Gigabyte mini-PC BRIX

Imprimer

Gigabyte dote ses Brix de puces Intel Skylake basse consommation. Nous vous livrons le test de l'une des multiples références de la marque qui dispose d'un berceau pour disque à plateaux.

BRIX GB BSi5HA 6300 5

A l’instar des Intel NUC, vous connaissez sûrement les Gigabyte Brix. La firme taïwanaise s’est faite une place dans le paysage des mini PC avec une gamme complète dans ce format pour un usage multimédia et polyvalent. Gigabyte a profité de la sortie des CPU Intel Skylake pour en proposer de multiples références, allant d’un petit Core i3 au gros Core i7, avec plusieurs déclinaisons pour chaque CPU intégré. En effet, le fabricant s’est amusé à proposer différentes configurations permettant d’être au plus proche des besoins de sa clientèle. On a donc par exemple, une version avec un port série, mais auquel on a retiré un port vidéo. On peut également avoir une version avec ou sans berceau pour disque dur de 2,5” pour plus de compacité. Vous l’aurez compris, la firme taïwanaise a dans son catalogue de quoi ravir n’importe quel client qui souhaite s’équiper d’un mini PC.

Sur notre banc de test, nous avons eu le GB-BSi5HA-6300. Sous cette désignation se cache une variante particulière du Brix à la sauce Skylake. D’abord, à l’extérieur du boîtier de 11 par 12 cm et près de 5 cm de haut, nous avons plusieurs ports accessibles. A l’avant, nous pouvons y connecter un périphérique externe en USB 3.0 Type B et un second en Type C et en version 3.1 cette fois pouvant atteindre les 10 Gb/s. A l’arrière, nous avons également deux autres ports USB 3.0 Type B, à côté, un port RJ45 Gigabit ainsi qu’un port Mini DisplayPort pour un écran. A sa droite, un autre port HDMI est présent, à la norme 1.4. Enfin, comme vous pouvez le voir, nous y ajoutons une alimentation externe et un emplacement pour un câble de sécurité. De chaque côté de la machine, une grille vient ajourer la coque pour son apport d’air frais à l’intérieur.

BRIX GB BSi5HA 6300 5Puisque nous en parlons, sachez que ce modèle s’ouvre simplement avec quatre longues vis puis, la plaque sous le Brix dévoile ses entrailles. Cette version GB-BSi5HA-6300 dispose d’un berceau pour un disque dur au format 2,5”. On peut y ajouter une barrette SSD au format M.2 (2280) assez courante désormais, ainsi qu’un kit de RAM de type DDR4 allant jusqu’à une fréquence de 2133 MHz. De notre côté, nous avons installé un SSD de 120 Go de chez Crucial sur le slot M.2 ainsi qu’un kit Corsair Vengeance DDR4-2666 de 8 Go. Afin de garder une bonne cohérence dans nos tests, c’est ce kit qui sera utilisé pour les plateformes Skylake et suivantes nécessitant ce type de mémoire vive au format So-DIMM.

Un montage toujours aussi simple

Ce qui est vraiment classe avec ces machines de ce format, c’est que la compacité ne rime pas avec bazar dans le boîtier. Il est vrai qu’en revanche, il n’est pas trop possible de s’amuser à bidouiller les entrailles des mini PC pour en faire des zombies. Des zombies ? Oui, ces monstres de PC qui sont complètement démontés pour y rajouter des pièces externes permettant d’apporter plus de puissance aux étages d’alimentation d’une carte graphique ou CPU par exemple. Là, dans nos mini PC, les pièces sont trop petites. Et jouer du fer à souder est tout de même réservé à des experts de l’outillage pour réaliser ce genre de montage. Non, clairement, que ce soit notre Gigabyte Brix ou les autres marques du segment, le montage est simple comme bonjour : quatre vis, on glisse le SSD, la RAM et le disque dur si vous avez pris l’option en plus, on connecte et on referme la boîte. Gigabyte ne peut pas décevoir sur cet aspect technique. Ils ont gardé les bonnes idées des précédentes moutures et nous propose ici une machine toujours aussi solide avec des pièces de métal pour consoler le tout.
Puisque l’on parle de métal, parlons un peu du refroidissement actif qui permet d’évacuer la chaleur du Brix. Pour une utilisation classique, type bureautique, le ventilateur unique est calme. Si, comme nous, vous avez plusieurs onglets ouverts sur votre navigateur, un lecteur de musique, votre client mail et quelques logiciels d’édition de textes, tableurs ou autres, et tout cela en même temps, sachez que le Brix est totalement fluide sur l’usage de l’un à l’autre. Le CPU tient bien la charge sans chauffer. En revanche, si vous commencez à avoir des logiciels un peu plus gourmands en ressources, comme un logiciel de retouches photos ou encore une page web HTML5 pour un petit jeu (sans parler du Flash), le ventilateur devient audible. Dans un salon, avec la télévision allumée, pas de souci, il ne sera pas entendu par l’utilisateur du Brix. Cependant, dans une pièce calme, le ventilateur choisi par Gigabyte a tendance à produire un petit grésillement qui témoigne d’une vitesse de rotation plus importante. Dans le cas d’usage un peu plus gaming, en dehors des petits jeux sur le web, le Brix doit monter en puissance côté dégagement de chaleur, produisant alors un bruit plus important. A l’oreille, il sera équivalent à un PC portable. Ni plus, ni moins. Point positif, notre Brix n’a pas souffert de plantage, malgré la charge induite par les benchmarks que nous lui avons fait avaler. On peut donc conclure ici que le ventilateur et la solution de dissipation thermique font le travail comme il faut, même si cela pourrait peut-être être fait avec un peu plus de calme.

BRIX GB BSi5HA 6300 5Ceci n’est pas une machine de jeux

Si vous attendez maintenant des chiffres de performances, sachez que le Brix, tout comme les autres mini PC du genre ne peuvent pas rivaliser avec des tours PC. Cela va de soi. Mais le rappeler est nécessaire. Surtout lorsque l’on souhaite y mettre un peu d’argent. Avec un budget équivalent, nous aurez, comme nous le disons dans tous nos tests de machines de ce type, un PC ultra compact qui peut s’emporter au fond du sac à dos et ainsi avoir votre environnement de bureau personnel n’importe où à partir du moment où vous avez un clavier et une souris sans fil, ainsi qu’un petit routeur WiFi par exemple (ou votre smartphone qui peut partager une connexion à Internet via la 4G), sans oublier un écran. Avec la sortie HDMI, vous pourrez le brancher sur une télévision et profitez ainsi qu’un bureau mobile sur grand écran. En revanche, placer ce mini PC sous cette même télévision HD pour en faire une console portable, cela va être un peu plus compliqué. Jugez plutôt : l’Intel Core i5-6300U dispose d’un circuit graphique GT2 de 9e génération. Sur le “die” du processeur, nous disposons de 24 unités d’exécution graphique, mais sans eDRAM comme sur les GT3e des références Intel du dessus. La fréquence de ces unités varie entre 300 et 1000 MHz. Cela change également en fonction de la charge CPU, qui fera donc du “throttling” si la charge entre le CPU et le GPU est importante. Comme nous le disions dans le test du Intel NUC Skull Canyon, en désactivant le Turbo, vous pouvez gagner un peu de performance sur l’iGP, mais pas de quoi vous offrir autant de fps que sur ce modèle haut de gamme de mini PC.

BRIX GB BSi5HA 6300 5Côté score pur, la HD Graphics 520 que l’on a dans ce CPU, vous donne de quoi jouer globalement aux joueurs récents en niveau bas côté graphisme sur du 720p. Par exemple, sur le benchmark FutureMark 3DMark Fire Strike Standard en 1080p, après plusieurs essais, nous avons un score moyen de 715. En 720p cette fois, sur Titanfall 2 (sortie cette année), en “low settings”, nous obtenons une moyenne de 30 fps. C’est donc jouable en l’état, mais nous avons tout de même quelques saccades par moment quand les scènes sont un peu chargées.Dans cette même configuration, Overwatch, sortie également cette année, s’affiche convenablement avec une moyenne de 32 fps. En coupant cette fois le Turbo, nous gagnons en moyenne 1 fps. Pas de quoi fanfaronner, mais cela permet d’éviter quelques petits lags que nous avons observé par moment. En revanche, pour les autres gros titres, vous ne pourrez tout simplement pas jouer. Même en “low settings” et en 720p, l’iGP n’arrive pas à calculer les pixels nécessaires à l’affichage des jeux. L’un des seuls jeux qui nous a permis de jouer dans des conditions “normales”, en dehors des deux titres pré-cités, est Counter Strike : GO qui donne du 43 fps de moyenne. C’est donc fluide pour lui. Nous avons également tenté l’expérience sur BioShock Infinite, sortie en 2013. Dans la même configuration, le jeu tourne à 40 fps. Si vous remontons un peu les détails, le jeu saccade dès l’entrée. Il ne s’agit clairement pas d’une machine pour jouer, ou, dans tous les cas, pas avec cette référence de CPU.

Un positionnement tarifaire pas simple

Gigabyte nous propose ici un Brix, doté d’un CPU Intel basse consommation, avec un châssis discret gris foncé et disposant des derniers ports en circulation. Vous pourrez y brancher vos périphériques USB 3.0, mais aussi en 3.1 sur Type C. En outre, le port HDMI est maintenant assez standard pour y connecter votre écran dessus. Exit donc les vieux écrans en VGA, mais vous pouvez toujours trouver un adaptateur mini DisplayPort vers VGA si cela est vraiment nécessaire. Au prix de base que l’on peut trouver sur Internet de 620€ en moyenne, ce GB-BSi5HA-6300 doit être complété, comme les autres machines de ce type, avec de la RAM, un petit SSD en 2,5” ou en M.2 (2280). Cela donne une facture finale de 800€ environ selon la marque et la référence choisie pour ces deux composants (ou trois, si vous optez pour un disque dur à plateaux de plusieurs Tera-octets pour du stockage pur et dur). Une nouvelle fois, ce sera surtout une question d’objectif : est-ce que vous cherchez l’évolutivité et la puissance ? Ou, au contraire, est-ce que vous cherchez une certaine polyvalence dans la compacité de ce type de format ? Sachez que le Brix vous donnera pleinement satisfaction sur cette dernière question. Avec 8 Go de RAM et un CPU véloce, vous pourrez en faire une machine de développement avec un IDE gourmand tout en faisant tourner une machine virtuelle pour vos tests par exemple. Mais voilà, pour cela, le budget coince un peu. Nous espérons vraiment que les prix de ces machines baissent prochainement. Malheureusement, nous estimons que nos souhaits sont déjà vains. En effet, le CPU à lui seul représente une part importante du prix de la machine. L’Intel Core i5-6300U proposé dans ce modèle est au prix public de 281$ l’unité (pour 1000 pièces achetées minimum). L’absence de concurrence côté AMD ne poussera pas Intel à revoir ses prix à la baisse dans l’immédiat. Dommage, car ce segment de marché du mini PC est attractif et pourrait l’être davantage si les prix pratiqués peuvent être un peu plus juste.

Share