de sa nouvelle architecture, nous constatons des écarts assez considérables pour ce type de bench 2D. Le Core i7 2600K prenant respectivement plus de trois et (quasiment) quatre secondes à ses grands frères 980x et 870. Des performances qui,j’en suis sûr, raviront tout les overclockeurs et bencheurs amateurs de Pifast et autres Super Pi…

Cinebench R11.5

Dans ce test de rendu 3D, on voit encore l’avantage  des 12 threads du 980x sur ses concurrents dés qu’il s’agit d’un bench tirant parti du multithreading. Malgré son excellente architecture flambant neuve, notre 2600K est incapable de faire face aux quatre threads supplémentaires de notre « Gulftown ».

Super Pi 1M

Pas de surprise pour SuperPi, ce benchmark étant basé sur le même principe que Pifast, les résultats sont donc en tous points similaires. Le Core i7 2600k prend donc encore une fois la tête sans mal sur ses concurrents...

Super Pi 32M

Même chose qu'au-dessus au 32M hormis le fait que ce bench est plus long, les écarts entre notre challenger et ses grands frères se creusent un peu plus. Nous assistons donc une fois de plus à une victoire écrasante du 2600K d'Intel.

WPrime 32M

Ce graphique illustre parfaitement les performances de ce Core i7 2600K. Comme vous pouvez le voir, il se retrouve devant notre i7 870 mais derrière notre Core i7 980x. L'architecture du Core i7 2600K lui permet de devancer la génération précédente "Lynnfield". Mais dans le cas d'un test multithreadé notre vieillissant "Gulftown" tient toujours le haut du pavé.

WPrime 1024M

Les écarts sont encore plus flagrants sur cette version 1024M de WPrime, ils confirment ce que nous vous disions précédemment. Dans les benchs utilisant plusieurs threads, les 6 cœurs du 980x font toujours la différence.

x264 @3.4Ghz

Voyons maintenant ce que notre Sandy vaut en compression vidéo HD. x264 est un benchmark qui se charge de tester les performances du CPU en encodant un flux vidéo au format H264. Il a aussi l’avantage de tirer parti des processeurs multicores et du multithreading. Comme vous le montre ce graphique ci-dessus, ce benchmark est réparti sur 4 runs qui chacun est divisé en deux loops.
Deux mesures figurent sur ce graphique, tout d'abord le débit en Kb/s puis le ne nombre de FPS. En ce qui concerne les débits, ils sont tous très proches. On note un très léger avantage pour le Core i7 980x et des résultats quasi identiques pour nos Core i7 870 et 2600K.
En revanche au niveau des FPS les résultats sont plus nuancés. Ainsi le Core i7 870 se retrouve bon dernier et les Core i7 et 980x s'affrontent dans un match d'endurance. Dans les faits, le Core i7 2600K devance son grand frère doté de 6 cœurs, mais de très peu (5 PFS) sur les quatre premier runs. Tandis qu'ensuite le Core i7 980x et ces 12 threads reprennent l'avantage avec entre 10 et 11 FPS d'écart.

x264 @3.8Ghz

Même constat à plus haute fréquence. "Lynnfield" bon dernier, "Sandy" et "Gulftown" s'affrontant en tête. L'un prenant tantôt l'avantage avec près de 5 FPS, l'autre creusant ensuite l'écart à plus de 12 FPS.

{mospagebreak}
{menu Test Overclocking.}

Test Overclocking.

Depuis quelques mois, de nombreuses rumeurs circulent sur le net à propos de l'overclocking de notre cher "Sandy". Ces rumeurs faisaient état d'une architecture bridée, incompatible avec l'overclocking et qui annoncerait la fin d'une ère chère à nombre d'entre nous, overclockeurs en herbe ou confirmés. Eh bien il n'en est rien ! Enfin presque... Avec Sandy Bridge, on ne pourra plus se permettre (en tout cas pour le moment), d'embrasser les joies d'une session à trois avec hélène2. Pas plus qu'une douche sous une cascade deux étages à -100°. Tout cela est révolu ! Alors, s'overclockera ou s'overclockera pas ? Vous allez le voir, tout n'est pas perdu !
 
Comme nous vous le précisions, Intel a en effet bridé l'overclocking de ces nouveaux processeurs. Mais pas tous... Les modèles de la série "K" bénéficient de coefficients multiplicateurs débloqués. Tout comme l'étaient les Core 2 Duo 6500K, les i5 655K ou encore les i7 875K. Sur Sandy Bridge, la montée en fréquence ne pourra donc se faire qu'à l'aide de ces coefficients multiplicateurs. L'overclocking par le base clock est toujours possible mais reste extrêmement limité. Notre CPU n'acceptait pas plus de 105Mhz de Base Clock sans quoi il refusait catégoriquement de booter. Et ce n'est pas mieux chez nos confrères, visiblement aucun Sandy Bridge ne semble vouloir dépasser les 108 Mhz. Cependant la stratégie qu'adopte Intel n'est pas sans fondement, nous vous l'expliqueront plus en détail dans notre conclusion.

Passons maintenant aux tests :
fleche Fréquence MAX Base Clock
fleche Fréquence MAX CPU

Commençons par le maximum en fréquence Base Clock : 

u84c37rczcwy7pnlj2wr.jpg  

Un résultat décevant donc, ruinant les espoirs de certains, amoureux d'un art de l'overclocking traditionnel aujourd'hui bridé par Intel. Mais comme nous vous l'avons dit, rien n'est perdu. Il reste la série K et ses coefficients multiplicateurs débloqués. Mais voyez plutôt par vous-même : 

max_cpu.png

Validation : http://valid.canardpc.com/show_oc.php?id=1577023

Comme vous pouvez le constater sur ce screen réalisé en air, notre i7 2600K en a sous le capot ! Pas moins de 5.3Ghz en air, sous notre HR02 équipé de deux ventilateurs 120 mm. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'Intel a bien travaillé, comparé aux autres générations (hormis quelques "Golden Gulftown"), la fréquence maximale en air est en nette amélioration. En revanche tout cela chauffe pas mal, pour atteindre cette fréquence, nous avons du laisser notre configuration refroidir après quelques heures de benchs. Autrement, le système atteignait des températures déraisonnables provoquant des reboots, le mastodonte de Thermalright ne suffisant plus aux besoins de notre Sandy...
Autre chose, jusqu'à il y a quelques jours, il était uniquement possible de dépasser 5Ghz sur la carte mère DP67BG d'Intel. Cette dernière étant munie d'une option "PLL Overvoltage" dont nulle autre carte ne disposait alors. Aujourd'hui ce problème est réglé, la plupart des cartes mères disponibles ayant reçu une mise à jour bios. Mais attention n'oubliez pas d'activer cette option lors de vos overclockings. Sans quoi vous serez limités autour des 4.7Ghz~5Ghz selon les capacités de votre processeur. 
{mospagebreak}
{menu Conclusion.}
Conclusion. 


En ce début d'année 2011, Intel attaque très fort et nous livre une architecture redoutable, "Sandy Bridge" améliore encore les performances déjà excellentes de l'ancienne génération de Core i7. Si bien que cette nouvelle architecture se permet même de dépasser son grand frère "Gulftown" dans les applications ou le multithread n'est pas favorisé. La gestion de la bande passante mémoire, déjà excellente, est encore améliorée sur cette génération. Et nous verrons dans un prochain test si l'overclocking de la mémoire est à la hauteur de ce qu'il était sur les "Lynnfield".

Pour ce qui est de l'overclocking justement, même si nous avons été déçus de constater que seuls les modèles de la série K sont overclockables et encore, seulement par le biais de leurs multiplicateurs libres, nous ne pouvons que féliciter le géant de Santa Clara pour les capacités d'overclocking en air de ces nouveaux venus.
Nous avons aussi apprécié leur relative stabilité en oc (la limite d'overclocking du processeur étant généralement assez stable pour booter sous Windows). Ainsi que leur facilité à s'overclocker : c'est le (bon) revers de la médaille, en limitant les possibilités d'overclocking, on le simplifie du même coup. Même si nous sommes habitués à un overclocking plus "complexe" que nous affectionnons plus particulièrement.
Nous avons pris plaisir à jouer avec les coefficients multiplicateurs de cet i7 2600K. Nous prouvant qu'un overclocking simplifié, sans une douzaine de voltages, coefficients et variables à maitriser peut être amusant.

Mais ce "bridage" forcé nous paraît stratégiquement cohérent pour Intel, d'un côté cela permettra au fabricant de contrôler quel modèle s'overclockera ou ne s'overclockera pas, fixant ainsi les tarifs en conséquence. Et d'un autre côté, nous pensons qu'il n'aurait évidemment pas été bon pour Intel que Sandy Bridge mette au placard dés à présent son grand frère "Gulftown". En effet, celui-ci est censé tenir sa place encore jusqu'à la fin de l'année.
Les performances de cette nouvelle architecture étant ce qu'elles sont, si les nouveaux Core i7 avaient été en plus dotés dés leur lancement d'un overclocking tel que nous l'avons connu sur la génération précédente, le public aurait en partie délaissé les 980x et le  futur 990x. Cela aurait écourté leur durée de vie avant le lancement des nouveaux "Ivy Bridge", déclinaisons 6 et 8 cœurs des "Sandy Bridge". Nous attendrons donc avec impatience de voir ce que sera ce chipset dont nous vous parlions au début de cet article, le lointain Z68 sensé débloquer l'overclocking de cette chère "Sandy".

Nous regrettons en revanche que cette nouvelle génération de processeurs, venant en remplacement d'une autre elle aussi très performante et répondant à tous les besoins actuels des utilisateurs, nous oblige encore une fois à changer de carte mère. Cela à cause d'une énième déclinaison de socket qui nous le pensons, n'a qu'un but purement commercial et aurait pu être évitée.

Cependant, la politique tarifaire attrayante d'Intel concernant ces nouveaux processeurs nous enthousiasme. Une fois la disponibilité des nouveaux Core i7 propagée, nous devrions avoir droit à une baisse des prix pour tous les modèles de la génération précédente. Ce qui devrait être une opération très intéressante pour ceux d'entre vous qui prévoient de mettre à jour leur configuration restée en socket LGA 775 ou autre...

Par manque de temps, nous n'avons pas pu effectuer tous les tests que nous aurions désirés. Ces derniers viendront compléter ce fight dans les prochains jours, à l'occasion d'un nouveau test de processeur Sandy Bridge et de son IGP. Nous  y inclurons de nouveaux concurrents ainsi que des tests de consommation électrique, température, compression de fichiers, compression MP3, jeux et overclocking mémoire. Je vous donne donc rendez-vous très bientôt pour un prochain article !


fleche Performances excellentes.
fleche Simplicité et stabilité en overclocking.
fleche Capacité d'overclocking en air.
fleche Placement tarifaire de la nouvelle gamme.
fleche Entraxe du socket LGA 1155 compatible ventirad LGA 1156.


fleche Enième socket LGA 1155, au détriment du consommateur.
fleche Pas d'overclocking (ou très peu) sur les modèles non "K".
fleche Capacités d'overclocking bridées en attendant le chipset Z68.

Test : Intel Pentium G6950, du 32nm avec IGP à moins de 80€ !

Envoyer Imprimer
{menu Introduction et présentation}
Introduction

nz0chqkazsmpfj8i9hqd.jpegDans la famille Clarkdale il y a les Core i5 600, Core i3 500 mais aussi un, et un seul modèle en Pentium : le G6950 ! Il faut dire qu’il ne lui reste plus grand-chose comparé aux Core i3/i5 : pas d’Hyperthreading, 3Mo de cache seulement, pas de SSE 4.1, contrôleur mémoire limité à 1066Mhz … la liste est longue !

Il dispose quand même de plusieurs éléments intéressants : présence d’un IGP avec le GMA HD (533Mhz seulement) et gravure en 32nm sont les deux principaux. Avec un prix de vente d’environ 80€ est-ce que cela va suffire à en faire un processeur intéressant ? La réponse dans notre test du Pentium G6950
wm5ci0e1hmzh5sr9azg8.jpg

Présentation du Pentium G6950
ncesortpg9a23ljhbxsm.jpg
Dans la gamme des Clarkdale la numérotation est relativement simple : les Core i5 600 disposent de l’Hyperthreading et d’un mode turbo, les Core i3 500 ne disposent que de l’Hyperthreading et perdent le mode turbo tandis que le Pentium G6950 ne dispose ni de l’un ni de l’autre.

Mais ce n’est pas la seule perte du Pentium G6950 : il ne dispose que de 3Mo de cache, d’un jeu d’instruction en SSE 3 (4.2 pour les Core i3/i5), d’un IGP à 533Mhz sans Clear Video HD (733 et 900 pour les Core i3/i5) et enfin d’une fréquence mémoire limitée à 1066Mhz (1333Mhz pour les Core i3/i5). Voici un petit tableau récapitulatif des différences entre un Core i3 661, Core i3 530 et Pentium G6950.

{mospagebreak}
{menu Performance et conclusion}
Performances générales et conclusion
Nous avons repris les tableaux de notre comparatif permanent de CPU, le Pentium G6950 y à été ajouté ; vous pouvez donc facilement retrouver tous les résultats de tous les benchs, ou bien les récapitulatif partiels ici.
ewonh3lw1kjpzjf5bn4n.jpg
Voici le récapitulatif générale des performances du Pentium G6950, ce n’est pas franchement brillant ! La perte de l’Hyperthreading se fait grandement ressentir par rapport au Core i3 530 (21% plus puissant pour seulement 133Mhz de plus).

Mais ce n’est pas le seul fautif, la différence de mémoire cache fait souvent perdre quelques points au Pentium G6950 et le non-support du jeu d’instruction SSE4.2 lui fait perdre beaucoup dans les tests de compressions.
ncxl228l0l69ckjnv7hj.jpgc41zl3lmld8gnh1a8zr5.jpg
Du côté de la consommation les choses ne sont pas non plus extraordinaire ! La consommation en Idle de notre exemplaire de test était légèrement supérieure à celle du Core i5 661 (mais uniquement sur la partie CPU puisqu'une carte graphique était utilisée), en burn le Pentium G6950 reprend l'avantage mais sans pour autant être très intéressant ! Décevant...

Au final, donc le Pentium G6950 se situe au niveau d’un Athlon II X2 250/255 vendu moins cher, le rapport performance prix est donc encore en faveur d’AMD. De plus, le Pentium G6950 utilise une plate-forme LGA 1156 alors que les Athlon II X2 sont compatibles avec les sockets AM2, AM2+ et AM3 !
vpdx7c95wp0ezm1cifp9.jpg
La partie graphique n’est pas non plus à la fête avec des performances équivalentes à un 760G de chez AMD ; le GMA HD à 533Mhz perd 20 points comparé au GMA HD à 733Mhz des Core i3 500. Mais quelque soit la fréquence de l'IGP la lecture de vidéo HD sera possible sans soucis, le Pentium G6950 ne faisant pas exception à la règle.

Le Pentium G6950 a donc du mal à trouver sa place, Intel ayant fait beaucoup de coupe dans les caractéristiques des Core i3/i5 pour arriver à un Pentium G6950. Le rapport performance/prix étant pour le moment à l’avantage d’AMD que ce soit pour le CPU ou pour l’IGP.  Mais Intel a tout de même un avantage sur AMD : la disponibilité de carte mini-ITX H55 en LGA 1156, de quoi transformer le Pentium G6950 en lecteur multimédia HD ou en Free NAS ; nous y reviendrons prochainement…

Phenom II X6 1090T et 1055T, l'arrivé des 6 coeurs chez AMD !

Envoyer Imprimer
{menu Introduction et présentation : Phenom II X6 1090T BE et X6 1055T BE}
Introduction et présentation : Phenom II X6 1090T BE et X6 1055T BE

AMD lance aujourd’hui deux nouveaux CPU dans la famille des Phenom II : les Phenom II X6 1090T BE et 1055T BE ; il s’agit des premiers CPU grand public à 6 cœurs de la firme Texanne. AMD emboîte donc le pas à son rival Intel qui avait lancé le Core i7 980X il y a quelques semaines.
2gbzbm78t7uxm9ux889g.jpg
Le Phenom II X6 1090T n’est pas simplement un Phenom II X4 avec deux cœurs supplémentaires, AMD a également intégré aux nouveaux Phenom II X6 un Turbo Core. Reste maintenant à voir comment il se comporte et surtout les performances de ce nouveau CPU.

Phenom II X6 1090T
: 6 coeurs à 3.2Ghz (3.6Ghz en Turbo Core) avec un TDP de 125Watts - 290€
Phenom II X6 1055T : 6 coeurs à 2.8Ghz (3.3Ghz en Turbo Core) avec un TDP de 125Watts - 190€
t7qbwpqlsi61vsycxjce.jpg
{mospagebreak}
{menu Le Turbo Core en détails et en images}
Le Turbo Core en détails et en images !

Hormis la greffe de deux poumons supplémentaires, la grosse nouveauté des Phenom II X6 vient du Turbo Mode ! Le principe de base reste le même que celui déjà utilisé par Intel : overclocker de manière dynamique et automatique certains cœurs du CPU à la demande, toujours dans la limite du TDP du CPU.
mf72qier4p3kjjf1dd9v.jpg
L’approche d’AMD est par contre beaucoup plus simple : si trois cœurs ou moins sont utilisés par le système alors ils sont automatiquement overclockés (+500Mhz pour le 1055T et +400Mhz pour le 1090T) ; dans le cas contraire, aucun overclocking et tout le monde restent à sa fréquence par défaut. Évidemment, cela est automatisé et ne demande aucune intervention de l’utilisateur, ce changement est matériel et pas logiciel ; le Turbo Mode fonctionne donc indépendamment de l’OS et des drivers utilisés.
lie19j2mkearw8vgphnc.jpgqp1iitfo9ulsrm9klbqp.jpgo5jemnf91anojzxi5djm.jpg
Le Turbo Core s'active lorsque 1, 2 ou 3 coeurs sont utilisés

Comme nous pouvons le voir sur les images ci-dessus avec un seul coeur en charge il passe à 3.6Ghz tout seul. Avec trois coeurs également le Turbo Core s'active, mais seul le premier passe à 3.6Ghz, les deux autres semblent bloquer à 3.5Ghz. Nous continuons nos investigations sur ce sujet et nous vous tiendrons au courant !
6t6woy1fvtq6jopxw55e.jpgqopwrc93pu8h8yfk12sj.jpg

Il est néanmoins possible de paramétrer et configurer le Turbo Mode des Phenom II X6, pour cela il faudra par contre être sous Windows est installé la toute dernière version de l’AMD Over Drive (AOD v3.2.1).  Un menu supplémentaire apparait, il permet de régler le Turbo Mode : tension à appliquer, nombre de cœurs concernés et fréquences par cœur en Turbo Mode sont les paramètres qu’il est possible de modifier. Les possibilités sont donc énormes. Par exemple, il est possible de définir qu’en cas de charge le Turbo Mode se fera sur 4 cœurs (au lieu de 3) avec une fréquence de +800Mhz pour ces 4 là (contre +400Mhz seulement par défaut). Nous regrettons par contre qu’il faille forcément passer par l’AOD pour le moment, ce genre de réglage directement dans le BIOS aurait été un gros plus.

{mospagebreak}
{menu Quelles différences entre un Thuban à 4 cœurs et un Phenom II X4 ?}
Quelles différences entre un Thuban à 4 cœurs et un Phenom II X4 ?

oxu6ccujb4uhknq9j6ht.jpgC’est la question que nous nous sommes posée, la nouvelle révision proposée par le Thuban change-t-elle les performances du CPU ? Pour ce faire, nous avons désactivé deux cœurs de notre Phenom II X6 1090T, désactivé le mode Turbo et relancé tous les benchs. Comme vous pouvez le constater aucune différence vraiment significative existent entre nos deux CPU ; du moins sur ce panel d'application...
1ao0nysdscasehx35qvo.jpg
{mospagebreak}
{menu Traitement de l'image : Photoshop, Cinebench, Blender et DXO}
Traitement de l'image : Photoshop, Cinebench et Blender
680l2vdomorcpj7ecrxz.jpg
Dans ce premier récapitulatif les nouveaux Phenom II X6 assurent bien : le 1090T dépasse le Core i7 860 tandis que le 1055T fait quasiment égalité avec le Core i7 920. Comparé au Phenom II X4 955 le Phenom II X6 1090T et ses deux cœurs supplémentaires fait 27% de mieux, de quoi enfin attaqué les solutions haut de gamme de chez Intel.  Le Turbo Core des Phenom II X6 leur fait gagner entre 5% (pour le 1090T avec +400Mhz) et 7% (pour le 1055T avec +500Mhz).

Photoshop CS4
Nous utilisons la dernière version disponible du logiciel de traitement d’images de chez Adobe : Photoshop CS4. Le test consiste à chronométrer le temps d’exécution d’un script prédéfini. L’image est un JPEG de 3500 x 2333 pixels, viennent ensuite s’appliquer des changements de modes, des contours, des effets, des traitements par calques, … Le temps total est reporté sur le graphique.
hkg6bab9cy2p8x7mhweq.jpg
Cinebench R10
Cinebench de chez Maxon possède un benchmark intégré. Deux modes sont disponibles : avec un seul core ou bien avec tous les cores présents (4 pour les quads et les X4 et 8 pour les Core i7). Les deux résultats sont reportés, c’est l’occasion de vérifier le bon fonctionnement des cœurs.
jff3e6p1ttxmo0d2qqc3.jpg
7d1uv91hy6o533xnx8f3.jpg

Blender
Sous Blender, nous mesurons le temps pour effectuer un rendu d’une scène que nous avons préparée. Petite précision, ce logiciel est open source et disponible sur beaucoup de plates-formes : Windows, Linux, SGI , Beos, Solaris, FreeBSD et MacOSX. Nous reportons donc sur le graphique le temps d’exécution en secondes du rendu.
 
cwfu77y4y9qc88uejwps.jpg
DXO Optics Pro
Voici également les résultats sous DXO ; ils sont partiels pour le moment tous les CPU n'étant pas encore passé dessus.
1k5n12sfyp5xbf27ya1a.jpg
{mospagebreak}
{menu Compression : DivX, X.264 et 7-Zip}
Compression : DivX, X.264 et 7-Zip
vwkp5zbo56rg21mc3uoz.jpg
Ici le Phenom II X6 1090T ne parvient pas à dépasser le Core i7 920 et reste juste en dessous, mais cela est principalement dû aux très bons résultats des Intel en compressions DivX grâce aux instructions SSE4. Le Turbo Core ne change pas grand-chose aux résultats, il faut dire que les programmes utilisés dans cette partie sont multithreadés ; peu d'occasions donc d'activer le Turbo...

Compression DivX 6.8
Pour la compression DivX, nous avons utilisé Virtual Dub avec une source en Mpeg2. Le format de sortie était un DivX avec un bitrate de 1200 et une résolution HD. L’encodage a été fait en 1 seule passe. Le résultat est le temps en secondes pour réaliser cet encodage d’une vidéo de 5 minutes. Les optimisations multithreading et SSE2/4 étaient activées en fonction de ce qui était disponible suivant les CPU, SSE4 pour Intel contre SSE2 pour AMD en fait ! Donc oui, les deux CPU n'utilisent pas le même jeu d'instruction, mais les deux types de CPU utilisent toutes leurs ressources disponibles.
sscphofvlqu4ye0mk2tw.jpg
Compression X.264
Nous avons utilisé le X.264 plutôt que le H.264 car le premier a l’avantage d’être libre et d’offrir de très bons rendus. Pour l’encodage nous avons utilisé un Avisynth et Megui, deux passes sont effectuées et le temps de chaque passe sera reporté sur le graphique.
940vioedd9zpfdzg22zd.jpg
wgdpmmkqq5u14w2rail5.jpg
Compression 7-Zip
7-Zip possède un benchmark intégré, nous l’avons utilisé et rapporté l’indice de performance qu’il nous a donné pour chaque CPU. Ensuite une compression a été lancée avec le taux réglé sur "Ultra". Le temps nécessaire a de nouveau été reporté dans le graphique.
fjnfbl0whgdviei8bk7f.jpg
oog75sho0hbekwlht4zu.jpg

{mospagebreak}
{menu Calculs mathématiques : Maple 12, DES et MD5}
Calculs mathématiques : Maple 12, DES et MD5
0egnrt65614itpsowuym.jpg
Cette partie n'a jamais été le point fort d'AMD, Intel domine largement le débat sur ses benchs. Parmi nos logiciels de ce récapitulatif, le multithreads n'est pas forcément à l'honneur et la différence entre 4 et 6 coeurs n'est pas flagrante. Le plus rapide chez les rouges est évidemment le Phenom II X6 1090T qui dépasse le Phenom II X4 965 grâce à son Turbo Core. Plus étonnant par contre : les Phenom II X6 sans Turbo Core sont très légèrement en dessous des Phenom II X4 955 et 925 ; des résultats surprenants alors qu'ils sont cadencés à la même fréquence.

Maple 12
Sous Maple 12, nous avons utilisé deux feuilles de calcul différentes et mesuré le temps nécessaire pour la réalisation de chaque feuille. Je suis allé chercher dans mes cours quelques restes d’exercices, la feuille 1 correspond aux entiers de Hammings tandis que la feuille 2 parlera des suites de Conway.
t8vdcg55f0fziwqzrb0l.jpg
vb1apcjxwa0fr195dmjx.jpg
Cryptographie DES
Ici, nous avons utilisé un logiciel de déchiffrage de mots de passe, il possède un benchmark intégré et nous avons récupéré l’indice de performance qui correspond aux codes DES.
fs9vm6h1r48n57m4mgmd.jpg
Cryptographie MD5
Dans ce test, nous avons mesuré le temps nécessaire à l’ordinateur pour calculer les empreintes MD5 de 308915776 mots. Pourquoi 308915776 ? Eh bien d’abord pourquoi pas ? En fait, nous avons choisi ici les possibilités de mots de 6 caractères n’utilisant que des minuscules.
g1iojmnu60soeic6q2h7.jpg
{mospagebreak}
{menu Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur : PHP, Mysql et Nbench}
Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur : PHP, Mysql et Nbench
febl1sdundylrvkx6go4.jpg
Dans cette série de benchs encore une fois le multithread n'est pas à l'honneur, malgré tout le Phenom II X6 1090T s'en tire très bien grâce justement au Turbo Core qui s'active dans des cas comme celui-ci. Cette série de benchs sous Linux (Ubuntu Server) montre bien que le Turbo Core fonctionne indépendamment de l'OS ; heureusement !

Serveur PHP
Passons maintenant quelques temps sous Linux, plus précisément sous Ubuntu Server. La version utilisée porte le doux nom de « Jaunty Jackalope », il s’agit de la version 9.04. Ce premier test consiste à mesurer le temps d’exécution d’un script PHP. Le script comporte plusieurs boucles avec des tests et des calculs mathématiques.
xsjx9056wj1qgov7n9hf.jpg
Serveur MySQL
Pour mesurer les performances du serveur Mysql, nous avons utilisé le benchmark intégré. Le résultat de ce bench sera donc le temps en secondes nécessaire à faire les 10 phases de ce bench qui utilise les fonctions courantes des bases de données.
wduqggbrjc1huhsyflil.jpg
Nbench Version 2.2.3
Nbench a été développé par le magazine Byte et effectue différentes mesures du CPU. Nous donnerons les trois indices finaux : mémoire, CPU et FPU. La version utilisée ici est le 2.2.3. Nbench n'est pas optimisé pour les multi-coeurs, il ne donne des indices de performances qu'en mono-thread.
sigyk5ht457hjn67o7x6.jpg
mr5m5wwszg8tijqahkjx.jpg
mv9rc925lxfdldeqpe52.jpg
{mospagebreak}
{menu Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead}
Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead
nxciw2kjxb48rxzrovjo.jpg
Les résultats sont décevants dans les jeux avec les Phenom II X6 qui arrivent justes derrière leur équivalent en X4 ! Nous tâcherons d'y revenir ultérieurement et plus en détail afin de mieux comprendre ce qui se passe. Rappelons encore une fois que les différences n'existent que dans les basses résolutions avec une limitation du CPU, dès que la résolution augmente c'est le GPU qui limite et peu importe (ou presque) le CPU.

Far Cry 2
Retournons à Vista pour mesurer les performances de nos CPU dans les jeux. Pour commencer Far Cry2. Nous avons utilisé le benchmark intégré au jeu, quatre modes ont été à l'ouvrage. Tout d’abord en 800 x 600 avec les détails au minimum pour laisser toute liberté au CPU de s’exprimer et éviter d’être limité par le GPU. Ensuite en 1280 x 1024 et 1680 x 1050 toujours avec les détails au minimum.
Pour finir nous avons utilisé un mode plus adapté à la carte graphique avec du 1680 x 1050 et tous les détails au maximum. L’occasion de regarder qui limite qui et si un gros CPU arrange les choses.

Crysis Warhead
Sous Crysis Warhead, nous avons repris le même protocole que pour Far Cry 2. Du 800 x 600 avec les détails au minimum, puis 1280 x 1024, 1680 x 1050 et enfin un mode plus réaliste avec des détails élevés.

{mospagebreak}
{menu Benchmarks synthétiques : Superpi et Sandra}
Benchmarks synthétiques : Superpi et Sandra
b9czcx4kodjgrwm6bdg5.jpg
Évidemment, et comme toujours, Intel est largement gagnant dans ce tableau grâce à SuperPi ou il règne en maitre. Laissons de côté la rivalité Intel/AMD pour voir que le 1090T fait 30% de mieux que le Phenom II X4 955 (3200Mhz pour les deux) ; là encore, le Turbo Core permet d'augmenter un peu les écarts (merci SuperPi car Sandra est parfaitement multithreadé).

Super Pi
Super Pi est le logiciel incontournable des "benchs parties" ! Il s’agit simplement de calculer des décimales de Pi. Nous l’avons intégré à notre panel de tests plus pour sa popularité que pour son utilité. Les CPU de chez Intel ont toujours été largement devant à ce petit jeu-là.
g2qdctp0we9o90dmdlip.jpg
sq1dkdf9r8t0exkkuu38.jpg
Sisoft Sandra
Sandra de chez Sisoft est un autre logiciel de benchmark, nous récupérerons les indices relatifs aux performances du CPU. Nous utiliserons la version 2009 SP3. Il s’agit des tests processeur arithmétique et processeur multimédia.
45qig9wc3x1fx2pys0yd.jpg
o2c4g0kwxfbxuyiz362n.jpg
{mospagebreak}
{menu Consommation électrique et overclocking}
Consommation électrique et overclocking
esi657thyzhjk4o0uiwz.jpg
hrx5wpmsmfz6la9dp3g2.jpg
Le TDP annoncé des Phenom II X6 1090T et 1055T est de 125Watts, la même chose que notre 965M ; dans la pratique cela se confirme puisque le Phenom II X6 1090T consomme autant que le Phenom II X4 965s, il possède pourtant deux coeurs de plus ! La consommation en IDLE est également très bien géré, un très bon point pour ce Phenom II X6 1090T, la tendance chez AMD étant en général à la consommation...

Overclocking

Nous avons pu arriver jusque 4.0 Ghz avec 1.375Volt de manière stable sous plusieurs minutes d'OCCT, le tout sur les 6 coeurs ! Un score très intéressant qui laisse entrevoir de bon espoir pour la suite : nous avons overclocké avec un ventirad stock AMD !
xhprythy85fq71r7fhth.jpg
{mospagebreak}
{menu Récapitulatif et conclusion}
Récapitulatif et conclusion.
9254nnh42wbqut0av6m4.jpg
Dans notre protocole de test le Phenom II X6 1090T se place à peu près à égalité avec le Core i7 920 (révision D0 et Turbo activé), une belle performance tout de même. Nous avons également vu dans nos tests individuels que le Phenom II X6 1090T était à même de lutter avec un Core i7 860 en le dépassant dans plusieurs tests.

Si on compare le Phenom II X4 955 (3.2Ghz) et le Phenom II X6 1090T (3.2Ghz) le gain est très intéressant avec 20% de plus (14% sans le Turbo Core). De même, le 1055T se place très bien en dépassant le Phenom II X4 965s. Nous avons également vu que cela ne se faisait pas au détriment de la consommation puisqu'elle reste bien maitrisée ; le Phenom II X6 1090T consommant à peu près autant que le Phenom II X4 965s !
t7qbwpqlsi61vsycxjce.jpg
Reste maintenant à voir la position tarifaire du Phenom II X6 : 290€ pour le 1090T et 190€ pour le 1055T. Alors que le 1090T fait jeu égal dans notre moyenne générale il est vendu plus cher que le CPU Intel ; mais  il possède plusieurs atouts ! Pour commencer la plateforme : le Phenom II X6 1090T est compatible avec les cartes mères AM3, mais aussi AM2+ et AM2 pour peu qu'une mise à jour du Bios soit disponible. Cela peut éviter de devoir changer une plateforme compléte ; un très bon point pour AMD ! De même, le Phenom II X6 1090T dispose de 6 vrais coeurs tandis que le Core i7 920 n'en possède "que" 4 physiques, cela fait la différence dans certaines applications. Le 1090T permet donc à AMD de proposer une alternative aux Core i7 mais à un tarif pour le moment élevé.

Le 1055T est lui aussi intéressants à plus d'un titre avec pour commencer son prix : moins de 200€ les 6 coeurs. Ensuite grâce à son Turbo Core à 3.3Ghz il rivalise souvent avec les Phenom II X4 955/965 dans les applications monothread et dispose de deux coeurs de plus en multithread (mais a 2.8Ghz seulement). Dans la grande majorité des cas les deux coeurs supplémentaires suffisent à être plus performants (voir Blender, Cinebench, Compression X.264 ...).

AMD signe donc deux CPU intéressants, mais il faudra faire attention à bien cerner vos besoins ! En effet, il faut  utiliser des applications capables de tirer pleinement parties des 6 coeurs pour rentabiliser votre achat.

Comparatif de CPU dont vous etes le héros

Envoyer Imprimer
Aujourd’hui nous vous proposons sur 59Hardware une grosse nouveauté : un comparatif dont vous êtes le héros ! Le principe est simple : vous sélectionnez dans notre base de données les modèles qui vous intéressent, le benchmark, et s’affiche alors immédiatement le tableau des résultats.
Par exemple, vous voulez tous les Quad sous Blender ; le récapitulatif global de tous les Intel ; les Core i3 500 sous SuperPi ; .... toutes les combinaisons sont possibles...

Pour le moment notre base de données compte 68 références pour un total de 34 mesures par CPU ; soit 2312 données dans la base de donnée ! Plus tôt que de vous proposer de longs graphiques, l’idée nous est venue de vous laisser choisir les références qui vous intéressent.

Ayant moi-même fait les mesures, la conception de la base de données et la programmation du site, je peux très facilement adapter, corriger et mettre à jour ce comparatif.  Évidemment, de nouvelles références viendront régulièrement grossir la base de données, mais je suis ouvert à toutes suggestions, ce comparatif c’est le vôtre.

  Accéder au comparatif : 59Hardware, comparatif permanent de CPU

Comparatif : 25 CPU AMD en AM3

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}
Introduction

La suite d'un dossier un peu spécial aujourd'hui sur 59Hardware puisqu'il s'agit d'une mise à jour du comparatif de 20 CPU de chez AMD ; nous passons maintenant à 25 CPU. Pourquoi uniquement AMD ? Eh bien tout simplement car AMD dispose d'un socket qui a su évoluer (AM2, AM2+ et enfin AM3) tout en étant rétro-compatible, enfin pour peu que les fabricants de cartes mères aient joué le jeu, mais ça c'est une autre histoire. L'occasion donc de regarder les performances des nouveaux Phenom II X2 555, Athlon II X2 255, Athlon II X3 440 et Athlon II X4 635, en attendant le gros comparatif de CPU multiplateformes qui devrait arriver très rapidement.

Phenom II X4 955

Protocole et présentation de la plateforme de test : 

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

Carte mère : Gigabyte MA-790FXT-UD5P
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series
Carte graphique : Palit HD 4870
Ventirad : Noctua NH-U12P
Optique : Plextor PX-B920SA
Disque dur : Hitachi 250Giga Sata
Alimentation : Be Quiet Dark Power Pro 580W
Clavier/souris : Logitech.

Pour chaque système, Windows Vista 64bits avec la SP1 et les dernières mises à jour au moment du test sont installés. Les pilotes nécessaires de chaque carte mère sont également installés et les Catalyst 9.4 sont de la partie pour la carte graphique. Chaque installation est évidemment identique du point de vue logiciel.

{mospagebreak}
{menu Taitement de l'image : Photoshop, Cinebench et Blender}

Taitement de l'image : Photoshop, Cinebench et Blender

fdju4869aicp2mpq2951.jpg

À peu de choses près nous avons les CPU classés par leur nombre de cœurs.  Attention tout de même puisque nos différents logiciels ne sont pas égaux devant les multicoeurs : Photoshop n’en tire pas spécialement parti tandis que Blender et Cinebench en raffolent ! Les derniers CPU annoncés par AMD (Phenom II X2 555, Athlon II X2 255, Athlon II X3 440 et Athlon II X4 635) ne se détachent pas spécialement du modèle du dessous, il faut bien avouer que ce ne sont pas 100Mhz de plus qui vont faire une différence décisive.

Photoshop CS4

Nous utilisons la dernière version disponible du logiciel de traitement d’images de chez Adobe : Photoshop CS4. Le test consiste à chronométrer le temps d’exécution d’un script prédéfini. L’image est un JPEG de 3500 x 2333 pixels, viennent ensuite s’appliquer des changements de modes, des contours, des effets, des traitements par calques, … Le temps total est reporté sur le graphique.

5px7govwwtr3ywvdepek.jpg

Cinebench R10 

Cinebench de chez Maxon possède un benchmark intégré. Deux modes sont disponibles : avec un seul core ou bien avec tous les cores présents (4 pour les quads et les X4 et 8 pour les Core i7). Les deux résultats sont reportés, c’est l’occasion de vérifier le bon fonctionnement des cœurs.

rgtsmh11iaicxyokm4hi.jpg

hkozfuopsgo7ns4mjn6a.jpg

Blender

Sous Blender, nous mesurons le temps pour effectuer un rendu d’une scène que nous avons préparée. Petite précision, ce logiciel est open source et disponible sur beaucoup de plates-formes : Windows, Linux, SGI , Beos, Solaris, FreeBSD et MacOSX. Nous reportons donc sur le graphique le temps d’exécution en secondes du rendu.
d1811t7r2iluika5n63y.jpg

 

{mospagebreak}
{menu Compression : DivX, X.264 et 7-Zip}
Compression : DivX, X.264 et 7-Zip

jnk3t1qbfn83t5kbbnp4.jpg
En compression par contre les CPU multicoeurs sont à l’honneur avec  une différence marquée entre les X2, X3 et X4 (sans parler du Sempron X140…). La présence de cache L3 influence également de manière significative les performances : les Phenom II sont devant les Athlon II. Encore une fois les derniers CPU d’AMD ne changent pas foncièrement la donne, mais grapillent quelques pourcents au final.

Compression DivX 6.8
Pour la compression DivX, nous avons utilisé Virtual Dub avec une source en Mpeg2. Le format de sortie était un DivX avec un bitrate de 1200 et une résolution HD. L’encodage a été fait en 1 seule passe. Le résultat est le temps en secondes pour réaliser cet encodage d’une vidéo de 5 minutes. Les optimisations multithreading et SSE2/4 étaient activées en fonction de ce qui était disponible suivant les CPU, SSE4 pour Intel contre SSE2 pour AMD en fait ! Donc oui, les deux CPU n'utilisent pas le même jeu d'instruction, mais les deux types de CPU utilisent toutes leurs ressources disponibles.
55ce3x1ej45c9ffmobux.jpg
Compression X.264

Nous avons utilisé le X.264 plutôt que le H.264 car le premier a l’avantage d’être libre et d’offrir de très bons rendus. Pour l’encodage nous avons utilisé un Avisynth et Megui, deux passes sont effectuées et le temps de chaque passe sera reporté sur le graphique.

l9ej4aei5irv95cgaud3.jpg

ktmirg3le3fpux4hzngr.jpg

Compression 7-Zip

7-Zip possède un benchmark intégré, nous l’avons utilisé et rapporté l’indice de performance qu’il nous a donné pour chaque CPU. Ensuite une compression a été lancée avec le taux réglé sur "Ultra". Le temps nécessaire a de nouveau été reporté dans le graphique.

i9fvfybmk9otqqn3e7mi.jpg

2q9cb2g0bjmllbaxfrrd.jpg

{mospagebreak}
{menu Calculs mathématiques : Maple 12, DES et MD5}
Calculs mathématiques : Maple 12, DES et MD5

ipagbopkfbe81n2jwwk8.jpg

Des résultats très resserrés entre tous les CPU, ici c’est la fréquence qui prime sur le nombre de cœurs. Dans cette configuration les nouveaux Phenom II X2 555 et Athlon II X2 255 respectivement à 3.2 et 3.1GHz se positionnent bien dans le tableau final. Plus la fréquence influe sur les résultats plus les nouveaux CPU avec leur 100Mhe de plus se détachent des anciens modèles.

Maple 12

Sous Maple 12, nous avons utilisé deux feuilles de calcul différentes et mesuré le temps nécessaire pour la réalisation de chaque feuille. Je suis allé chercher dans mes cours quelques restes d’exercices, la feuille 1 correspond aux entiers de Hammings tandis que la feuille 2 parlera des suites de Conway.
enc78y9h5rntd26jqqkv.jpg
fzcd0481df6fdvv4sghf.jpg
Cryptographie DES

Ici, nous avons utilisé un logiciel de déchiffrage de mots de passe, il possède un benchmark intégré et nous avons récupéré l’indice de performance qui correspond aux codes DES.

c2uefs2d48phqka8tx15.jpg
Cryptographie MD5

Dans ce test, nous avons mesuré le temps nécessaire à l’ordinateur pour calculer les empreintes MD5 de 308915776 mots. Pourquoi 308915776 ? Eh bien d’abord pourquoi pas ? En fait, nous avons choisi ici les possibilités de mots de 6 caractères n’utilisant que des minuscules.
ww50e9hf4nl1es5jh6zv.jpg

{mospagebreak}
{menu Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur : PHP, Mysql et Nbench}
Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur : PHP, Mysql et Nbench

r6ogizesnsuh99p1fnox.jpg

Même remarque sur la fréquence et les cœurs que pour les calculs mathématiques ; le verdict sera donc le même. Les Phenom II X2 555 et Athlon II X2 255 avec respectivement leur 3.2 et 3.1Ghz se positionnent juste devant le Phenom II X4 945.

Serveur PHP

Passons maintenant quelques temps sous Linux, plus précisément sous Ubuntu Server. La version utilisée porte le doux nom de « Jaunty Jackalope », il s’agit de la version 9.04. Ce premier test consiste à mesurer le temps d’exécution d’un script PHP. Le script comporte plusieurs boucles avec des tests et des calculs mathématiques.
myau1qyq2n2ekzxyqaj2.jpg
Serveur MySQL

Pour mesurer les performances du serveur Mysql, nous avons utilisé le benchmark intégré. Le résultat de ce bench sera donc le temps en secondes nécessaire à faire les 10 phases de ce bench qui utilise les fonctions courantes des bases de données.

mszo0der75i44imrnxnq.jpg
Nbench Version 2.2.3

Nbench a été développé par le magazine Byte et effectue différentes mesures du CPU. Nous donnerons les trois indices finaux : mémoire, CPU et FPU. La version utilisée ici est le 2.2.3. Nbench n'est pas optimisé pour les multi-coeurs, il ne donne des indices de performances qu'en mono-thread.

5jyxklv3wjosxig0aqz8.jpg
xjrvpfqnxygj99ds5ch6.jpg
mia6s64u8eo7mbof19i2.jpg

{mospagebreak}
{menu Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead}

Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead


figq9m754s3sc4hm3vog.jpg
Dans les jeux les Phenom II restent toujours devant les Athlon II, quels que soient les modèles. Les dernières sorties ne font pas mieux que leurs ainés et les 100Mhz de plus ne changent quasiment rien au score final.

Far Cry 2

Retournons à Vista pour mesurer les performances de nos CPU dans les jeux. Pour commencer Far Cry2. Nous avons utilisé le benchmark intégré au jeu, quatre modes ont été à l'ouvrage. Tout d’abord en 800 x 600 avec les détails au minimum pour laisser toute liberté au CPU de s’exprimer et éviter d’être limité par le GPU. Ensuite en 1280 x 1024 et 1680 x 1050 toujours avec les détails au minimum.
Pour finir nous avons utilisé un mode plus adapté à la carte graphique avec du 1680 x 1050 et tous les détails au maximum. L’occasion de regarder qui limite qui et si un gros CPU arrange les choses. 

Crysis Warhead

Sous Crysis Warhead, nous avons repris le même protocole que pour Far Cry 2. Du 800 x 600 avec les détails au minimum, puis 1280 x 1024, 1680 x 1050 et enfin un mode plus réaliste avec des détails élevés.

{mospagebreak}
{menu Benchmarks synthétiques : Superpi et Sandra}
Benchmarks synthétiques : Superpi et Sandra
mq70wcc7nl4aa4qwntmx.jpg

Dans les benchmarks synthétiques nous retrouvons logiquement les Quads core en tête de tableau suivis par les X3, puis les X2 et enfin le Sempron ferme la marche. Une exception tout de même dans cet ordre établi : le Phenom II X2 555 qui parvient à dépasser le Phenom II X3 705e pour 0.7% de mieux !  Évidemment, tout ceci n’est qu’anecdotique, mais cela nous montre tout de même qu’AMD avance doucement, mais surement, en augmentant petit à petit ses fréquences.

Super Pi

Super Pi est le logiciel incontournable des "benchs parties" ! Il s’agit simplement de calculer des décimales de Pi. Nous l’avons intégré à notre panel de tests plus pour sa popularité que pour son utilité. Les CPU de chez Intel ont toujours été largement devant à ce petit jeu-là.

jpyq2xd974xemo58l4sg.jpg

qnpuqireewkfv0i7izvq.jpg

Sisoft Sandra 

Sandra de chez Sisoft est un autre logiciel de benchmark, nous récupérerons les indices relatifs aux performances du CPU. Nous utiliserons la version 2009 SP3. Il s’agit des tests processeur arithmétique et processeur multimédia.

j5q1607muclvan1mdl3n.jpg

8ru0iv1f6yg9m34oax0t.jpg

{mospagebreak}
{menu Récapitulatif général et conclusion}
Récapitulatif général et conclusion

mhp4u84y3y2dyq7ksqm5.jpg

Nous voici donc à la fin de tous nos benchs, il est temps de regarder comment se comportent de manière générale tous nos CPU et plus particulièrement les nouveaux Phenom II X2 555 et Athlon II X2 255, X3 440 et X4 635. Même si le gain en fréquence pure n’est pas énorme (100Mhz seulement, un demi-coefficient), il se fait ressentir sur le score final. Le Phenom II X2 555 prend 3% au 550 ; l’Athlon II X2 255 prend 3.5% au 250 ; l’Athlon II X3 440 prend 4.5% au 435 et enfin le l’Athlon II X4 635 prend 3.3% au 630. Cela confirme bien nos impressions : il y a un gain c’est évident, mais il n’est pas non plus énorme.

AMD continue donc de décliner sa gamme et augmente petit à petit les fréquences de tous ses modèles. Les Phenom II X4 avaient été les précurseurs avec le Phenom II X4 955 puis le 965 à 3.4Ghz (un futur 975 à 3.6Ghz ?), c’est maintenant au tour des CPU d’entrée de gamme d’en profiter. Dommage par contre que seul le Phenom II X2 555 soit en révision C3 (voir test du Phenom II X4 965s), les autres restant encore pour le moment en révision C2.

Niveau tarif par contre les derniers sortis de la gamme AMD restent assez chers comparés aux versions inférieures. Le Phenom II X2 555 se négocie 99€  contre  80€ pour le Phenom II X2 550 . Même situation avec l’Athlon  II X3 440 à 77€  contre  67€  pour le 435 et même 64€  pour le 425. Pour finir il faudra débourser dans les 110€ pour l’Athlon II X4 635 contre 93€ pour le 630, une différence de l'ordre de 15%. Dommage que l’évolution du prix n’est pas suivie l’évolution des performances.

Test : Intel Core i7 980X (Gulftown) le monstre avec 6 cœurs à 3.33Ghz !

Envoyer Imprimer
{menu Introduction et Présentation}
Introduction


u9acth9tvbwmcmtp5dks.jpgIntel lance officiellement aujourd’hui son Gulftown, aussi connu sous le nom de Core i7 980XE. Il s’agit du premier CPU à 6 cœurs disponibles en version « grand public ». Il fait parti de la série Extrême Edition du constructeur, cela signifie deux choses : son coefficient est totalement débloqué et son prix également : 999$ !
Passons donc à la présentation du CPU avant d’enchainer sur les tests face à une belle sélection de challengers !

Présentation

Contrairement aux autres Core i7 900 le Core i7 980XE est basé sur une architecture Westmere (comme les Core i3 500 et i5 600) gravée en 32nm,  es Core i7 900 sont eux gravés en 45nm. Ce changement de finesse de gravure permet à Intel de garder un TDP de 130Watts pour le 980XE.
e5j3la4c5qa7cyel1hom.jpgw1rccau6wn3de49lt4at.jpg
Le CPU comporte donc 6 cœurs physiques et peut gérer simultanément 12 threads grâce à l’Hyperthreading, un record !

Comme tous les CPU Core i7 900 il est équipé de la fonction Turbo qui permet d’overclocker automatiquement un ou plusieurs cœurs en cas de sollicitation intense, dans la limite du TDP évidemment. Le Core i7 980XE ne déroge pas à la règle des Core i7 900 et peux monter son coefficient de deux crans si un seul cœur est utilisé, un seul cran par contre avec plusieurs cœurs sollicités.
ef8v79yajvtcclkuu6qh.jpg
Pour ce qui est de la mémoire cache L3 Intel a intégré 12Mo de mémoire, c’est dans les mêmes proportions que les Core i7 900 qui possèdent 8 Mo mais seulement 4 cœurs physiques.

Tout comme les nouveaux Clarkdale en 32nm, le Core i7 980XE dispose des nouvelles instructions de cryptage AES-NI, le support SSE4.2 est évidemment toujours de la partie.
3rt1s855vbgecnoedcly.jpgdb11kmrwbfo9mi11k6bf.jpg
Utilisant un socket LGA 1366 le Core i7 980XE est évidemment capable de gérer la mémoire sur trois canaux (comme les Core i7 900 en fait). Le Core i7 980XE intègre également un contrôleur de ligne PCIe, il est capable de gérer 2 ports PCIe 16x@16x ou bien 4 ports PCIe 16x@8x.

Au final, le Core i7 980Xe est donc un mélange des Core i7 Bloomfield et des Core i5 Clarkdale en prenant le meilleur de chaque monde. La gestion de la mémoire sur trois canaux et les 32 lignes PCIe des Bloomfield ,  la gravure en 32nm et les instructions AES-NI des Clarkdale.

lrpbeo9kivuan5l22g6f.jpgIntel a profité de l'occasion pour changer le ventirad livré avec le CPU, il s'agit maintenant d'un format tour. Au niveau des fixations, Intel à abandonner le push pin pour passer à un système à visser sur un backplate. La position des vis n'est par contre pas géniale puisqu'il est quasi impossible de passer un tournevis de manière correct, le ventilateur ou le radiateur gênant la manoeuvre. Le ventilateur d'ailleurs n'est pas des plus silencieux, que ce soit en mode P pour Performance ou Q pour Quiet.

Plates-formes de tests

Pour ce test, il nous a logiquement fallu cinq plates-formes. Nous avons essayé d'utiliser au maximum les mêmes composants sur les différentes machines afin de limiter les influences du matériel sur les résultats. Commençons de suite par le matériel qui sera fixe pour toutes les configurations :

Matériel de base :

Carte graphique : Palit HD 4870
Ventirad : Noctua NH-U12P
Optique : Plextor PX-B920SA
Disque dur : Hitachi 250Giga Sata
Alimentation : Be Quiet Dark Power Pro 580W
Clavier/souris : Logitech.

Pour chaque système, Windows Vista 64bits avec la SP1 et les dernières mises à jour au moment du test sont installés. Les pilotes nécessaires de chaque carte mère sont également installés et les Catalyst 9.4 sont de la partie pour la carte graphique. Chaque installation est évidemment identique du point de vue logiciel.

Plate-forme LGA 1156 en P55 :

P55-UD6 P55-UD6

 

CPU : Intel Core i7 800 - Core i5 700 et 600 - Core i3 500
Carte mère : Gigabyte P55-UD6
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series

Plate-forme LGA 775 :

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

CPU : Core 2 Duo et Core 2 Quad
Carte mère : Gigabyte EP45T-Extreme
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series

Plate-forme LGA 1366 :

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

CPU : Core i7 900
Carte mère : Gigabyte EX58-DS4
Mémoire : 3 x 1 Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Platinum Series

{mospagebreak}
{menu Consommation}

1s4s30kzwatu3knzd2kq.jpg

dfmla9ktb7y09jen6i5m.jpg

En Idle tout d'abord le Core i7 980XE ne consomme pas plus qu'un Core i7 965 (révision C0) et à peine plus qu'un Core i7 870. Pour rappel le Core i7 980XE est gravé en 32nm ce qui va grandement l'aider ! Dans un mouchoir de poche nous avons 5 CPU : le Core i7 950, 965, 870, 980XE et le Phenom II X4 965s. Voyons maintenant ce qui se passe lorsqu'on passe en burn.

Une chose est confirmé : merci le 32nm !!! Le Core i7 980XE et ses 6 cœurs consomment presque autant que le Core i7 950 et même moins que le Core i7 965 (révision C0). Le comportement entre le Core i5 661 et le Core i7 980XE est grosso modo le même, normal ils utilisent la même finesse de gravure et son issu de la même architecture : Westmere.

{mospagebreak}
{menu Taitement de l'image : Photoshop, Cinebench et Blender}

Taitement de l'image : Photoshop, Cinebench et Blender

8xkrqzlid9y62hdplbmz.jpg
Pour ce premier résultat le Gulftown, alias Core i7 980XE, s'en tire déjà très bien ! Il surpasse largement les autres CPU. Il faut dire que les tests utilisés ici savent tirer parti des coeurs présents.

{mospagebreak}

{menu Compression : DivX, X.264 et 7-Zip}

Compression : DivX, X.264 et 7-Zip

diiuoo21s8kc558cz6e2.jpg

L'écart est encore plus flagrant avec les tests de compressions, logique ils utilisent également tous les coeurs disponibles et en tirent pleinement partie. La différence entre un Core 2 Duo E8500 et un Core i7 980XE est saisissante : le Gulftown fait 2.7 fois mieux !

{mospagebreak}

{menu Calculs mathématiques : Maple 12, DES et MD5}

Calculs mathématiques : Maple 12, DES et MD5

w3n0hmp64vzvedybauxz.jpg
Les benchs utilisés ici ne tirent pas partie de la multiplication des cœurs, la fréquence et la puissance de calcul brut sont les maitres mots. Le Core i7 980XE s'en tire encore très bien grâce à ses 3.33Ghz (par cœur).

{mospagebreak}
{menu Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur : PHP, Mysql et Nbench}

Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur : PHP, Mysql et Nbench

fx0t4jbr1ue7aldftjwi.jpg
Même topo pour les benchs sous Linux qui n'utilisent pour ainsi dire qu'un thread. Le Core i7 980XE passe encore devant, le contrôleur mémoire à 3 canaux lui permet de doubler le Core i7 661 fonctionnant pourtant lui aussi à 3.33Ghz.

{mospagebreak}
{menu Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead}

Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead

o0hlrrwafbmt4qczp1ib.jpg
Dans les jeux la différence de performance est flagrante en 640*480 mais s'estompe très rapidement avec l'augmentation de la résolution ; c'est la carte graphique qui devient l'élément limitant.

{mospagebreak}
{menu Benchmarks synthétiques : Superpi et Sandra}

Benchmarks synthétiques : Superpi et Sandra

niaixrkdg9veykihjae4.jpg

Les benchmarks synthétiques donnent logiquement un avantage au Core i7 980XE et ses 6 poumons. Il dépasse de 30% le Core i7 965XE et de plus de 100% le Core i5 661 ! D'excellents résultats pour le nouveau fer de lance de la gamme d'Intel.

{mospagebreak}
{menu Récapitulatif général et conclusion}

Récapitulatif général et conclusion

olqs8k5xobdzt4yyv6pl.jpgIntel frappe fort avec un CPU extrême,  à tous les sens du terme : 6 cœurs cadencés chacun à 3.33Ghz et un prix de 999$ Extrême Edition oblige.

La première inquiétude que nous avions concernait la consommation électrique, mais grâce à son procédé de fabrication en 32nm Intel est parfaitement parvenu à la maitriser ! La consommation reste équivalente à un Core i7 965/950 (ils n’ont que quatre cœurs gravés en 45nm). Intel se paye même le luxe d’avoir un CPU à 6 cœurs ye1bae0wcnh6xl0ggudi.jpgconsommant autant que le Phenom II X4 965s à quatre cœurs d’AMD.

Après la consommation il y a également l’overclocking et le Core i7 980XE à également montré de très bonnes prédispositions en montant à 4.0Ghz stable avec une augmentation du Vcore de seulement 0.125Volt ! Au Vcore par défaut nous ne sommes pas montés très haut : 3700Mhz.

13rwdkfx426o4o356nuu.jpg
Les performances sont évidement au rendez-vous, il suffisait de voir les résultats du Core i7 661 ! En effet, le Core i7 980XE reprend la même base avec trois fois plus de cœurs, un contrôleur mémoire triple Chanel et 32 lignes PCIe ou lieu de 16 !  Les applications multithread s’en sont données à cœur joie !
De manière générale Intel nous a montré son savoir-faire avec son Gulftown alias Core i7 980XE. Il à malgré tout un problème et de taille : le prix ! 999$ tarif standard pour les versions extrême. Nous attendons maintenant avec impatience de voir si un Core i7 970 (6 cœurs et 3.2Ghz mais pas en extrême édition) sortira et surtout à quel tarif (les rumeurs parlent de 500-550$) !
Nous attendons maintenant la riposte d’AMD avec son Phenom II X6, mais vu les consommations du Phenom II X4 965s les fréquences devront certainement être revues à la baisse.
05glp2r6ypfiw8hkttzb.jpg

Comparatif : 8 CPU à 2.66Ghz : Core 2 Duo - Quad Vs Core i5 - i7

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Dans ce test nous allons regarder la différence des performances entre 8 CPU de chez Intel, mais pas n’importe quels CPU : ils sont tous cadencés à 2.66Ghz. À une exception près ils sont tous disponibles dans le commerce et vendus tels quels, tous sauf le Core i7 850 qui n’existe en effet pas sous ce nom-là mais qui existe par contre sous le nom de Xeon X3450. Nous avons tout de même décidé de l’inclure afin de nous rendre compte de l’utilité de l’Hyperthreading étant donné que c’est la seule différence qu’il possède avec le Core i5 750.

bg8rnar38qbdnhzkikcr.jpg

Voici donc la liste des CPU :

fleche Core 2 Duo E7300
fleche Core 2 Duo E8200
fleche Core 2 Quad Q9400
fleche Core 2 Quad Q9450
fleche Core i5 750
fleche Core i7 850 (Xeon X3450)
fleche Core i7 920 rév C0
fleche Core i7 920 rév D0

d74m0qa1ktege17mfxrn.jpg


Les architectures sont donc différentes, tout comme la taille de mémoire cache ; seule la vitesse est la même : 2.66Ghz. Le test se décompose en sept grandes catégories : Imageries, Compressions, Calculs mathématiques, Linux, Jeux, Tests synthétiques et enfin un récapitulatif général. Dans chaque catégorie vous trouverez la moyenne des différents tests correspondants ainsi que le détail des applications.

Prêt ? Alors, c’est parti avec pour commencer les logiciels d’imageries.

Protocole de test

Présentation des plates-formes de tests

Pour ce test, il nous a logiquement fallu cinq plates-formes. Nous avons essayé d'utiliser au maximum les mêmes composants sur les différentes machines afin de limiter les influences du matériel sur les résultats. Commençons de suite par le matériel qui sera fixe pour toutes les configurations :

Matériel de base :

Carte graphique : Palit HD 4870
Ventirad : Noctua NH-U12P
Optique : Plextor PX-B920SA
Disque dur : Hitachi 250Giga Sata
Alimentation : Be Quiet Dark Power Pro 580W
Clavier/souris : Logitech.

Pour chaque système, Windows Vista 64bits avec la SP1 et les dernières mises à jour au moment du test sont installés. Les pilotes nécessaires de chaque carte mère sont également installés et les Catalyst 9.4 sont de la partie pour la carte graphique. Chaque installation est évidemment identique du point de vue logiciel.

Plate-forme LGA 1156 en P55 :

P55-UD6 P55-UD6

 

CPU : Intel Core i7 800 et Core i5 700
Carte mère : Gigabyte P55-UD6
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series

Plate-forme LGA 775 :

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

CPU : Core 2 Duo et Core 2 Quad
Carte mère : Gigabyte EP45T-Extreme
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series

Plate-forme LGA 1366 :

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

CPU : Core i7 900
Carte mère : Gigabyte EX58-DS4
Mémoire : 3 x 1 Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Platinum Series

{mospagebreak}
{menu Taitement de l'image : Photoshop, Cinebench et Blender}

Taitement de l'image : Photoshop, Cinebench et Blender

Intel fight a 2.66Ghz

Dans ce premier résultat partiel sur l’imagerie, le nombre de cœurs est un élément déterminant. En effet, les Core i7 800 et 900 avec Hyperthreading sont largement en tête, suivis des Quads « classiques » tandis que les Core 2 Duo ferment la marche. La taille du cache L3 permet un gain allant de 0.5 à 1.5%.

Photoshop CS4

Nous utilisons la dernière version disponible du logiciel de traitement d’images de chez Adobe : Photoshop CS4. Le test consiste à chronométrer le temps d’exécution d’un script prédéfini. L’image est un JPEG de 3500 x 2333 pixels, viennent ensuite s’appliquer des changements de modes, des contours, des effets, des traitements par calques, … Le temps total est reporté sur le graphique.

Intel fight a 2.66Ghz

Cinebench R10 

Cinebench de chez Maxon possède un benchmark intégré. Deux modes sont disponibles : avec un seul core ou bien avec tous les cores présents (4 pour les quads et les X4 et 8 pour les Core i7). Les deux résultats sont reportés, c’est l’occasion de vérifier le bon fonctionnement des cœurs.

Intel fight a 2.66Ghz

 

Intel fight a 2.66Ghz

Blender


Sous Blender, nous mesurons le temps pour effectuer un rendu d’une scène que nous avons préparée. Petite précision, ce logiciel est open source et disponible sur beaucoup de plates-formes : Windows, Linux, SGI , Beos, Solaris, FreeBSD et MacOSX. Nous reportons donc sur le graphique le temps d’exécution en secondes du rendu.

Intel fight a 2.66Ghz


{mospagebreak}
{menu Compression : DivX, X.264 et 7-Zip}

Compression : DivX, X.264 et 7-Zip

Ici encore une fois nos différents logiciels de compression savent tirer parti de la présence de plus de deux cœurs d’exécution ; de même, l’Hyperthreading apporte un gain non négligeable : 14% de mieux pour le Core i7 850. La taille du cache L3 est également un élément à prendre en considération puisque l’E8200 fait plus de 6% de mieux que l’E7300.

Compression DivX 6.8

Pour la compression DivX, nous avons utilisé Virtual Dub avec une source en Mpeg2. Le format de sortie était un DivX avec un bitrate de 1200 et une résolution HD. L’encodage a été fait en 1 seule passe. Le résultat est le temps en secondes pour réaliser cet encodage d’une vidéo de 5 minutes. Les optimisations multithreading et SSE2/4 étaient activées en fonction de ce qui était disponible suivant les CPU, SSE4 pour Intel contre SSE2 pour AMD en fait ! Donc oui, les deux CPU n'utilisent pas le même jeu d'instruction, mais les deux types de CPU utilisent toutes leurs ressources disponibles.

Intel fight a 2.66Ghz

Compression X.264

Nous avons utilisé le X.264 plutôt que le H.264 car le premier a l’avantage d’être libre et d’offrir de très bons rendus. Pour l’encodage nous avons utilisé un Avisynth et Megui, deux passes sont effectuées et le temps de chaque passe sera reporté sur le graphique.

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz

Compression 7-Zip

7-Zip possède un benchmark intégré, nous l’avons utilisé et rapporté l’indice de performance qu’il nous a donné pour chaque CPU. Ensuite une compression a été lancée avec le taux réglé sur "Ultra". Le temps nécessaire a de nouveau été reporté dans le graphique.

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz


{mospagebreak}
{menu Calculs mathématiques : Maple 12, DES et MD5}

Calculs mathématiques : Maple 12, DES et MD5

Intel fight a 2.66Ghz

Contrairement aux premiers récapitulatifs, les logiciels de calculs mathématiques utilisés dans notre protocole de test ne tirent pas parti de la présence de plusieurs cœurs. Ici encore la taille du cache L3 est importante : entre 7 et 8% de mieux pour les E8200 et Q9450 contre les E7300 et Q9400. Comme le montrent les résultats des Core i5 750 et i7850, l’Hyperthreading n’est pas d’une grande utilité ici ; loin de là même…

Maple 12

Sous Maple 12, nous avons utilisé deux feuilles de calcul différentes et mesuré le temps nécessaire pour la réalisation de chaque feuille. Je suis allé chercher dans mes cours quelques restes d’exercices, la feuille 1 correspond aux entiers de Hammings tandis que la feuille 2 parlera des suites de Conway.

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz

Cryptographie DES

Ici, nous avons utilisé un logiciel de déchiffrage de mots de passe, il possède un benchmark intégré et nous avons récupéré l’indice de performance qui correspond aux codes DES.
Intel fight a 2.66Ghz

Cryptographie MD5

Dans ce test, nous avons mesuré le temps nécessaire à l’ordinateur pour calculer les empreintes MD5 de 308915776 mots. Pourquoi 308915776 ? Eh bien d’abord pourquoi pas ? En fait, nous avons choisi ici les possibilités de mots de 6 caractères n’utilisant que des minuscules.
Intel fight a 2.66Ghz

{mospagebreak}
{menu Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur : PHP, Mysql et Nbench}

Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur : PHP, Mysql et Nbench

Intel fight a 2.66Ghz

Nous l’avions déjà signalé : les logiciels utilisés dans notre protocole de test sous Linux ne sont pas optimisés pour le multithreading. Le cache L3 quant à lui n’influence que peu les résultats avec seulement 1% d’écart ; de même pour l’Hyperthreading qui ne fait même pas gagner 1%.

Serveur PHP

Passons maintenant quelques temps sous Linux, plus précisément sous Ubuntu Server. La version utilisée porte le doux nom de « Jaunty Jackalope », il s’agit de la version 9.04. Ce premier test consiste à mesurer le temps d’exécution d’un script PHP. Le script comporte plusieurs boucles avec des tests et des calculs mathématiques.

Intel fight a 2.66Ghz


Serveur MySQL

Pour mesurer les performances du serveur Mysql, nous avons utilisé le benchmark intégré. Le résultat de ce bench sera donc le temps en secondes nécessaire à faire les 10 phases de ce bench qui utilise les fonctions courantes des bases de données.
Intel fight a 2.66Ghz

Nbench Version 2.2.3

Nbench a été développé par le magazine Byte et effectue différentes mesures du CPU. Nous donnerons les trois indices finaux : mémoire, CPU et FPU. La version utilisée ici est le 2.2.3. Nbench n'est pas optimisé pour les multi-coeurs, il ne donne des indices de performances qu'en mono-thread.
Intel fight a 2.66Ghz
Intel fight a 2.66Ghz
Intel fight a 2.66Ghz


{mospagebreak}
{menu Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead}

Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead

Intel fight a 2.66Ghz

Dans nos deux jeux que sont Crysis Warhead et Far Cry 2, les Quads sont légèrement devant les duals cores. Le cache L3 a également son mot à dire avec des différences entre 5 et 10%. L’Hyperthreading n’est par contre pas à la fête puisque le Core i5 750 fait mieux que le Core i7 850 ; mais de manière générale cela s’améliore et l’Hyperthreading n’est plus aussi pénalisé qu’avant avec les drivers plus récents.

Far Cry 2

Retournons à Vista pour mesurer les performances de nos CPU dans les jeux. Pour commencer Far Cry2. Nous avons utilisé le benchmark intégré au jeu, quatre modes ont été à l'ouvrage. Tout d’abord en 800 x 600 avec les détails au minimum pour laisser toute liberté au CPU de s’exprimer et éviter d’être limité par le GPU. Ensuite en 1280 x 1024 et 1680 x 1050 toujours avec les détails au minimum.
Pour finir nous avons utilisé un mode plus adapté à la carte graphique avec du 1680 x 1050 et tous les détails au maximum. L’occasion de regarder qui limite qui et si un gros CPU arrange les chos

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz

Crysis Warhead

Sous Crysis Warhead, nous avons repris le même protocole que pour Far Cry 2. Du 800 x 600 avec les détails au minimum, puis 1280 x 1024, 1680 x 1050 et enfin un mode plus réaliste avec des détails élevés.

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz

 

Intel fight a 2.66Ghz

{mospagebreak}
{menu Benchmarks synthétiques : Superpi et Sandra}

 

Benchmarks synthétiques : Superpi et Sandra

Intel fight a 2.66Ghz

Voici donc les benchs synthétiques, avec des résultats que l’on connait par avance : plus il y a de cœurs mieux c’est ; et plus il y a de cache L3 mieux c’est également. Voici donc le résumé de la position de nos huit protagonistes du jour.

Super Pi

Super Pi est le logiciel incontournable des "benchs parties" ! Il s’agit simplement de calculer des décimales de Pi. Nous l’avons intégré à notre panel de tests plus pour sa popularité que pour son utilité. Les CPU de chez Intel ont toujours été largement devant à ce petit jeu-là.

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz

Sisoft Sandra

Sandra de chez Sisoft est un autre logiciel de benchmark, nous récupérerons les indices relatifs aux performances du CPU. Nous utiliserons la version 2009 SP3. Il s’agit des tests processeur arithmétique et processeur multimédia.

Intel fight a 2.66Ghz

Intel fight a 2.66Ghz


{mospagebreak}
{menu Récapitulatif général et conclusion}

Récapitulatif général et conclusion

Intel fight a 2.66Ghz

Voici donc le récapitulatif de toutes les applications testées dans ce comparatif. Les Core 2 Duo ferment logiquement la marche avec seulement deux cores, l’E8200 prend tout de même 4 points au E7300 grâce à son cache L3 plus conséquent ; de même, le Q9450 prend 4% au Q9400 exactement pour la même raison.

Le core i5 750 arrive à prendre 5 points au Q9450 de la génération précédente, belle progression, car hormis le changement de technologie ils sont tous les deux cadencés à 2.66Ghz, possèdent quatre cœurs et sont dépourvus d'HT. L’Hyperthreading du Core i7 850 lui permet de gagner 9% sur le Core i5 750 tandis que les Core i7 920 (C0 et D0) prennent 1.5% et un peu moins de 3% de plus.

Comme nous venons de le voir des différences existent bel et bien entre nos CPU pourtant cadencés à 2.66Ghz exactement pour tous les modèles. Les différences ont par contre des origines diverses avec une fois le cache L3 (E8200/E7300 et Q9450/Q9400), une fois l'Hyperthreading (i7 750/i7 850), une autre fois encore la révision du CPU (Core i7 920C0/D0) ou tout simplement le changement de technologie (Q9450/i5 750).
m08p01e1tnzrnpnydet5.jpgh8uu10igbpund3h4m8sz.jpgjr0wbhr4azhioflvkfyr.jpgu3jmnvkmy3fens8ybinr.jpg

Test des Intel Clarkdale Core i5 et i3 : 22 CPU sur le grill

Envoyer Imprimer
{menu Introduction}
C’est le grand jour, Intel lance en effet officiellement aujourd’hui ses nouveaux CPU Clarkdale ! Très attendus à plus d’un titre, je peux déjà vous dire qu’ils ne vont pas être décevants ! Il s’agit des premiers CPU grand public gravés en 32nm ; mais pas seulement puisque les Clarkdale intègrent directement sur le die un GPU, le GMA HD.
g2qokqxinh38nalug77x.jpg
Clarkdale : juste un die shrink en 32nm de Nehalem ?

Chez Intel l’évolution des CPU se fait toujours par l’alternance de Tick et de Tock. Un Tock signifie l’arrivée d’une nouvelle architecture, mais reprenant la finesse de gravure de la génération précédente. Nehalem par exemple est un Tock puisqu’on garde le 45 nm, mais avec une architecture différente. Quand au Tick il s’agit d’un changement de finesse de gravure, c’était le cas par exemple avec le Penryn qui était gravé en 45nm, mais sans grand changement d’architecture ; en effet Intel en profite tout de même souvent pour améliorer quelque peu son architecture et l’on gagne en général un peu en performance.
1ze3894ubrwyzta0z5bq.jpg
Donc ici, si vous avez bien suivi, nous sommes dans le cas du Clarkdale à un Tick ; en effet le Clarkdale reprend l’architecture du Nehalem, mais avec une finesse de gravure revue à la baisse : 32nm contre 45nm. Intel ne s’est pas contenté de réduire la finesse de gravure, de nouvelles instructions font également leur apparition avec la gestion hardware du cryptage AES.  Mais plusieurs autres petites optimisations sont de mise puisqu’à fréquence égale le Core i5 530 arrive légèrement devant le Core i7 870 sur des applications mono thread. Si notre protocole de test inclut différents cryptages, l’AES n’en fait malheureusement pas partie, faute de temps nous reviendrons plus tard sur cette nouveauté des Clarkdale.

La gamme complète : 7 CPU et trois dénominations : Pentium, Core i3 et Core i5.

Différents modèles de Clarkdale vont coexister avec comme je vous le disais le Pentium G6850 qui sera un CPU double cœur dépourvu d’Hyperthreading et de mode turbo. Ensuite les Core i3 530 et 540 qui intègrent eux l’Hyperthreading, mais toujours pas de mode turbo ; et pour finir les Core i5 650, 660, 661 et 670 qui supportent à la fois le mode turbo et l’Hyperthreading. Voici donc un tableau récapitulatif de tout ce petit monde.
Les Clarkdale disposeront de trois PCH différents, le H55, le H57 et le Q57. Voici trois diagrammes reprenant les principales différences entre les trois modèles.
4thrz27uumoakmg2vj3z.jpgietnyqdc5ku7vxgri0lv.jpg7p3mm9k53g711kd1haij.jpg

Et le GPU dans tout ça ?

ik66os4c5dj8mw9t67yv.jpgNous vous le disions en introduction, les Core i3 500 et Core i5 600 possèdent sur leur die un GPU, le GMA HD. Développé par Intel il prend la relève des précédents GMA en décodant les vidéos HD (nous y reviendrons lors d'un autre test, le manque de temps à obligé à faire certains choix pour ce test) tout en étant en théorie plus puissant dans les jeux.  Il faut dire que le GMA 4500 n’était pas une foudre de guerre, avec le GMA HD Intel redonne quelques couleurs à son GPU.

Un Clarkdale sur du P55 et un Lynnfield sur H55, possible ?

Contrairement au CPU, le GMA HD est gravé en 45nm, il occupe aussi un peu plus de place comme on peut le voir sur les photos. Pour profiter de la partie graphique, il faudra forcément une carte H55, H57 ou Q57, seules capables d’en tirer parti ; les P55 n’en seront pas capables. Cela ne concerne que la partie graphique, un Core i5 6xx ou Core i3 5xx sera parfaitement capable de fonctionner dans une carte P55 (nous l’avons testé avec succès sur plusieurs cartes P55). De même, un Lynnfield (Core i7 800 et Core i5 700) fonctionnera parfaitement sur une carte H55, évidemment une fois encore les sorties vidéo ne seront pas utilisables, faute de GPU.

{mospagebreak}
{menu Taitement de l'image (Photoshop, Cinebench et Blender)}
qvv1pe2jywocz3o2wxdu.jpg
Pour ce premier récapitulatif des performances les Core i5 et Core i3 Clarkdale s'en sortent bien. Le i5 661 fait égalité avec le i5 750 tandis que le moins puissant (Core i3 530) fait lui aussi égalité avec un autre CPU, le Core 2 Duo E8500. AMD doit sortir un Phenom II X4 925 pour faire égalité avec le Core i3 540 (quatre coeurs à 2.8Ghz contre deux coeurs à 3.06Ghz).

{mospagebreak}
{menu Compression (DivX, X.264, Winrar et 7-Zip)}
tlvoacn37ht80bs7q9wc.jpg
Dans ce premier récapitulatif les nouveaux Clarkdale s’en sortent plutôt bien, très bien même pour des CPU ayant seulement deux cœurs. Ils dépassent en effet les E8000 et E7000 sans souci et se placent derrière les Q9550 et Q9450.  Chez AMD seuls les Phenom II X4 arrivent à garder le dessus sur les Core i3, les i5 sont en effet meilleurs ou aussi bons.

{mospagebreak}
{menu Calculs mathématiques (Maple 12, DES et MD5)}
a9vlidr9xe5uvxgdp0hw.jpg
Belle victoire des bleus qui dominent largement sur ce récapitulatif. Nos benchs ne font pas forcément la part belle aux multi cœurs, les Clarkdale ne sont donc pas désavantagés avec seulement deux cœurs. La vitesse primant, les Clarkdale sont donc logiquement en haut du tableau, mais le E8500 reste plus performant dans cette partie de notre protocole de test grâce à ses 6Mo de cache L3 ; en effet les Core i5 et i3 ne disposent que de 4Mo. Toujours est-il que pour le prix les performances restent excellentes !

{mospagebreak}
{menu Benchs sous Linux Ubuntu 9.4 Serveur (PHP, Mysql et Nbench)}
574158lxtmmwfhg8ggmy.jpg
Encore une fois les bench Linux font la part belle à Intel et à ses CPU qui dominent le débat.  Notre protocole Linux utilisant exclusivement des tests mono thread (pour le moment le changement est toujours en route), la fréquence est le point important. A ce petit jeu le Core i5 661 et ses 3.33Ghz arrive logiquement en tête.

{mospagebreak}
{menu Jeux : Far Cry 2 et Crysis Warhead}
am8tgym2mdgifw4nazpk.jpg
Les nouveaux Clarkdale doivent se contenter de rester en milieu de tableau. Les Core i7 900 et 800 dominent largement les benchs. Le Core i5 661 arrive juste derrière les Core2Duo E8500 et E8400 qui possèdent plus de cache L3. Nous avions vu dans le précédent comparatif de 20CPU AMD l’importance de ce cache dans les jeux.

{mospagebreak}
{menu Benchmarks synthétiques (Superpi et Sandra)}
t0ja9qt7a32v5p7ff16p.jpg
Ce ne sont pas forcément les benchs les plus intéressants, mais ils sont souvent prisés et permettent de pouvoir comparer sa propre machine à nos configurations de tests. Grosso modo la règle est simple : plus il y a de cœurs et plus c’est rapide, mieux c’est.

{mospagebreak}
{menu Consommation et overclocking}

Consommation electrique
7jxfi92kq94lzkmyy3xw.jpg

l2xeggh5vuzfl6b7en6j.jpg

Overclocking
ohbh5m2hu4ik6650usqu.jpg8ixwv8cdij4x4b3tqlev.jpg
A gauche Vcore par défaut et à droite Vcore +0.2 Volt !

Nous avons confortablement installé notre Core i5 661 sur l'ASRock H55M Pro et commencer à l'overclocker. D'abord sans aucune modification de la tension, nous avons passé le CPU en coefficient 26 (son mode Turbo) et commencé à monter doucement le Bclk.
Premier palier stable avec le Vcore par défaut : 4.0 GHz ! Très impressionnant avec le ventirad box Intel !

Nous avons ensuite augmenté le Vcore du Core i5 661 à +0.2Volt et nous avons repris des MHz. Le nouveau palier de stabilité passe à 4.56Ghz ! Toujours aussi bon et toujours avec le ventirad box Intel !

Niveau overclocking rien à redire, notre Core i5 661 n'a posé aucun souci, au contraire ! 4 GHz au Vcore par défaut parfaitement stable voila qui est tout simplement excellent !

{mospagebreak}
{menu Performance du GPU du Clarkdale : GMA HD}

Pour mesurer les performances du GPU GMA HD d'Intel nous avons selectionnés quelques jeux que nous avons passés sur différents IGP ainsi que sur une Nvidia Geforce GT220. Il s'agit d'une carte entrée de gamme et cela nous permet de regarder les gains possible avec une carte graphique PCIe vendue un tout petit peu plus que 50€.
mo3dzdm33zxmnh8emzhu.jpg
Bonne nouvelle déjà, le Core i5 661 est capable de faire mieux qu'un simple 760G (Radeon HD 3000). La bataille est plus sérrée nid6wqeng2udq9fja0im.jpgentre le GMA HD et le 790G ou la Geforce 9400 des chipset Nvidia. Les écarts restent assez faible avec 11 et 13% de mieux pour la 9400 et le 790G, attention par contre le Core i7 661 posséde un GPU à 900Mhz contre seulement 733Mhz pour les autres Core i5 6x0 et Core i3 5x0.

Il n'en reste pas moins que le GPU du Clarkdale n'est pas mauvais, sans être le meilleur il se tient relativement bien et offre une alternative intéressante aux solution de chez AMD et Nvidia. C'était moins évident avant avec des solutions graphique bien moins performantes.

{mospagebreak}
{menu Récapitulatif générale et conclusion}
qcd08xjvykt1i8ruvbsg.jpg
s2noc7vi4ge7iw0a3gz4.jpgNous voici donc arrivé à la conclusion de ce test, le moins que l'on puisse dire c'est que les CPU Clarkdale nous ont fait bonne impression, voir très bonne impression ! Comme vous pouvez le voir dans le tableau suivant, les performances sont largement au rendez-vous, je vous rappelle qu'il s'agit de CPU à deux cœurs (4 Threads avec l'Hyperthreading). Le plus "mauvais" d'entre eux, le Core i3 530 à 2.93Ghz, fait jeu égal avec le Core 2 Duo E 8500 à 3.16Ghz. Le Clarkdale obitent donc le label performance !

En plus d'obtenir de très bonnes performances le Core i5 661 que nous avons eu c'est overclocké très facilement : 4.0Ghz au Vcore par défaut et jusque 4.56Ghz avec +0.2Volt au Vcore. La consommation électrique est également bien contenue avec seulement 133 et 178Watts en Idle/Burn il se place au niveau du Core 2 Duo E7500 avec des performances bien meilleures.

La partie graphique, le GMA HD est (enfin ?) intéressant et peut se mesurer aux Radeon 3300 et Geforce 9400 de chez AMD et Nvidia. Attention tout de même, nous avons ici testé un Core i5 661 avec un GPU à 900Mhz, sur les autres modèles de Clarkdale le GPU ne tournera qu'à 733Mhz. Les performances seront donc moins bonnes et la différence entre Intel et AMD/Nvidia se creusera un peu plus.

Les prix devraient tourner aux alentours des 120€ pour le Core i3 530, soit pile-poil le prix d'un Phenom II X4 925 qui à des performances équivalentes. Quant au Core i5 661 il devrait se vendre aux alentours de 180€. Il faudra maintenant attendre de voir le prix des cartes mères, car ce sera finalement le prix de l'ensemble CPU et carte mère qui est à regarder. Chez Intel le GPU est intégré au CPU tandis que chez AMD il est sur la carte mère ; le prix des éléments séparés ne sera donc logiquement pas le même.


Dossier 59H : Fight de 20 CPU en AM3, Phenom II Vs Athlon II Vs Sempron

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}
Introduction

Un dossier un peu spécial aujourd'hui sur 59Hardware, il s'agit d'un comparatif de CPU de chez AMD. Pourquoi uniquement AMD ? Eh bien tout simplement car AMD dispose d'un socket qui a su évoluer (AM2, AM2+ et enfin AM3) tout en étant rétro-compatible, enfin pour peu que les fabricants de cartes mères aient joué le jeu, mais ça c'est une autre histoire.

Nous avons intégré une très grande majorité des CPU actuellement disponible chez AMD sur le socket AM3, et c'est donc 20 CPU différents que nous allons analyser. Phenom II, Athlon II ou encore Sempron (AM3) sont autant de versions qui coexistent et que nous avons donc comparés.

Comparatif CPU AMD AM3

Notre protocole de test CPU a légèrement changé depuis la dernière fois, il intègre maintenant le logiciel DXO Optic Pro (retouche et traitement photo) très apprécié et utilisé dans le monde professionnel et amateur. Le reste est inchangé et une rapide explication du bench est disponible avant chaque tableau de mesures.

{mospagebreak} {menu Présentation : CPU et protocole de tests}

Présentation des CPU  

Comparatif CPU AMD AM3

Présentation de la plate-forme de tests

Pour ce comparatif de CPU AM3 nous avons évidement utilisé une seule et même plate-forme de test. Néanmoins le matériel de base reste le même que dans tous nos autres comparatifs de CPU récents, vous pouvez donc comparer les résultats à d'autres tests CPU si besoin.

Petite note concernant les graphiques : nous avons décidés de fixer des limites à l'axe horizontal lors des tests multi-thread afin de garder une échelle la plus lisible possible pour l'ensemble des CPU. Dans ce cas la barre représentant le Sempron X140 à été barré, dans tous les cas la valeurs affichée sur le graphique et la bonne.

Matériel de base :

Carte graphique : Palit HD 4870
Ventirad : Noctua NH-U12P
Optique : Plextor PX-B920SA
Disque dur : Hitachi 250Giga Sata
Alimentation : Be Quiet Dark Power Pro 580W
Clavier/souris : Logitech.

Pour chaque système, Windows Vista avec la SP1 et les dernières mises à jour au moment du test sont installées. Les pilotes nécessaires de chaque carte mère sont également installés et les Catalyst 9.4 sont de la partie pour la carte graphique. Chaque installation est évidemment identique du point de vue logiciel.

Plate-forme AM3 :

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

Carte mère : Gigabyte MA-790FXT-UD5P
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series

{mospagebreak} {menu Bench synthétique -- Sandra 2009 SP3 --}
Synthétique - Sisoft Sandra

Sandra de chez Sisoft est un autre logiciel de benchmark, nous récupérerons les indices relatifs aux performances du CPU. Nous utiliserons la version 2009 SP3. Il s’agit des tests processeur arithmétique et processeur multimédia.

{mospagebreak} {menu Bench synthétique -- Super Pi 1.5 --}
Synthétique - Super Pi

Super Pi est le logiciel incontournable des "benchs parties" ! Il s’agit simplement de calculer des décimales de Pi. Nous l’avons intégré à notre panel de tests plus pour sa popularité que pour son utilité. Les CPU de chez Intel ont toujours été largement devant à ce petit jeu-là.

{mospagebreak} {menu Bench Imagerie -- DXO Optics Pro 6.0--}
Imagerie – DXO Optics Pro 6.0

Il s'agit d'une nouveauté au sein de notre protocole de test, ce logiciel permet de retoucher automatiquement des photos numériques afin de corriger les problèmes et imperfections liés aux objectifs et/ou aux boîtiers. Très puissant et donnant d'excellents résultats DXO est très prisé par les photographes professionnels. Logiciel parfaitement "multi-threadé" nous l'avons configuré  pour traiter en parallèle autant de photos que de coeurs étaient disponibles, c'est l'option qui donne les meilleures performances.

Comme je vous le disais DXO sait parfaitement tirer partie de tous les coeurs disponibles, les X4 sont donc tous devant les X3 qui sont eux-mêmes devant tous les X2.

Les Phenom II sont légèrement devant les Athlon II à fréquence égale, le cache L3 aide un peu mais pas non plus de manière exceptionnelle. En effet, un Athlon II à 100Mhz de plus et un Phenom II sont grosso modo à égalité.

{mospagebreak} {menu Bench Imagerie -- Photoshop CS4 --}
Imagerie – Photoshop CS4

Nous utilisons la dernière version disponible  du logiciel de traitement d’images de chez Adobe : Photoshop CS4. Le test consiste à chronométrer le temps d’exécution d’un script prédéfini. L’image est un Jpeg de 3500 x 2333 pixels, viennent ensuite s’appliquer des changements de modes, des contours, des effets, des traitements par calques, … Le temps total est reporté sur le graphique.

Sous Photoshop la fréquence du CPU est bien plus importante que le nombre de coeur dont il ne semble pas vraiment se soucier. A ce petit jeu les Phenom II X4 qui montent à 3.4 Ghz sont logiquement les rois.

Encore une fois le cache L3 inexistant des Athlon II les pénalisent quelque peu, un Athlon II X4 620 à 2.6Ghz est par exemple moins performant qu'un Phenom II X4 905e à 2.5 Ghz.

{mospagebreak} {menu Bench Imagerie -- Cinebench R10 --}
Imagerie – Cinebench R10

Cinebench de chez Maxon possède un benchmark intégré. Deux modes sont disponibles : avec un seul core ou bien avec tous les cores présents (4 pour les quads et les X4 et 8 pour les Core i7). Les deux résultats sont reportés, c’est l’occasion de vérifier le bon fonctionnement des cœurs.

Nous nous concentrons sur le cas ou tous les coeurs sont utilisés, car dans le premier graphe il s'agit simplement d'avoir la fréquence la plus élevée pour gagner.

Ici comme avec DXO les X4 sont largement en tête, suivis des X3 et enfin les X2 ferment la marche. A titre d'exemple le moins des X4 est presque 50% plus rapide que le meilleur des X2...

Les Phenom II prennent l'ascendant sur les Athlon II avec leur cache de niveau 3 de 6Mo, les écarts sont assez importants ici avec le Phenom II X4 905e a 2.5Ghz qui se retrouve devant l'Athlon II X4 à 2.8Ghz, la situation est la même avec les X3 et les X2.

{mospagebreak} {menu Bench Imagerie -- Blender --}
Imagerie – Blender

Sous Blender, nous mesurons le temps pour effectuer un rendu d’une scène que nous avons préparée. Petite précision, ce logiciel est open source et disponible sur beaucoup de plates-formes : Windows, Linux, SGI , Beos, Solaris, FreeBSD et MacOSX. Nous reportons donc sur le graphique le temps d’exécution en secondes du rendu.

Blender aussi sait parfaitement utilisé tous les coeurs disponibles, avec encore une fois les X4 devant tous les X3 eux-mêmes devançant tous les X2.

Contrairement aux autres benchs le cache L3 des Phenom II ne leur est d'aucune utilité ici, à fréquence égale les Phenom II et Athlon II (qu'ils soient en X2, X3 ou X4) ont des performances quasiment identiques. 

{mospagebreak} {menu Bench compression -- DivX 6.8 --}
Vidéo - Compression DivX

Pour la compression DivX, nous avons utilisé Virtual Dub avec une source en Mpeg2. Le format de sortie était un DivX avec un bitrate de 1200 et une résolution HD. L’encodage a été fait en 1 seule passe. Le résultat est le temps en secondes pour réaliser cet encodage d’une vidéo de 5 minutes. Les optimisations multithreading et SSE2/4 étaient activées en fonction de ce qui était disponible suivant les CPU, SSE4 pour Intel contre SSE2 pour AMD en fait ! Donc oui, les deux CPU n'utilisent pas le même jeu d'instructions mais les deux types de CPU utilisent toutes leurs ressources disponibles.

Ici encore les X4 sont devant, la marge avec les X3 a grandement diminué, de même les X2 sont juste derrière les X3. Tous les coeurs disponibles mais le gain entre un X2 et un X4 n'est que de 57% alors qu'il y a deux fois plus de coeurs disponibles.

Les Phenom II sont encore une fois avantagés par leur cache de niveau III qui leur donne l'avantage dans les benchs à fréquence égale. Un avantage assez faible puisqu'à 100Mhz de plus (environ) les Athlon II reviennent à la hauteur les Phenom II.

{mospagebreak} {menu Bench compression -- X.264 --}
Vidéo - Compression X.264

Nous avons utilisé le X.264 plutôt que le H.264 car le premier a l’avantage d’être libre et d’offrir de très bons rendus. Pour l’encodage nous avons utilisé un Avisynth et Megui, deux passes sont effectuées et le temps de chaque passe sera reporté sur le graphique.

Qu'il s'agisse de la première passe ou de la deuxième les X4 sont devant, suivent les X3 et enfin les X2. Les gains entre un X2 et un X4 oscillent entre 70 et 90% suivant les cas, de très bon résultats.

Le cache des Phenom II n'apporte rien de plus aux performances, les Athlon II font jeu égal avec eux.

{mospagebreak} {menu Bench compression -- Winrar 3.8 --}
Compression – Winrar

Sous Winrar, nous avons lancé la compression de plusieurs fichiers, la qualité de compression a, à chaque fois, été réglée sur "meilleure". Nous reportons le temps nécessaire dans le graphique.

Les résultats sont assez inégaux, et si les X2 sont largement à la traîne par rapport aux X4, les X4 sont quasiment à égalité avec les X3 ! Une certitude par contre le cache L3 des Phenom II leur est d'une précieuse aide en augmentant bien les performances. Un Phenom II X3 passe devant les Athlon II X4 par exemple.

{mospagebreak} {menu Bench compression -- 7-Zip --}
Compression - 7-Zip

7-Zip possède un benchmark intégré, nous l’avons utilisé et rapporté l’indice de performance qu’il nous a donné pour chaque CPU. Ensuite une compression a été lancée avec le taux réglé sur "Ultra". Le temps nécessaire a de nouveau été reporté dans le graphique.

Les résultats sont assez surprenants ; en effet, les X4 sont largement en tête et le bench intégré à 7-Zip tire parfaitement parti des quatre coeurs mais pas des trois coeurs des X3. Il suffit de comparer les performances de l'Athlon II X2 245 et de l'Athlon II X3 435 (2.9Ghz pour les deux) pour voir qu'il n'y aucune différence significative entre les deux.

Comme souvent depuis le début le cache L3 donne un léger avantage aux Phenom II, mais comme souvent également cet avantage ne tient qu'à fréquence égale. En effet, avec 100-200 Mhz de plus le l'Athlon II revient à égalité de performances avec le Phenom II.

Après la théorie passons à la pratique avec des performances bien différentes ! Les Quad ne sont en effet plus du tout en tête et c'est la fréquence pure qui définit l'ordre des vainqueurs.

Un autre paramètre est également très important : le cache L3 ! Les Phenom II avec leur 6Mo mettent complétement à plat les Athlon II qui ne peuvent pas lutter. Sous Winrar la situation était identique pour l'influence du cache.

Une fois n'est pas coutume mais le plus lent des Phenom II est devant le plus rapide des Athlon II.

{mospagebreak} {menu Bench calcul -- Maple 12 --}
Calcul - Maple 12

Sous Maple 12, nous avons utilisé deux feuilles de calcul différentes et mesuré le temps nécessaire pour la réalisation de chaque feuille. Je suis allé chercher dans mes cours quelques restes d’exercices, la feuille 1 correspond aux entiers de Hammings tandis que la feuille 2 parlera des suites de Conway.

Première feuille de calcul et première grosse claque pour les Athlon II relégués à plus de 46% ! 177 secondes pour le moins rapide des Phenom II, le 705e contre 259 pour l'Athlon II le plus rapide, le 250.

Si le cache a une énorme importance, le nombre de coeurs n'influe pas sur  les résultats.

  Dans la deuxième feuille de calcul le nombre de coeurs n'influence toujours pas les résultats de manière significative tandis que le cache continue de tenir un rôle important. Les ordres de grandeur ne sont plus du tout les mêmes mais un Athlon II à 3.0 Ghz est moins rapide qu'un Phenom II à 2.8Ghz.

{mospagebreak} {menu Bench calcul -- Hachage MD5 --}
Calcul - Hachage MD5

Dans ce test, nous avons mesuré le temps nécessaire à l’ordinateur pour calculer les empreintes MD5 de 308915776 mots. Pourquoi 308915776 ? Eh bien d’abord pourquoi pas ? En fait, nous avons choisi ici les possibilités de mots de 6 caractères n’utilisant que des minuscules.

Deux paramètres des CPU sont, dans ce cas, complètement inutiles : le cache L3 et le nombre de coeurs ! En effet, l'ordre est établi en fonction de la puissance de calcul brute du CPU en mono-thread, rien de plus.

Petite note tout de même, le logiciel utilisé ne fait pas de calcul parallèle, mais pour autant ce genre d'opération est très facile à mettre en parallèle. Au lieu d'avoir une instance qui calcule les 308915776 sur un seul coeur, on lance quatre instance du même programme, on définit les affinités de chacun et chaque thread n'aura alors à calculer que 77228944 possibilités. Sur un quad il est donc facile de multiplier les performances par presque 4 !

{mospagebreak} {menu Bench calcul -- Cryptage DES --}
Calcul  - Cryptage DES

Ici, nous avons utilisé un logiciel de déchiffrage de mots de passe, il possède un benchmark intégré et nous avons récupéré l’indice de performance qui correspond aux codes DES.

Les résultats sont similaires au décryptage d'une chaîne MD5, la puissance brute en mono thread est la seule donnée importante de ce bench.

Tout comme le bench précédent il est possible de mettre en parallèle ce genre de calculs, il s'agit simplement de possibilités à tester et elles sont indépendantes les unes des autres. Chaque coeur s'occupe d'un quart des possibilités tout seul dans son coin.

{mospagebreak} {menu Bench Linux -- Script PHP --}
Linux - serveur PHP

Passons maintenant quelques temps sous Linux, plus précisément sous Ubuntu Server. La version utilisée porte le doux nom de « Jaunty Jackalope », il s’agit de la version 9.04. Ce premier test consiste à mesurer le temps d’exécution d’un script PHP. Le script comporte plusieurs boucles avec des tests et des calculs mathématiques.

Les Phenom II et les Athlon II sont au coude à coude à fréquence égale, le cache L3 n'est pas d'une grande utilité. Encore une fois le point important ici c'est la fréquence de fonctionnement.

{mospagebreak} {menu Bench Linux -- Serveur de BDD Mysql --}
Linux - serveur Mysql

Pour mesurer les performances du serveur Mysql, nous avons utilisé le benchmark intégré. Le résultat de ce bench sera donc le temps en secondes nécessaire à faire les 10 phases de ce bench qui utilise les fonctions courantes des bases de données.

Les résultats sont semblables à ceux du test PHP, à ceci près que le cache L3 joue un petit rôle. Sans être pleinement significatif il semble améliorer quelque peu (voir très peu) les choses.

{mospagebreak} {menu Bench Linux -- Nbench --}
Linux – Nbench

Nbench a été développé par le magazine Byte et effectue différentes mesures du CPU. Nous donnerons les trois indices finaux : mémoire, CPU et FPU. La version utilisée ici est le 2.2.3. Nbench n'est pas optimisé pour les multi-coeurs, il ne donne des indices de performances qu'en mono-thread.

Il s'agit ici d'un bench synthétique donnant les performances en calcul brut des CPU. Comme je vous le disais ce bench n'utilise qu'un seul coeur et, tout comme Sisoft Sandra, se contrefiche de la présence de cache L3.

{mospagebreak} {menu Bench Jeux -- Far Cry 2 --}
Jeux - Far Cry 2

Retournons à Vista pour mesurer les performances de nos CPU dans les jeux. Pour commencer Far Cry2. Nous avons utilisé le benchmark intégré au jeu, quatre modes ont été à l'ouvrage. Tout d’abord en 800 x 600 avec les détails au minimum pour laisser toute liberté au CPU de s’exprimer et éviter d’être limité par le GPU. Ensuite en 1280 x 1024 et 1680 x 1050 toujours avec les détails au minimum.
Pour finir nous avons utilisé un mode plus adapté à la carte graphique avec du 1680 x 1050 et tous les détails au maximum. L’occasion de regarder qui limite qui et si un gros CPU arrange les choses.

 

{mospagebreak} {menu Bench Jeux -- Crysis Warhead --}
Jeux : Crysis Warhead

Sous Crysis Warhead, nous avons repris le même protocole que pour Far Cry 2. Du 800 x 600 avec les détails au minimum, puis 1280 x 1024, 1680 x 1050 et enfin un mode plus réaliste avec des détails élevés.

{mospagebreak} {menu Consommation électrique}
Consommation électrique

Pour la consommation électrique, nous avons effectué les mesures à la prise, il s’agit donc de la consommation globale du PC. En Idle, nous étions sous le bureau Windows à attendre tandis qu’en Burn c’est OCCT en mode CPU qui est mis en oeuvre.

{mospagebreak} {menu Récapitulatif : Calculs maths et Crypto Maple, DES et MD5}

Dans cette série de tests le nombre de coeurs n'aura pas été le paramètre déterminant, le cache L3 par contre est bien plus important avec les Phenom II qui trustent le haut du tableau.

Si le Phenom II reste le choix le plus judicieux dans ce genre de cas, le choix d'un X2, X3 ou X4 se fera en fonction de vos logiciels de prédilection : supporte-t-il correctement le multi-thread ? Si oui un quad moins rapide sera préférable à un X2, dans le cas contraire privilégier la fréquence au nombre de coeurs.

{mospagebreak} {menu Récapitulatif : Compression Winrar, 7-Zip, DivX et X.264}

Tous les logiciels de compression que nous avons utilisés (aussi bien compressions de fichiers que compressions vidéos) ont su tirer parti des quatre coeurs des X4. Tous les X4 sont en tête, suivi de tous les X3 et les X2 ferment la marche.

Les Phenom II sont devant leurs petits frères que sont les Athlon II avec en moyenne 4% de mieux, ce n'est pas négligeable mais pas non plus exceptionnel, la différence de prix entre un Phenom II et un Athlon II étant largement plus grande que les 4%...

{mospagebreak} {menu Récapitulatif : Imagerie DXO, Photoshop, Blender et Cinebench}

Dans le traitement des images (2D ou 3D) la multiplication des coeurs de traitement du CPU bénéficie aux performances qui augmentent de manière significative. Encore une fois tous les X4 sont en tête, suivi des X3 et les X2 ferment tous ensemble la marche. Le cache L3 des Phenom II leur donne quelques pourcents de plus, mais pas non plus de manière très importante.

{mospagebreak} {menu Récapitulatif : Linux PHP, Mysql et Nbench}

Dans notre protocole de test les CPU à plusieurs coeurs ne sont pas utilisés au maximum de leur possibilité et nous avons comparé les performances brutes en mono-thread. Les Phenom II s'en sortent un peu mieux grâce à leur cache L3.

{mospagebreak} {menu Récapitulatif : Jeux Far Cry 2 et Crysis Warhead}

Dans les jeux le constat est sans appel : le Phenom II est le roi de la catégorie ! En effet, quelque soit l'Athlon II utilisé il est toujours derrière le dernier des Phenom II ; dans les jeux il faudra donc privilégier ces derniers équipés de 6Mo de cache L3. Quant au CPU à trois et quatre coeurs les deux jeux de notre panel de tests semblent en profiter quelque peu. Je vous rappelle également que plus la résolution et les détails graphiques augmentent, plus les différences entre les CPU diminuent. en effet, dans nos tests en 1680*1050 avec tous les détails au maximum les écarts entre tous les CPU ne dépassent pas les 2 Fps...

{mospagebreak} {menu Récapitulatif générale des applications du protocole}

Comparatif CPU AMD AM3Nous voici rendus quasiment à la fin de ce comparatif de CPU utilisant le socket AM3 et voici un tableau des performances générales des CPU (hors jeux). De manière générale dans notre panel d'applications les CPU les plus puissants sont ceux qui possèdent quatre coeurs. Dans la famille des X4 les plus puissants sont les Phenom II d'une part car leur fréquence monte plus haut que les autres avec jusque 3.4Ghz pour le 965 BE et d'autre part grâce à leur cache L3 de 6Mo. A fréquence égale les Athlon II sont environ 5% derrière les Phenom II.

Dans la famille des X3 les Phenom II sont encore en tête à fréquence égale et font même mieux, le Phenom II X3 720 dépasse par exemple l'Athlon II X3 435 alors que ce dernier tourne 100Mhz plus vite ; même situation avec le 710 qui passe devant le 425. Deux trublions viennent prendre place au milieu des X3, il s'agit des Phenom II X2. Ces derniers sont en effet cadencés à 3.0 et 3.1Ghz, une fréquence qui leur permet de passer devant les Phenom II X3 705e et Athlon II X3 425, le 550 passe même devant le Phenom II X3 710. En bas de tableau les Athlon II X2 ferment la marche, le X2 250 est à presque 4% de son homologue en Phenom II (le 545).

Dans l'ensemble passer de deux à trois ou quatre coeurs de traitement augmente les performances de manière significative, mais toutes les applications n'y sont pas sensibles de la même manière. Certaines vont utiliser tous les coeurs au maximum de leur potentiel quand d'autres ne vont en utiliser qu'un seul et préférerons avoir une fréquence plus élevée. Pour choisir au mieux votre CPU essayer donc de cerner vos besoins en la matière, notre protocole intégre beaucoup d'applications différentes pour justement vous aider au maximum dans votre choix, n'hésitez pas à consulter chaque graphique individuellement sur les applications qui vous concernent.

Comparatif CPU AMD AM3

{mospagebreak} {menu Influence du cache L3 : X2 240 Vs X2 545}

Dans cette partie nous ne nous intéressons qu'aux gains apportés par le Phenom II et son cache L3 de 6Mo par rapport à l'Athlon II qui est lui dépourvu de cache L3.
0j3d3zd6g7so9lk2hlcx.jpg

Les gains sont extrêmement variables d'un bench à l'autre, dans certains cas la gain est nul tandis que le Phenom II arrive à dépasser l'Athlon II jusque plus de 60% dans certains cas sous Maple 12 ! Dans l'ensemble le gain reste très mesuré avec une moyenne aux alentours des 5%.

{mospagebreak} {menu Influence du cache L3 : X4 620 Vs X4 910}

Il s'agit du même tableau que celui de la page précédente, mais nous nous sommes intéressés ici à deux quad Cores. L'Athlon II X4 620 est opposé au Phenom II X4 910 pour une lutte à 2.6Ghz.

1pbexaj3watn1j1hyuxb.jpg

Comme précédemment le cache L3 fait gagner en moyenne presque 6% dans l'ensemble de nos applications avec un maximum à 70% pour Maple 12. Ce dernier bench reste exeptionnel et il ne faudra pas s'attendre à de tels gains de manière générale, loin de là !

Dans tous les cas, et aux erreurs de mesures près, le Phenom II est plus rapide que l'Athlon II à FREQUENCES EGALES ! Mais il suffit de monter en général de 100 ou 200Mhz l'Athlon II pour repasser devant le Phenom II ; à quelques exeptions près : les jeux et notre première feuille de calcul Maple.

{mospagebreak} {menu Conclusion}

Comparatif CPU AMD AM3Voici donc venue l'heure de conclure ce comparatif de 20 CPU AMD au format AM3. Pour rappel les CPU AM3 intègrent un contrôleur mémoire compatible avec la DDR3 et la DDR2, ils peuvent donc prendre place sur un socket AM3 ou un socket AM2+ (et AM2 suivant les mises à jour des constructeurs de carte mère). 



Sempron, Athlon II, Phenom II : " c'est pas un peu le capharnaüm dans la gamme ? "

Dans un sens oui, mais dans un autre non : je m'explique ! Chaque gamme correspond à des spécifications techniques différentes (hormis les fréquences) : les Phenom II sont les plus haut de gamme chez AMD et ils intègrent 6Mo de Cache L3, les Athlon II n'intègrent quant à eux pas de cache L3 mais mis à part cela ils restent identiques au Phenom II. Les Sempron quant à eux sont le plus bas de gamme : pas de cache L3 et ils ne possèdent qu'un seul cœur ! Jusque-là tout est clair !

Comparatif CPU AMD AM3

Par contre, ça se complique pour les séries dans chaque gamme, les 2xx sont des Athlon II X2, les 4xx des Athlon II X3, les 5xx des Phenom II X3, les 6xx des Athlon II X4, les 7xx des Phenom II X3 et enfin les 9xx sont des Phenom II X4 ! Idem pour les fréquences, les 240, 630 et 925 tournent à 2.8 Ghz, les 245 et 435 tournent à 2.9Ghz ... Bref pas toujours facile de suivre les fréquences et les spécifications de chaque CPU !

Comparatif CPU AMD AM3Le cas Sempron 140, un CPU AM3 pour 30€ mais simple coeur !

Il n'est pas totalement ridicule dans les applications monothread, avec ses 2.7Ghz il arrive à se maintenir et se maintient au niveau de l'Athlon II X2 215 ; en multithread par contre il est toujours complètement en arrière et pas qu'un peu ! Si vous pouvez investir 20€ de plus et prendre un double cœur comme l'Athlon II 215 n'hésitez pas, car un dual core est quand même bien plus agréable pour utiliser son ordinateur, avec le Sempron dès que le CPU charge des applications  tout est ralenti, avec un dual core vous disposez d'un cœur supplémentaire pour l'OS par exemple ; c'est nettement plus agréable.  

Comparatif CPU AMD AM3X2, X3 ou X4 je prends quoi finalement ?

Eh bien ça dépend, forcément il n'existe pas de réponses toutes faites pour ce genre de question, cela dépend de l'utilisation que vous en ferez ! De l'encodage alors sans hésitation un X4 ou un X3 suivant vos moyens, des jeux alors un X2 sera parfait.

Comparatif CPU AMD AM3Phenom II ou Athlon II ?

Là aussi il n'existe pas de réponse magique, bien que le Phenom II soit toujours meilleur que l'Athlon II il reste quand même plus cher. Pour les gamers pas d'hésitation, un Phenom II : le plus rapide des Athlon II reste moins rapide que le plus lent des Phenom II dans nos tests sur Far Cry 2 et Crysis Warhead. De manière générale les Athlon II sont de très bons CPU avec un rapport qualité-prix excellent, les Athlon II X4 sont vendus moins de 100€ tandis que les Athlon II X2 se trouvent entre 50 et 60€ !

Comparatif CPU AMD AM3
 

Test : Phenom II X4 965s, le même en plus économe ?

Envoyer Imprimer

{menu Introduction, présentation du 965s et performance}
Introduction

C’est finalement aujourd’hui que le nouveau Phenom II X4 965M est officiellement lancé. Finalement aujourd’hui car au départ le lancement devait avoir lieu la veille des Athlon II X3 435 et 425. Ce nouveau Phenom II X4 est cadencé exactement à la même fréquence que l’ancien Phenom II X4 965 et, à part un TDP réduit, n’apporte rien de plus, ou presque.

tx9xm4380qs60qy227m3.jpg
Le 965BE a gauche et le 965s à droite (il se termine par un M)

Présentation du Phenom II X4 965s

Comme nous vous le disions, ce « nouveau » processeur de chez AMD est la copie exact du 965BE : même fréquence, même coefficient, même nombre de cœurs et autant de cache ; seul le TDP change passant de 140watts à 125watts. AMD nous précise aussi que le nouveau Phenom II 965s supporte officiellement quatre barrettes mémoires à 1333Mhz contre 2 seulement auparavant. Le C1E est maintenant géré de manière hardware, mais pour tout cela une mise à jour du BIOS sera nécéssaire. Problème sur notre carte, une 790FXT-UD5 cela ne fonctionne pas correctement, même avec les derniers BIOS disponible sur le site du constructeur...

esplemnm1bd9kf3z0l84.jpgn42i62t0bl6nq1n9lzon.jpg
965s révision C3 Vs 965 révision C2

Performances

Pour les tests de performances je vous renvoie vers nos précédents dossiers avec, entre autres, le Phenom II X4 965. Voici simplement le récapitulatif général des applications.

Petite précision tout de même : nous avons refait l'intégralité de nos benchs avec la révision C3 du Phenom II X4 965s, aucune différence avec la révision C2 du Phenom II X4 965. Ce n'était pas le cas avec Intel et le passage du C0 au D0 sur les Core i7 9xxx.

{mospagebreak}
{menu Consommation overclocking et conclusion}
Consommation électrique.

jz1y2x6oe9o05mmwiu7w.jpg

C’est là que les choses bougent, et de quelque chose de simple (une baisse du TDP) on arrive à quelque chose de plus compliqué ! Pour faire baisser le TDP rien de plus simple pour AMD, il suffit de baisser la tension de fonctionnement du CPU. C’est le cas avec une tension de fonctionnement qui passe de 1.4250Volt sur le Phenom II X4 965 à 1.3750Volt sur le 965s ; soit 0.05Volt de moins.

Tension nominale contre tension nominale.

Dans ce premier graphe nous avons mesuré chaque CPU à sa tension de fonctionnement par défaut (mode automatique dans le Bios).

 

L’économie est réelle avec 13Watts de moins en Idle et 18Watts de moins en burn. Rien de bien extraordinaire ici et le 965s remplit son rôle et abaisse la consommation totale de la machine sans en changer les performances. 15 Watts en moyenne pour un TDP perdant également 15 Watts.

965 contre 965s à 1.3750V puis 1.4250V

Nous avons maintenant voulu voir le fonctionnement des CPU à une tension identique. Nous avons pris 1.3750 et 1.4250 soient les tensions de fonctionnement de chacun des deux CPU. Le résultat est plus surprenant : le 965s est toujours derrière le 965 avec 3 watts de plus sous 1.3750Volt et 4/7 Watts de plus sous 1.4250Volt. Preuve en est que le 965s n’est qu’un Phenom II 965 avec une tension de fonctionnement réduite, sans autre amélioration au niveau de la consommation.

Du coup la plupart des 965 peuvent devenir des "965s" en baissant simplement la tension ; et 0.05volt ce n’est vraiment pas énorme ! Nous n'avons abordés que la consommation, regardons maintenant du côté de l'overclocking.

Overclocking, le cap des 4.0 Ghz atteint !

Evidemment, il est tentant de regarder ce que donne en overclocking cette nouvelle révision, étant entendu que niveau performance nous n’avons pas eu de changement notable.

Notre « ancien » Phenom II X4 965BE montait à 3.7Ghz de manière stable sous sa tension nominale (1.4250Volt). A 1.3750Volts le 965 montait au maximum à 3.6Ghz là aussi de manière stable.

um6u2c0y9x440cv2543q.jpgfb15nxfl4b7r3odztcjd.jpg
3.6 Ghz à 1.375Volt et 3.7Ghz à 1.424Volt

Le « nouveau » Phenom II X4 965s BE se révèle plus prompt à l’overclocking en réussissant à monter à 3.8 Ghz stable sous 1.3750Volts (sa tension nominale) et en étant même stable à 4.0 Ghz avec 1.4250Volt ! Les choses se sont donc largement améliorées sur la nouvelle révision du Phenom II, il faudra tout de même vérifier cela avec d’autres tests. Il est en effet difficile de tirer une généralité de cette conclusion ne concernant que deux CPU.

6hopb0vjb38o68p6ghql.jpgaedv5jpydovi187pe0lm.jpg
3.8Ghz à 1.360Volt et 4.0Ghz à 1.424Volt

Conclusion

 Au final, que penser de ce CPU à la tension de fonctionnement légèrement réduite ? Il remplit certes son contrat avec 15Watts d’économie mais les autres Phenom II 965 devraient être capables d’en faire autant en baissant simplement le Vcore. Un argument de poids pourrait être en faveur du 965s : ses capacités en overclocking qu'il conviendra de vérifier, mais notre exemplaire de test est monté bien plus haut que le précédent X4 965.

La bonne nouvelle c’est que le CPU est vendu au même prix et il est toujours plus intéressant d’avoir le plus économe pour le même prix et les mêmes performances. Pour ceux qui ont déjà franchi le pas et acheté un 965, pas de panique, baissez la tension et le 965s devient facilement un 965s. Et si au final tout ceci était un prélude à l’arrivée d’un Phenom II X4 975 à 3.6Ghz, la nouvelle révision pourrait le permettre …

Au final le Phenom II X4 965s BE est ce que le Phenom II X4 965 aurait du être dès le départ. Il s'overclock mieux, consomme moins tout en étant aussi performant.

4e5otwy94u8rp8cy15oz.jpg

Remerciements : AMD France

Comparatif de 14 CPU : AMD Athlon II X3 435 et 425 et Athlon II X2 240e entrent dans la danse !

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}
Introduction

AMD continue son petit bonhomme de chemin et m'en fini pas de sortir de nouveau CPU, c'est donc au tour des Athlon II X3 435 et Athlon II X3 425 d'être officielement lancés aujourd'hui.

Core i7 et Core i5

Après avoir lancé l'Athlon II X4 620, un Quad à moins de 100€ AMD récidive avec un triple Coeur lancé cette fois à 78€ ! L'Athlon II X3 435 est cadencé à 2.9Ghz contre 2.7Ghz pour l'Athlon II X3 425, cela sera-t-il suffisant pour les rendre atractifs et intéressant ? La réponse dans notre test où ils seront opposés à 12 autres CPU aussi bien Dual que Quad Core. Fight !

Core i7 et Core i5

{mospagebreak} {menu Présentation : CPU et protocole de tests}
Présentation des CPU  

La gamme des CPU AMD est maintenant composée principalement de deux grandes familles : Les Athlon II et les Phenom II. La différence entre ses deux familles vient du cache L3. Totalement absent des Athlon II il est variable suivant la référence des CPU sur les Phenom II. Chaque gamme est disponible en version X2, X3 ou X4 avec respectivement 2, 3 ou 4 cœurs.


Pour les deux familles le die de base est le même, il s'agit de Phenom II. Dans ce test nous nous concentrerons principalement sur les Athlon II avec un modèle en X2 et deux modèles en X3. Plus tard nous mettrons à jour ce comparatif avec des versions X4 de l'Athlon II. Pour ce test nous avons utilisé les CPU suivants :

Intel :
Core i7 920
Core i7 860
Core i5 750
C2Q 9450
C2D 7200


AMD :
Phenom II 965 BE
Phenom II 945
Phenom II 910
Athlon II X3 435
Athlon II X3 425
Athlon II X2 240e
Athlon X2 7750
Athlon X2 7550
Athlon 64 X2 6000+

Core i7 et Core i5

Présentation des plates-formes de tests

Pour ce test, il nous a logiquement fallu quatre plates-formes. Nous avons essayé d'utiliser au maximum les mêmes composants sur les différentes machines afin de limiter les influences du matériel sur les résultats. Commençons de suite par le matériel qui sera fixe pour toutes les configurations :

Matériel de base :

Carte graphique : Palit HD 4870
Ventirad : Noctua NH-U12P
Optique : Plextor PX-B920SA
Disque dur : Hitachi 250Giga Sata
Alimentation : Be Quiet Dark Power Pro 580W
Clavier/souris : Logitech.

Pour chaque système, Windows Vista avec la SP1 et les dernières mises à jour au moment du test sont installés. Les pilotes nécessaires de chaque carte mère sont également installés et les Catalyst 9.4 sont de la partie pour la carte graphique. Chaque installation est évidemment identique du point de vue logiciel.

Plate-forme LGA 1156 :

P55-UD6 P55-UD6

 

CPU : Intel Core i7 860 et Core i5 750
Carte mère : Gigabyte P55-UD6
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series

Plate-forme AM3 :

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

CPU : Phenom II 965, 945 et 910
Carte mère : Gigabyte MA-790FXT-UD5P
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series

Plate-forme LGA 775 :

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

CPU : C2Q 9450
Carte mère : Gigabyte EP45T-Extreme
Mémoire : 2 x 2Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Reaper Series

Plate-forme LGA 1366 :

Phenom II X4 955
Phenom II X4 955

CPU : Core i7 920 D0
Carte mère : Gigabyte EX58-DS4
Mémoire : 3 x 1 Go DDR3 OCZ Cas 7-7-7 Platinum Series

{mospagebreak} {menu Bench synthétique -- Sandra 2009 SP3 --}
Synthétique - Sisoft Sandra

Sandra de chez Sisoft est un autre logiciel de benchmark, nous récupérons les indices relatifs aux performances du CPU. Nous utiliserons la version 2009 SP3. Il s’agit des tests processeur arithmétique et processeur multimédia.

{mospagebreak} {menu Bench synthétique -- Super Pi 1.5 --}
Synthétique - Super Pi

Super Pi est le logiciel incontournable des benchs parties ! Il s’agit simplement de calculer des décimales de Pi. Nous l’avons intégré à notre panel de tests plus pour sa popularité que pour son utilité. Les CPU de chez Intel ont toujours été largement devant à ce petit jeu-là.

{mospagebreak} {menu Bench Imagerie -- Photoshop CS4 --}
Imagerie – Photoshop CS4

Nous utilisons la dernière version disponible à l’heure actuelle du logiciel de traitement d’images de chez Adobe : Photoshop CS4. Le test consiste à chronométrer le temps d’exécution d’un script prédéfini. L’image est un Jpeg de 3500 x 2333 pixels, viennent ensuite s’appliquer des changements de modes, des contours, des effets, des traitements par calques, … Le temps total est reporté sur le graphique.

{mospagebreak} {menu Bench Imagerie -- Cinebench R10 --}
Imagerie – Cinebench R10

 

Cinebench de chez Maxon possède un benchmark intégré. Deux modes sont disponibles : avec un seul core ou bien avec tous les cores présents (4 pour les quads et les X4 et 8 pour les Core i7). Les deux résultats sont reportés, c’est l’occasion de vérifier le bon fonctionnement des cœurs.

 

{mospagebreak} {menu Bench Imagerie -- Blender --}
Imagerie – Blender

Sous Blender, nous mesurons le temps pour effectuer un rendu d’une scène que nous avons préparée. Petite précision, ce logiciel est open source et disponible sur beaucoup de plates-formes : Windows, Linux, SGI , Beos, Solaris, FreeBSD et MacOSX. Nous reportons donc sur le graphique le temps d’exécution en secondes du rendu.

 

{mospagebreak} {menu Bench compression -- DivX 6.8 --}
Vidéo - Compression DivX

Pour la compression DivX, nous avons utilisé Virtual Dub avec une source en Mpeg2. Le format de sortie était un DivX avec un bitrate de 1200 et une résolution HD. L’encodage a été fait en 1 seule passe. Le résultat est le temps en secondes pour réaliser cet encodage d’une vidéo de 5 minutes. Les optimisations multithreading et SSE2/4 étaient activées en fonction de ce qui était disponible suivant les CPU, SSE4 pour Intel contre SSE2 pour AMD en fait ! Donc oui, les deux CPU n'utilisent pas le même jeu d'instruction mais les deux types de CPU utilisent toutes leurs ressources disponibles.

{mospagebreak} {menu Bench compression -- X.264 --}
Vidéo - Compression X.264

 

Nous avons utilisé le X.264 plutôt que le H.264 car le premier a l’avantage d’être libre et d’offrir de très bons rendus. Pour l’encodage nous avons utilisé un Avisynth et Megui, deux passes sont effectuées et le temps de chaque passe sera reporté sur le graphique.

{mospagebreak} {menu Bench compression -- Winrar 3.8 --}
Compression – Winrar

Sous Winrar, nous avons lancé la compression de plusieurs fichiers, la qualité de compression a, à chaque fois, été réglée sur "meilleur". Nous reportons le temps nécessaire dans le graphique.

{mospagebreak} {menu Bench compression -- 7-Zip --}
Compression - 7-Zip

7-Zip possède un benchmark intégré, nous l’avons utilisé et rapporté l’indice de performance qu’il nous a donné pour chaque CPU. Ensuite une compression a été lancée avec le taux réglé sur "Ultra". Le temps nécessaire a de nouveau été reporté dans le graphique.

{mospagebreak} {menu Bench calcul -- Maple 12 --}
Calcul - Maple 12

Sous Maple 12, nous avons utilisé deux feuilles de calcul différentes et mesuré le temps nécessaire pour la réalisation de chaque feuille. Je suis allé chercher dans mes cours quelques restes d’exercices, la feuille 1 correspond aux entiers de Hammings tandis que la feuille 2 parlera des suites de Conway.

 

 

{mospagebreak} {menu Bench calcul -- Hachage MD5 --}
Calcul - Hachage MD5

Dans ce test, nous avons mesuré le temps nécessaire à l’ordinateur pour calculer les empreintes MD5 de 308915776 mots. Pourquoi 308915776 ? Eh bien d’abord pourquoi pas ? Nous avons choisi ici les possibilités de mots de 6 caractères n’utilisant que des minuscules.

{mospagebreak} {menu Bench calcul -- Cryptage DES --}
Calcul  - Cryptage DES

Ici, nous avons utilisé un logiciel de déchiffrage de mots de passe, il possède un benchmark intégré et nous avons récupéré l’indice de performance qui correspond aux codes DES.

{mospagebreak} {menu Bench Linux -- Programmation PHP --}
Linux - serveur PHP

Passons maintenant quelques temps sous Linux, plus précisément sous Ubuntu Server. La version utilisée porte le doux nom de « Jaunty Jackalope », il s’agit de la version 9.04. Ce premier test consiste à mesurer le temps d’exécution d’un script PHP. Le script comporte plusieurs boucles avec des tests et des calculs mathématiques.

{mospagebreak} {menu Bench Linux -- Serveur de BDD Mysql --}
Linux - serveur Mysql

Pour mesurer les performances du serveur Mysql, nous avons utilisé le benchmark intégré. Le résultat de ce bench sera donc le temps en secondes nécessaire à faire les 10 phases de ce bench qui utilise les fonctions courantes des bases de données.

{mospagebreak} {menu Bench Linux -- Nbench --}
Linux – Nbench

 

Nbench a été développé par le magazine Byte et effectue différentes mesures du CPU. Nous donnerons les trois indices finaux : mémoire, CPU et FPU. La version utilisée ici est le 2.2.3

{mospagebreak} {menu Bench Jeux -- Far Cry 2 --}
Jeux - Far Cry 2

Retournons à Vista pour mesurer les performances de nos CPU dans les jeux. Pour commencer Far Cry2. Nous avons utilisé le benchmark intégré au jeu, quatre modes ont été utilisés. Tout d’abord en 800 x 600 avec les détails au minimum pour laisser toute liberté au CPU de s’exprimer et éviter d’être limité par le GPU. Ensuite en 1280 x 1024 et 1680 x 1050 toujours avec les détails au minimum.
Pour finir nous avons utilisé un mode plus adapté à la carte graphique avec du 1680 x 1050 et tous les détails au maximum. L’occasion de regarder qui limite qui et si un gros CPU arrange les choses.

{mospagebreak} {menu Bench Jeux -- Crysis Warhead --}
Jeux : Crysis Warhead

Sous Crysis Warhead, nous avons repris le même protocole que pour Far Cry 2. Du 800 x 600 avec les détails au minimum, puis 1280 x 1024, 1680 x 1050 et enfin un mode plus réaliste avec des détails élevés.

 

 

{mospagebreak} {menu Consommation électrique}
Consommation électrique

Pour la consommation électrique, nous avons effectué les mesures à la prise, il s’agit donc de la consommation globale du PC. En Idle, nous étions sous le bureau Windows à attendre tandis qu’en Burn c’est OCCT en mode CPU qui est utilisé (Hyperthreading activé pour le Corei7 920 et 950).

{mospagebreak} {menu Analyse des performances et conclusion}

Pour commencer voici un tableau récapitulatif de tous nos benchmarks (hors jeux). Un indice de 100 à été donné au Phenom II X4 910, le plus petit quad Core de chez AMD de notre comparatif. Voyons comment se comporte nos protagonites du jour.

L'Athlon II X3 435 à de relativement bonnes performances en se calant à un peu plus de 5 points du Phenom II X4 910. L'Athlon II X3 425 est pour sa part 7% derrière son grand frère, ce qui correspond à la perte de fréquence entre les deux CPU (2900Mhz pour le X3 435 et 2700Mhz pour le X3 425).

Core i7 et Core i5

L'Athlon II X2 240 n'est pas un nouveau CPU, seule sa version "e" est nouvelle avec un TDP revu à la baisse, il passe de 65 Watts à 45 Watts. Nous n'avions pas encore publié de test de l'Athlon II X2 240 c'est maintenant chose faite. Les performances sont relativement faibles ; mais il ne faut pas oublier que le CPU n'est vendu qu'à 50€, c'est d'ailleurs le prix qui fait tout le charme de ce CPU.
L'Athlon II X2 240e est donc une version avec TDP réduit (et donc normalement une consommation réduite) de l'Athlon II X2 240, mais n'ayant pas de 240 "original" sous la main nous ne pouvons comparer ces données là ! Dans tous les cas la consommation du 240e est faible avec seulement 180Watts (à la prise) en charge. Reste que le prix annoncé du 240e fait un sacré bond en passant à 70€, il vous en faudra des heures de burn pour rentabiliser les 20€ supplémentaire !

Revenons donc à l'Athlon II X3 435 et 425. Le prix de lancement du X3 435 est annoncé à 78€ et le X3 425 devrait être à une dizaine d'euros de moins, on devrait donc le trouver à 68-70€ (pas d'informations sur les prix en euros pour le moment de la part d'AMD). Un prix intéressant compte tenu que l'Athlon II X4 620 se trouve juste sous les 100€ (et juste au dessus pour le X4 630). AMD place donc grosso modo le cœur d'un Athlon II à 25€, à vous de voir si vous en voulez 2, 3 ou 4 !

Core i7 et Core i5

AMD dispose donc maintenant d'une gamme complète de CPU à mois de 100€ avec les Athlon II X2, X3 et X4. Les caractéristiques générales restent les mêmes : pas de cache L3 (réservé aux Phenom II X2, X3 et X4) et 512Ko de cache L2 par cœur. Pour les performances évidemment cela dépendra de la capacité de l'application à utiliser tous les cœurs disponibles. Pour juger au cas par cas je vous laisse regarder les graphiques individuelles des applications. L'entrée de gamme et le milieu de gamme sont maintenant parfaitement occupés par AMD (peut être trop même avec tant de référence pour si peu de différences au final), mais le haut de gamme est toujours largement dominé par Intel.
Le Phenom II X4 965BE, fer de lance de la marque, arrive certes à dépasser le Core i5 750, mais il se fait largement dépasser par tous les Core i7 (860, 870, 920, 950, 975XE).

Nous tenons à remecier AMD pour l'envoi des processeurs afin de mener à bien ce dossier.

Core i7 et Core i5

Page 2 sur 3