Shuttle DS81L

Imprimer

Depuis 1983, Shuttle continue de produire de nouvelles tours pour PC compacts en misant sur son intégration maison. Charge alors au client de rajouter les quelques composants nécessaires pour donner vie à sa machine. Mais le fabricant s’est une nouvelle fois surpassé en ce début d'année en poussant l’intégration des composants nécessaires au fonctionnement d’un PC dans un boîtier de 4,3 cm d’épaisseur.

DSC_0120

Mais, vous nous direz très certainement que son tout dernier modèle, le DS81L, n’est pas le premier de la série dans ce format. Et vous auriez raison. En effet, Shuttle a déjà sortie un modèle sous l’étiquette DS61. Mais alors, quoi de neuf ?


Et bien, à première vue, le châssis est le même. Pour autant, la façade avant a le droit à une petite révision, notamment sur le placement des quatre ports USB 2.0 qui sont regroupés tous ensemble sur la droite à côté du lecteur de cartes SD. En outre, le bouton d’allumage est plus discret ainsi que la prise casque et la prise jack pour le micro. On obtient alors un produit discret si posé à côté d’un téléviseur par exemple.
Mais attention, le DS81L ne vise pas particulièrement le salon. Shuttle vise plutôt les entreprises et autres machines outils avec ses deux ports RS232 sur l’arrière de la machine. Un autre indice, le DS81L dispose de deux RJ45 Gigabit à côté de deux ports USB 3.0 doublés par une version 2.0. Côté affichage, le mini PC supporte deux ports DisplayPort standards et une sortie HDMI. L’oeil aguerri du spécialiste notera également un port minuscule permettant de réaliser un bouton d’allumage à distance. Ce type de port est particulièrement efficace si l’on souhaite isolé le DS81L et donc difficilement accessible.

 DSC_0122

A l’instar du DS61, le refroidissement est toujours assuré par une grande plaque alu sertie sur deux caloducs de cuivre qui viendront entrer en contact avec le processeur. Un processeur qui évolue aussi puisque le DS81L passe du LGA 1155 au LGA 1150 et un chipset idoine de la famille Lynx Point, un Intel H81 Express. Concrètement, qu’est-ce que cela change ? Et bien… Rien. Même pas la limite de TDP autorisé sur le choix du processeur. On ne peut pas passer au-delà des 65W. Une limite qui permettra tout de même de monter jusqu’au Core i7-4770S par exemple. Si le coeur vous en dit, il est donc possible de monter des PC de bureau polyvalent assez costaud avec ce type de processeur. Malheureusement pour du jeu un peu poussé, il faudra passer son chemin. Comme nous le disions, cette machine n’a pas pour vocation de remplacer un PC de jeux ayant une carte graphique dédiée.

 DSC_0125 DSC_0130

Cela n’empêche pas pour autant d’avoir de quoi stocker quelques données puisque le DS81L dispose de deux ports SATA (une en version 3 et le second en version 2) ainsi qu’un port mSATA plein format. Il est alors possible d’y loger une carte mSATA pour y installer le système d’exploitation et un disque dur à plateaux pour du stockage de données par exemple. D’ailleurs, Shuttle a réutilisé son petit rack de support disque au format 2,5’ que l’on trouve sur la précédente version. Sous le slot mSATA se cache un second emplacement pour y installer une carte WiFi mini PCI-E. Cependant, Shuttle n’a pas jugé bon d’y adjoindre des antennes pour passer au travers de la carcasse métallique du châssis.


Puisque l’on a maintenant placé tous les composants, même la mémoire vive avec deux barrettes de RAM SO-DIMM en DDR3 pour un total de 16 Go, il est temps de faire chauffer le mini PC. Mais avant la phase de torture, il convient d’abord de faire les présentations. Et comme nous sommes civilisés, nous commençons pas le BIOS. Classique et ultra old school, l’American Megatrend nous propulse 10 ans en arrière sur la gestion des paramètres de la carte mère et du chipset. Bon, en même temps, pour configurer les ports de la bécane ou encore les paramètres de mise en veille. Après avoir fait le tour d’un BIOS des années 90, dont pour autant rien ne manque, et l’installation du système d’exploitation, il est de constater si Shuttle a fait quelques menus modifications à son système de refroidissement.

DSC_0127 DSC_0128

De prime abord, les deux ventilateurs de 6 cm de diamètre pilotés en PWM sont silencieux. De la bureautique ? Tout en silence. Une session de jeu flash ? Pas de problème non plus. Mais lorsque l’on sort les chevaux de notre Core i5-4440S (65W de TDP), la musique des pales commencent à être audible.
OCCT nous remonte la température à 80°C sur l’ensemble des coeurs de notre CPU et une température châssis de 47°C. Au bout de 20 minutes de torture, la machine continue son ronronnement sans être désagréable. Donc, pour les tâches les plus ardues qui seront confiées au DS81L, le système de refroidissement sera assez efficace pour tenir le coup.
Quid d’un environnement chaud ? La pièce de test affichait un bon 23°C. On peut donc estimer qu’en été ou dans un coffret fermé, le mini PC de Shuttle peut offrir là une configuration stable, bien refroidie et assez véloce pour tout un tas d’applications informatiques.


Cette nouvelle mouture présente donc pas mal d'avantages, même si nous ne trouvons pas de cassure nette avec la précédente génération. Même l'alimentation de 12V est conservée sur ce modèle pour être compatible avec un environnement industriel idoine. Cependant, pourquoi changer une recette qui marche ? Le DS61 était déjà une bonne machine avec peu de retouches attendues. Le DS81L corrige les quelques points que nous avions noté et, en prime, Shuttle a revu le panneau avant pour plus de sobriété. Que ce soit pour une machine de salon avec une envie toute particulière de piloter une carte Arduino via les deux ports RS232 ou encore pour une entreprise qui souhaite automatiser une machine, ce DS81L répond présent dans tous ces cas. Dans le carton, on y trouve même un kit de support VESA pour téléviseur. Donc, toutes les options sont ouvertes. Il reste alors la question du prix.

DSC_0122

De ce côté, le DS81L est négocié autour des 180€ dans l'ensemble des boutiques. A cela, il faut ajouter les composants vitaux de la machine. Pour notre configuration de test, la facture monte à 550€ environ, pour une machine bureautique avancée. Avec un processeur de ce type, 8 Go de RAM et un bon SSD couplé à un disque de stockage, il sera possible de l'utiliser pour de la retouche photo/vidéo ou encore tenir quelques machines virtuels. Bref, polyvalent, le DS81L reste dans la gamme de prix de la marque Shuttle tout en étant de très bonne facture. Tout dépend maintenant de la fonction que vous souhaitez lui réserver, mais aussi le budget que vous accorderez.

fleche Refroidissement efficace
fleche Simple à monter
fleche Option de stockage
fleche BIOS vieillot
Share